::  :: Bordure Extérieure Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Tund] Mission : La voix du Sith m'appelle

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant
avatar
Echo de Force
Compte administrateur
Messages : 224
Date d'inscription : 02/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Avr - 13:07

Pourfendeurs de la volonté du Sith, nous savions pouvoir compter sur vous pour cette opération. Je suis la voix du Sith et je ne doute pas que vous serez rapide et efficace. Darth Tarios poursuit ses réunions secrètes au-delà des limites de nos précieuses villes sur Tund et les informations récoltées par nos informateurs sur place sont préoccupantes.

L'imposture ne cesse de grandir, bien que nous ignorons exactement le nombre exact de fidèles au service de cet hérétique qui n'hésite plus à s'en prendre aux glorieuses institutions du Sith. Hier, un de nos lieux de culte a été saccagé et du matériel volé. Nous ignorons comment mais les assaillants ont subitement disparus au cours de leur retraite, en plein cœur de la capitale. Si nous pouvions tolérer quelques paroles dissidentes, ce genre d'action est impardonnable.

Nous avons perdu le contact auprès de notre principal informateur alors qu'il avait rendez-vous avec un de nos agents dans le district administratif de la capitale. Il ne s'y est jamais présenté. Son identité est Zozûm Pesnae, un Sith, ancien apprenti de l'académie locale puis recruté par les sbires de Darth Tarios et qui nous fournissait des informations de l'intérieur. Il est fort probable que Tarios ait finit par le démasquer.

Zozûm affirmait que Tarios et ses fidèles travaillaient sur une certaine forme de l'alchimie, les grandes illusions et la tromperie, ce qui explique pourquoi nous perdons si facilement leurs traces. Toujours d'après ses informations, certaines réunions auraient eu lieu dans plusieurs temples séculaires datant de l'arrivée des premiers Sith sur Tund et désormais laissés à l'abandon.

Les récentes attaques menées contre les institutions du Clergé mobilise l'essentiel de nos ressources sur Tund. C'est pourquoi il a été décidé de faire appel à une aide extérieure pour résoudre ce problème. Le dogme Sith compte sur vous pour trouver où se terre Tarios mais ne prenez aucun risque inconsidéré. Nous ne tolérerons en aucun cas qu'il puisse s'échapper alors que nous le tenions. Nous vous fournirons les moyens nécessaires pour mettre un terme à cette hérésie.

Enquêtez sur la disparition de Zozûm, trouvez des preuves dans la récente attaque contre nos installations ou fouillez les temples. Peu importe par où vous commencerez votre traque pourvu que vous trouviez des informations. Contactez-moi sur ce canal en cas de nécessité, mais assurez-vous de ne pas être surveillé au préalable.

Ne me décevez pas.




PS : Lien vers le sujet de résolution des combats, ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 114
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Avr - 14:27
La capitale planétaire était sans doute l'un des endroits les plus désagréables où avait jamais été la jeune femme. A chaque coin de rue, sur le visage de chaque passant, sur chaque visage, il y avait cette marque associée à la crasse et à un endroit peu fréquentable. Pour un peu, on aurait pu se croire sur Klatooïne, si le désert avait été remplacé par une ville à l'aspect lugubre. Au moins, ici, l'essentiel des gens étaient des humains ou des Sith au sang-pur. Mais il se dégageait de tous ces gens-là une impression désagréable, une crasse invisible, qui répugnait Saden.

Peut-être que c'était l'exaspération de l'attente. Elle savait, par le message qu'on lui avait procuré, qu'elle ne serait pas seule sur cette tâche. Mais ni au spatioport, ni à l'Académie locale, et encore moins en arrivant ici, elle n'avait vu l'autre personne. On ne lui avait même pas dit son nom, ni son rang, ni rien. Elle était dans le flou le plus total, et avait simplement laissé un message au spatioport pour prévenir cette autre personne que la Sith attendait à l'appartement de Zozûm. Mais elle attendait depuis une heure, maintenant. L'impatience n'était pas dans ses habitudes, mais elle en avait marre de cette planète.

Il y faisait un temps horrible, tropical. Une pluie fine tombait de temps en temps, mais rien n'épargnait la chaleur moite de la ville. Et à en croire l'analyse qu'elle avait faite en arrivant, c'était pareil partout sur la planète. Tund... le pire endroit des territoires Sith. Même Korriban avait des zones d'ombre où il faisait plus frais.

 « Vous attendez quelque chose ? »

Un homme était sorti de l'immeuble devant lequel patientait la jeune femme. Il devait facilement avoir la quarantaine, et portait un uniforme de militaire. Il s'aperçut qu'il parlait à une Sith, et se redressa légèrement pour adopter une attitude plus formelle.

La jeune femme répondit d'un ton aussi posé que possible, n'ayant jamais particulièrement aimé devoir rabaisser les autres humains. Elle avait été esclave bien trop longtemps.

 « Une autre personne doit me rejoindre, oui. J'ignore pourquoi ça prends aussi longtemps. »

 « Ah, vous devez être le duo appelé pour nous épauler... J'ai cherché à entrer moi aussi dans l'appartement du disparu. Impossible de forcer la porte par mes propres moyens, mais vous avez certainement... bref. Je vous souhaite bonne chance, Excellence. »

L'attente reprit, et Saden commençait à en avoir plus qu'assez ; n'y tenant plus, elle entra dans l'immeuble et se rendit directement à l'entrée de l'appartement. Il n'avait rien de bien particulier, mais c'était le premier endroit auquel elle avait pensé. Fouiller l'Académie n'était pas chose aisée, et fouiller les jungles était juste idiot. Repartir à zéro en suivant les traces du disparu était préférable. Son appartement, heureusement, était dans la capitale.

Elle ne perdait pas de vue le fait qu'il puisse s'agir d'un piège, cette étrange disparition. Ni même que le disparu en question pouvait tout simplement l'attendre de l'autre côté de la porte, ou qu'il pouvait y avoir des traîtres partout. La paranoïa était caractéristique de tous les Sith, et ça pouvait vous sauver la vie. Mais ça pouvait également vous condamner à cause de vos erreurs de jugement.

Usant de la Force, elle ouvrit la porte de l'appartement en déverrouillant le mécanisme. Elle entra alors dans ce qui semblait être l'endroit le moins bien entretenu de toute la planète. Tout était sale, en désordre, et qui plus est, il se dégageait dans la Force une atmosphère de danger imminent.

Saden allait entrer quand dans son dos arriva une autre femme, qui ne devait pas avoir loin de son âge. Sa présence dans la Force était toutefois inférieure à la sienne.

Génial. Je vais devoir jouer les professeurs sur quelqu'un qui pourrait être mon égal.

 « En retard... acolye ? Apprentie ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 38
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Avr - 16:44
Tund était une planète inconnue aux yeux de Marchesa, dans sa courte vie, elle n'avait jamais vraiment voyagé mis à part quand elle avait rejoint les rangs des Sith à l'académie de Korriban. Elle se trouvait à bord d'un grand vaisseau de transport qui allait atterrir dans quelques minutes au spatioport de la planète. Elle avait trouvé un siège à l'écart des autres voyageurs, et s'entraînait mentalement à réciter le code Sith dans sa tête. Ce dernier n'était pas totalement ancré en elle et rien ne pouvait prouver qu'elle appartenait vraiment à cette caste guerrière. Ni son teint, ni son regard et encore moins son accoutrement ne pouvait donner le moindre indice sur sa sombre appartenance. Elle portait sa vibro-lame à sa ceinture et passait au final plus pour une mercenaire qu'autre chose. Elle s'était même endormie pendant quelques heures et fut réveillée par l'annonce robotique qui prévenait les voyageurs de leur arrivée imminente sur Tund. Elle se leva donc de son siège, et rejoignit les grandes portes qui allaient la mener dans le spatiosport. Son coeur avait un rythme assez accéléré, on lui avait enfin confié une mission et elle espérait ne pas décevoir ses maîtres, elle essuyait assez de mauvais regards à Korriban, et revenir en essuyant un échec serait synonyme de honte ultime pour elle. Elle voulait prouver qu'elle n'était pas faible, et qu'elle deviendrait une Sith accomplie, même si, de par son apprentissage tardif, elle ne comprenait pas encore très bien la différence entre les Jedi et les Sith…

Arrivée au spatioport, elle emprunta alors divers embranchements, elle marcha pendant une bonne vingtaine de minutes jusqu'à l'endroit qu'elle devait fouiller avec l'aide d'une autre Sith. Cette dernière l'avait prévenue qu'elle l'attendrait directement là bas. Marchesa ne doutait pas que sa camarade serait sans doute plus haut placée qu'elle. Elle voyait mal deux acolytes accomplir une mission comme celle là, d'autant plus que la branche dissidente devait compter en son sein des guerriers accomplis et prêts à en découdre sans aucune once de pitié. Elle ressentait encore mal la Force, elle n'arrivait même pas à savoir si sa coéquipière était réellement sur les lieux, elle n'arrivait à sentir que les essences puissantes de la Force et elle n'avait pas eu l'occasion d'affiner un peu plus son talent. Marchesa était encore au final un être sensible à la Force qui avait une légère tendance pour le côté obscur, elle était presque totalement aseptisée. Cette mission serait sans doute ce qui lui permettrait d'affirmer son rang de Sith, cette dernière avait d'ailleurs comme projet de récupérer un voir plusieurs sabres-laser si l'occasion se présentait. Sa vibro-lame était une arme sûre, mais beaucoup trop « sanglante » et moins intimidante qu'un sabre. Elle se retrouva alors devant l'immeuble et atteignit la porte de l'informateur déjà ouverte. Elle entra alors à l'intérieur, sa main contre le pommeau de sa vibro-lame et discerna alors une forme sombre qui coupa le silence environnant. La main de Marchesa se détendit alors, il ne s'agissait pas d'une ennemie, mais de sa coéquipière.

« Acolyte… Et pardonnez moi, cette ville a parfois des allures de labyrinthe. »

Elle s'approcha alors un peu plus tranquillement et essayait de se concentrer pour ressentir la Force environnantes, sans y parvenir, elle soupira en son for intérieur puis brisa de nouveau le silence.

« C'est donc ici que notre informateur résidait… Endroit bien rangé… On dirait que personne n'est passé avant nous, du moins je l'espère... »

Elle s'approcha alors de la fenêtre, se mettant sur le côté pour ne pas indiquer sa présence au cas où un ennemi potentiel serait dans les parages. Chose assez absurde, elle n'était pas capable de masquer sa présence dans la Force, mais elle faisait avec les moyens du bord.

« C'est ma première mission, j'espère que ma vibro-lame tiendra le coup si nous devons nous battre… »

D'autant plus que dans une situation catastrophique, elle ne pourrait compter sur rien d'autre, mis à part sa faible maîtrise de la Force.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 114
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Avr - 19:34
Saden laissa son regard couler sur la jeune femme qui l'accompagnait, les yeux légèrement plissés. Elle ne la connaissait pas, mais appréciait le fait qu'il s'agissait d'une humaine. Elle n'aimait pas travailler avec les sang-pur, qui étaient généralement bouffis d'un orgueil et de préjugés qui la hérissaient. S'il se dégageait d'elle une aura peu éveillée, elle la contrôlait néanmoins, et elle ne perdait pas de temps pour faire ses preuves. A peine arrivée, elle enchaînait les réponses, et se mettait au travail. C'était une bonne chose, que la tatouée appréciait.

Elle tiqua sur la mention de la vibro-lame ; c'était la seule arme dont disposait cette acolyte. A surveiller. Elle ne savait peut-être pas bien manier un sabre-laser, et comme elle le soulignait, s'il fallait se battre, ce serait bien compliqué.

Elle finit par détacher son regard, qui s'attardait un peu trop sur certaines parties de l'anatomie de l'acolyte. Puis elle regarda tout autour d'elle. Il y avait trois pièces ; une chambre, la pièce principale, et des sanitaires.

 « Va fouiller le chambre. Je m'occupe de cette pièce-là. »

Elle fit un rapide tour aux sanitaires avant, histoire d'être certaine que rien ne s'y cachait. C'était un endroit incongru, mais qui aurait été parfait pour dissimuler une datacarte ou quelque chose du genre. Mais comme il n'y avait rien, Saden retourna dans le living et entreprit de tout fouiller.

Le coin cuisine n'avait pas servi depuis très longtemps, et il était plus sale et plus désordonné que le reste de l'appartement. Il n'y avait rien dans les placards, rien dans les conservateurs de nourritures, et les rares ustensiles qui restaient étaient soient cassés, soient sales et cassés. Avec une pensée amusée, la jeune femme se disait qu'elle n'avait même pas de quoi se nourrir si elle devait passer un moment dans cet endroit. Mais cette réflexion repartit bien vite, car c'était tout sauf un endroit où passer une nuit. Son vaisseau et son austérité propre lui manquait.

Elle passa au coin salon, et ne trouva rien de vraiment intéressant. Il y avait des datacartes, usées ou inutilisables, et un datapad déchargé. Aucun morceau de papier, rien qui ne puisse être une trace expliquant ce qu'il s'était passé ici ou qui était le Sith au sang-pur que les deux femmes recherchaient. Pendant quelques instants, Saden resta immobile, à scruter Tund par la fenêtre. Si quelqu'un avait voulu l'observer ainsi, il était servi.

Un bruit de pas dans son dos lui annonça le retour de l'acolyte.

 « As-tu trouvé quelque chose ? Et quel est ton nom, au fait ? »

Elle attendit que l'inconnue se nomme, avant de répondre.

 « Saden Jaryl. Guerrière. Depuis peu. »

Elle mit les mains sur ses hanches, jetant un nouveau coup d’œil à l'appartement, dans l'espoir d'y trouver un indice, ou n'importe quoi pouvant les aider.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 38
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Avr - 19:59
Marchesa partait du principe que si l'appartement était dans cet état là c'est que le Sith en question avait eu des problèmes à l'extérieur. Rien n'indiquait qu'une altercation avait eu lieu ici, et en allant dans la chambre, l'acolyte jeta un coup d'oeil sur les armoires où se trouvaient divers vêtements et habits, elle défit même les draps du lit et ne trouva rien. Elle replaça le tout de la meilleure manière possible et s'assit sur le rebord du lit. Il avait forcément disparu à l'extérieur, peut être avait-il été victime d'un guet-apens. Ou bien, il avait été emmené sans que le voisinage ne s'en rende compte et sans aucune trace de lutte. Ce qui était pour la jeune femme clairement impossible, un Sith de cette trempe ne peut pas se laisser faire comme ça. Elle se releva alors en soupirant. Jeta un dernier coup d'oeil à dans la chambre puis rejoignit la salle principale. Sa coéquipière se trouvait là et regardait par la fenêtre. Marchesa restait quand même à l'écart de la fenêtre, elle restait méfiante. Elle était loin d'être belliqueuse pour le moment et préférait s'assurer qu'elle était en sécurité. Les endroits fermés offraient parfois des avantages mais aussi des inconvénients, et c'était clairement un désavantage pour la jeune femme. Elle se rapprocha alors de la guerrière Sith, elle ne l'avait jamais croisée sur Korriban, sans doute à cause de leur grade différent. Elle jeta un coup d'oeil un peu plus insistant sur les tatouages qu'elle arborait, elle ne connaissait pas vraiment leur signification et elle s'en fichait légèrement, mais elle trouvait que cela donnait un côté assez intimidant, elle en ressenti même un frisson, d'autant plus en voyant la couleur des yeux de sa camarade. Elle se racla légèrement la gorge, et répondit à sa comparse.

« Non, il n'y a rien qui sort de l'ordinaire, notre homme aimait sans doute être bien habillé, rien de plus. »

Elle reprit ensuite.

« Marchesa Mastala… Je suis acolyte… Mon arrivée à Korriban est assez récente. »


Rien qu'en lui répondant, elle se remit à penser à ce qu'elle avait vécu et elle serra le poing ainsi que la mâchoire. Il s'agissait presque d'une réponse comportementale automatique. Marchesa était encore hantée par les fantômes du passé. Fantômes et démons qui la faisaient encore vivre, et qui parfois lui permettaient de mettre en œuvre son talent sous sa forme la plus brutale, que ce soit au maniement de sa vibro-lame dans un style de combat le plus élémentaire ou dans sa maîtrise de la Force, même si c'était assez rare de la voir dans cet état.

« Il a disparu comme par magie… Peut être que les voisins ont entendu ou vu quelque chose. »


Elle fit quelques pas dans la salle, semblant réfléchir.

« Je ne suis pas adepte des interrogatoires, et je ne sais pas si les natifs de cette planète sont du genre à coopérer… »

Aussi, eut-elle un élan de curiosité. Curiosité qui sortait de nul part, et qui prouvait et montrait sans mal qu'elle n'était qu'une acolyte, et qu'elle allait sans doute jouer le rôle de l'élève ignorante.

« Vous avez déjà rencontré un Jedi ? »

Cela n'avait rien à voir avec la situation, mais Marchesa était assez loin de Korriban pour poser ce genre de questions. Elle n'avait pas une conception assez claire de ce qu'était cette caste. Elle ne connaissait pas leur but, ni leur manière de penser. Au final, elle restait neutre vis à vis d'eux.

« Je… Je viens d'un monde où il n'y en avait pas, et on raconte beaucoup de choses sur eux… Ils maîtrisent un autre aspect de la Force c'est ça ? »

En même temps, et pour ne pas montrer qu'elle était ici pour poser ce genre de questions, elle commença à fouiller la pièce dans laquelle les deux femmes se trouvaient.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 114
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Avr - 21:09
Saden tendait la main vers le datapad quand elle entendit la question de Marchesa. Elle s'immobilisa aussitôt, l'espace d'un instant. Comment répondre à une telle question ? Elle n'en avait jamais vu par elle-même, seulement des représentations et ce qu'elle avait étudié sur eux.

Elle se retourna, croisant le regard de l'acolyte. C'était une question motivée par la curiosité, mais surtout, une question posée alors qu'on avait pas la moindre idée de la réponse. Elle prétendait être depuis peu parmi les Sith, si on lisait bien entre les lignes. Ça pouvait facilement expliquer pourquoi elle ne savait rien de tout ça, et pourquoi, à son âge, elle soit si peu formée. Et pourquoi elle n'avait même pas son propre sabre-laser.

La jeune femme eut un hausse d'épaules avant de répondre. Ce rôle de mentor ne lui convenait pas.

 « Je crains de ne pas être la mieux placée pour te répondre, Marchesa. Je n'ai moi-même jamais rencontré de Jedi. Et c'est tant mieux, car nous sommes censés être tapis dans l'ombre, nous les Sith. »

Elle leva un index, dans une pose qui imitait parfaitement celle qu'affectionnait son propre mentor, Darth Raventes.

 « On apprends bien des choses sur eux à l'Académie, mais ce n'est jamais qu'une vision déformée, noircie pour glorifier nos actions qui ne sont pas toujours intelligentes. Sur les mondes de la République, si j'en crois ce que j'ai vu, beaucoup de gens disent beaucoup de choses. Tu as certainement entendu beaucoup plus de trucs que moi sur eux. Quand à ce qu'ils maîtrisent dans la Force... comment te répondre ? Nous utilisons le Côté Obscur, pour alimenter notre puissance et plier la réalité à notre volonté. Pour vaincre nos ennemis et surmonter les défis. Mais les Jedi, eux, prétendent qu'il suffit de vivre en harmonie avec la Force, que c'est elle qui nous domine. Leur point de vue est erronée, en cela : nous plions la Force à notre volonté, mais cela ne veut pas dire qu'on ne doit pas vivre en harmonie avec. »

C'était compliqué, et elle préférait, vu la teneur de leur mission, ne pas parler davantage de son propre point de vue. Ce serait à la limite de l'hérésie, pour certains Sith, car la jeune femme préférait avoir son propre avis plutôt que de rester confinée dans une bipolarité Lumineux/Obscur.

Son regard tomba alors sur quelque chose qu'elle n'avait pas remarqué avant : le datapad déchargé contenait une datacarte. Elle prit l'objet, souffla dessus pour le débarrasser d'un peu de sa saleté, puis le montra à l'acolyte.

 « Peut-être une avancée. Tâchons de voir s'il y a quelque chose là-dedans. »

Quelques instants plus tard, les deux femmes étaient assises en tailleur à même le sol, le datapad branché à une source d'énergie. Elles purent lire le contenu de la dernière entrée : Zozûm, d'après ce qui était écrit, avait consigné de nombreuses informations sur l'agent avec lequel il devait traiter, et également sur une autre personne, une dénommée Zala. Il y avait même un petit holo d'elle, montrant une femme Sith au sang-pur, aux bures frappées d'un symbole bizarre.

Ce qui attira immanquablement l'attention des deux femmes.

 « Tiens, tiens... L'agent-double fricote avec les hérétiques ? »

Il ne fallut pas longtemps pour que Saden déniche l'adresse de la dénommée Zala, quelques rues plus loin. Elle tourna son regard vers celui de l'acolyte.

 « Allons voir chez cette dame si notre informateur ne s'y trouve pas. Prends le datapad et toutes les datacartes, on ne sait jamais. On pourra peut-être y trouver autre chose d'intéressant. »

Elle se surprenait à adopter un ton ferme, autoritaire, mais posé. Pas agressif, comme le faisait la quasi-totalité des Maîtres à l'Académie de Korriban. Elle le faisait d’instinct, mais quelque chose lui disait que ce serait plus efficace pour contrôler Marchesa. Ou du moins, pour se faire obéir. Elle attendit même patiemment que l'acolyte prenne tout ce qu'il fallait, puis elles partirent.

Elles sortaient à peine du bâtiment que Saden posa une question, curieuse :

 « Raconte-moi un peu d'où tu viens, et quel est ton parcours jusque-là. »

Elle qui était solitaire, voilà qu'elle se mettait à parler beaucoup. Un effet secondaire de ce tutorat imposé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 38
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Avr - 21:38
Marchesa avait écouté attentivement les dires de la guerrière Sith. Au final, les Jedi étaient des êtres mystérieux et seule la conception de la Force divergeait. C'était une chose étrange, mais déjà, la jeune acolyte ne comprenait pourquoi il fallait se laisser dominer par la Force, c'était un don que l'on ne trouvait pas souvent chez les gens, alors il fallait l'exploiter, et l'utiliser sans limite. Elle avait aussi suivi attentivement les directives de sa coéquipière, avait rassemblé le datapad et les datacartes pour les mettre sur elle. Aussi, l'avait-elle suivie en dehors du bâtiment. Marchesa obéissait sans mal, elle n'était pas assez fière d'elle pour se permettre des instants d'autorité, elle n'était qu'un grain de sable dans cette galaxie, et son pouvoir était loin d'être affirmé. Elle marchait derrière les pas de la guerrière Sith. Elle ne voulait pas non plus se faire discrète, mais elle voulait montrait qu'elle respectait la supériorité de Saden. Elle jeta de nouveau un coup d'oeil au sabre-laser. Ca n'avait rien à voir avec sa vibro-lame et elle se sentait presque inférieure. Ces armes là étaient impressionnantes, ne serait-ce que pour parer des tirs de blasters. Une arme destructrice qui devait sans doute faire pâlir n'importe qui une fois allumée. Elle voyait déjà le sien, brillant d'une lame violette ou rouge, elle s'imaginait des duels où elle terrasserait chaque adversaire à sa portée. Finalement, Marchesa, même en étant encore qu'une simple acolyte, se voyait déjà guerrière Sith, voir plus.

Enfin, la question fatidique arriva. Du moins, Marchesa n'aurait pas pu anticiper ce genre de demande. Elle serra alors automatiquement sa mâchoire, le regard un peu plus sombre. Elle ne pouvait pas cache des émotions aussi récentes et aussi choquantes. C'était d'ailleurs, ce qui l'avait motivée à partir avec cet homme pour l'Académie de Korriban. Elle revoyait encore les cadavres, le bruit infernal des blasters et elle, sous la table, les mains sur les oreilles en priant intérieurement pour sa vie. La jeune femme n'aurait jamais pu imaginer ça, elle vivait une vie trop paisible et elle s'était à présent engagée vers la voie de la vengeance. Devenir Sith pour elle, ce n'était pas forcément embrasser l'idéologie, c'était avant tout un moyen de faire payer à la République la mort de ses parents. Elle prit alors parole.

« Je vivais à Zyggeria… J'étais sur les marchés, j'aidais mes parents. Je faisais ça tous les jours… Et puis... »

Elle serra un peu plus son poing, et se retint pour ne pas verser une larme, elle y arriva mais la fureur grandissait petit à petit en elle.

« La République a pris la vie de mes parents, et je ferai tout mon possible pour annihiler cette immondice. Je les traquerai sans répit, je les poursuivrai même jusqu'aux confins des régions inexplorées et ils paieront. »

Elle ne s'était même rendue compte tout de suite qu'elle s'était mise à saigner légèrement de la narine droite, la pression montait très vite en elle et s'accumulait à un point assez haut. Elle passa alors sa main gauche sous son nez pour s'essuyer. Elle continuait de suivre la Sith, étant tourmentée dans ses pensées. Elle décida cependant de continuer à parler.

« Ils ne méritaient pas de mourir, ils n'ont rien fait pour le mériter. Quand j'aurai assez de puissance, je laverai leur honneur. »

Sa respiration était un peu plus forte, elle reposa sa main sur le pommeau de sa vibro-lame, elle tremblait presque légèrement. Marchesa était encore sous le choc et la faire se rappeler de ces choses là était le meilleur moyen de voir toute la colère qu'elle pouvait émettre autour d'elle. Certains à l'Académie avaient déjà éveiller cette colère pendant les entraînements, et les résultats pouvaient être très impressionnants ou pathétiques. L'acolyte n'arrivait pas encore à maîtriser totalement cette haine pour en faire un atout, mais les rares fois où elle y parvenait sans réellement savoir comment, elle pouvait faire des ravages. Du moins, des ravages au niveau d'une Acolyte, ce qui ne signifiait pas grand-chose.

« On m'a enlevée ma vie paisible, alors je ne vois pas pourquoi je devrai baisser les bras. Oeil pour œil, dent pour dent. Ils paieront... »

Elle resta renfrognée dans ses pensées, puis arriva à se libérer petit à petit. Elle se faisait un peu plus calme, arrêta de serrer son poing et continuait de suivre sa coéquipière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Echo de Force
Compte administrateur
Messages : 224
Date d'inscription : 02/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Avr - 10:25
L’appartement de Zozûm semblait guère rangé, à croire que le Sith n’avait que peu d’appétence pour l’ordre. Ou bien avait-il déjà été fouillé par d’autres. Le fait que n’ayez rien trouvé de probant pourrait corroborer cette hypothèse. D’ailleurs, en y repensant, que saviez-vous du militaire que vous avez rencontré sortant de l’immeuble ?

Néanmoins, les quelques informations glanées sur le datapad vous donne une idée de la personne que vous recherchez mais également de cette soi-disant Zala, dont il possède un portrait :


Sur l’image, un pendentif attire votre attention, car vous en retrouvez le symbole sur plusieurs autres documents hélas chiffrés, nécessitant une clé de sécurité pour les rendre lisibles. Peut-être cette Zala pourra-t-elle vous aider dans ce but.

Tandis que vous approchez de l’immeuble où réside Zala, vous remarquez de la lumière à la fenêtre de son appartement, ainsi que deux silhouettes qui semblent se bousculer. Plus vous approchez, et plus la scène semble se confirmer. Jusqu’à ce que la vitre explose sous le poids d’un individu qui, après un vol plané, s’écrase dans un bruit d’os fracassés. Si vous vous en approchez, vous constaterez que l’individu est un homme vêtu d’une bure affublée du même symbole que précédemment. Hélas pour vous, il est mort, visiblement transpercé par la lame d’un sabre-laser.

Vous apercevez également brièvement une silhouette féminine à la fenêtre, avant que celle-ci ne disparaisse dans les tréfonds de l'appartement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 114
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Avr - 12:02
Dans un premier, Saden ne sut pas quoi dire. Des histoires comme celle de Marchesa, c’était commun, et souvent déformé. Beaucoup de jeunes acolytes arrivaient à l’Académie – que ce soit sur Korriban ou ailleurs – et présentaient leur histoire comme ça. Mais là, la jeune femme à ses côtés était adulte, probablement du même âge qu’elle. Elle avait donc toute sa tête, et savait parfaitement ce qu’il s’était passé. Elle lui jeta un coup d’œil, intriguée, observant les formes de son visage et ses cheveux noirs.

Puis, lentement, elle lui répondit. Elle commençait à se demander si ce tutorat imposé n’était pas volontaire, un coup orchestré par un Maître pour les réunir et les mettre, toutes les deux, à l’épreuve.

« Ce qui t’es arrivée, Marchesa, ne doit pas être oublié. Tu m’as demandé si les Jedi ont une version différente de la nôtre, de la Force. Je t’ai répondu que oui ; les Sith puisent dans les émotions, toutes les émotions, pour alimenter leur pouvoir et vaincre leurs ennemis et surmonter les défis. Toi, acolyte, tu es pleine de colère et de rancœur. Tu vas devoir apprendre à t’en servir ; mais s’en servir ne suffit pas. Il faut savoir se raisonner soi-même, avant. Puiser dans la colère, la haine, l’amour, la peur, le désir, la joie, ne sert à rien si l’on est pas capable de se calmer. Si on a le temps, je te montrerais quelques… »

A ce moment-là, le cadavre d’un homme tomba du haut de l’immeuble, se fracassant au sol. Les deux femmes s’immobilisèrent, avant de s’approcher du corps inanimé. Un Sith au sang-pur ; et à tous les coups, Zozûm.

« Blessure au sabre-laser plus chute. Aucune chance de survie. Montons. Zala doit avoir une bonne raison pour éliminer ce type, et je suis persuadée que c’était notre informateur. Oh, et avant que l’on entre… »

Nerveusement, elle se passa une main sur la gorge, là où elle avait si souvent porté un collier. Mais sa voix ne tremblait pas.

« Nous allons rencontrer une Sith au sang-pur. Je ne sais pas si tu as déjà eu l’occasion d’en croiser ; je pense que si, mais on ne sait jamais. Elle nous prendra probablement de haut, mais ne te laisse pas intimider. Si elle le demande, tu es mon apprentie. Ce sera plus simple pour lui parler, car elle risquerait de soupçonner un piège encore plus gros, si elle apprends que nous n’avons pas de vrai lien. Quelques règles à observer : le respect, tu devras m’appeler Excellence ou Maîtresse si tu préfères. Et sois attentive. Le moindre détail peut nous être utile. »

La jeune femme mena leur duo dans l’immeuble, montant les étages en essayant de déterminer ce qui avait bien pu se passer. Si c’était bien Zozûm, alors il avait certainement fait un faux pas de trop, et Zala l’avait tuée. Si elle était bien de mèche avec les hérétiques, il n’était pas impossible que la Sith cherche à se défendre, voir les attaque dès leur arrivée. A moins qu’elle ne soit, elle aussi, prête à coopérer avec l’Empire pour pouvoir s’en sortir en vie. Il ne fallait pas oublier l’instinct de survie des individus acculés.

La porte leur fut ouverte aussitôt, et la sang-pur les accueillit sans hostilité manifeste. La Force était toutefois troublée par le meurtre et par une atmosphère anxieuse. A l’inverse de l’appartement qu’elles venaient de visiter, les deux jeunes femmes découvrirent ici un endroit rangé, entretenu ; mis à part la vitre brisée.

« Vous êtes bien Zala ? L’individu que vous avez envoyé par la fenêtre, était-ce bien un dénommé Zozûm ? »

La locataire plissa légèrement les yeux, et son front se plissa de contrariété. Elle n’aimait pas qu’on vienne fouiller chez elle.

« Oui. Suis-je moi aussi suspectée d’hérésie ? »

Saden eut un sourire mauvais. Elle ne souriait jamais. Sauf dans ce genre de situation.

« Pas encore. Apprentie, fouille l’appartement. Tu sais quoi chercher. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 38
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Avr - 12:43
Marchesa imprimait dans son esprit chaque parole de la guerrière Sith, comme si il s'agissait d'un précepte important. Elle gardait cet instinct de vengeance, comme si il s'agissait de quelque chose de naturel. La jeune femme parvint néanmoins à sa calmer légèrement. Puis, elle regarda de nouveau la silhouette de sa coéquipière. Elle était une Sith confirmée, et elle ne doutait pas qu'elle devait maîtriser beaucoup de pouvoirs du Côté Obscur. L'acolyte n'était pas du genre à poser beaucoup de questions, elle pouvait se montrer curieuse mais elle n'avait pas envie d'en savoir plus sur Saden. Ce qui comptait c'était la réussite de la mission, d'autant plus qu'il s'agissait d'une première pour Marchesa et elle voulait prouver qu'elle était déterminée à gravir les échelons à l'Académie. Elle était faible, mais sa volonté était assez grande pour qu'elle puisse endurer toute sorte de chose. Ses motivations pouvaient être ressenties comme futiles, mais c'est ce qui la faisait encore tenir debout. Elle suivait alors Saden et avait posé son regard sur la fenêtre donnant sur un appartement allumée. Regardant les deux silhouettes à l'intérieur, elle resta silencieuse jusqu'au moment où un homme s'en fit expulser dans un bruit fracassant de verre. Une fois à terre, elle se hâta comme sa coéquipière à côté du cadavre, elle se mit sur un genoux pour noter intérieurement que cet homme avait pris un coup de sabre-laser, la brûlure était d'ailleurs encore apparente. Elle se releva alors et écouta sans sourciller ce que venait de lui dire sa camarade.

« Bien, mais je ne sais pas si la situation est parfaitement propice à la discussion... »

Elle suivit donc Saden jusqu'à l'appartement et était restée en retrait du début de la conversation entre la Sith et et Zala. Elle avait ôté sa main du pommeau de sa vibro-lame pour montrer qu'elle gardait son calme. Calme relatif, Marchesa était à l'affût et bien qu'elle ne soit pas stupide pour se jeter dans un combat la première, elle se méfiait grandement de la personne qui venait tout juste de tuer un homme. La directive de Saden lui fit alors baisser la tête, gardant toujours un regard déterminé.

« Bien maîtresse. »

Elle se dirigea donc vers ce qui semblait être la chambre de l'appartement, jetant quand même un regard derrière elle. Elle commença donc à fouiller méthodiquement tout en prenant garde à ce qu'elle pouvait entendre dans l'autre pièce. Ce qu'il venait de se passer pouvait en plus attirer l'attention de passants ou d'autres personnes qui pourraient alerter des autorités, la situation pouvait déjà être compliquée si cette Zala décidait de se défendre. Mais dans ce cas, il s'agirait du premier réel combat de Marchesa, même si elle ne combattrait pas à armes égales et que son style de combat n'était pas encore parfait. Elle continua alors de chercher des indices, des choses qui pouvaient potentiellement les aider dans leur mission. Elle mettait de côté tout ce qui pouvait l'intéresser, un datapad entre autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 114
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Avr - 14:18
Saden suivit son « apprentie » du regard, avant de détacher ses yeux d’elle pour se tourner vers Zala. La sang-pur était mal à l’aise, son regard ne cessait de regarder la fenêtre, puis Saden, puis la chambre, puis la fenêtre… elle avait certainement des choses à cacher, et la jeune femme espérait ardemment que Marchesa trouverait quelque chose. Ce serait utile, en plus de les faire avancer d’un bon pas en avant. Obligée d’avoir le rôle de l’interrogatrice, elle se mit donc à parler, posant toutes les questions qui lui venaient à l’esprit :

« Zala, vous venez de tuer un Sith, en le propulsant par la fenêtre. J’enquête sur une secte hérétique qui se trouverait sur Tund, et il s’avère que l’individu que vous venez était un informateur fort utile à cette enquête. Aussi, vous ne verrez aucun inconvénient à ce que mon apprentie ramène et emporte tout ce qu’elle jugera utile ? Parfait. A présent, si vous le voulez bien, vous allez répondre à toutes mes questions, et me dire tout ce que vous savez. Votre collaboration ne sera pas oubliée, et pourrait même être récompensée. »

Zala était toujours mal à l’aise, mais un éclair de contrariété et de colère passa dans son regard. Voir une humaine lui parler ainsi devait l’enrager.

« Que faisait Zozûm chez vous ? D’où le connaissez-vous ? Comment se fait-il qu’il a un holo de vous ? Pourquoi l’avoir tué puis défenestré ? Que signifie ce symbole étrange, est-ce celui de la secte que je cherche ? Il y avait un militaire qui sortait de l’immeuble où vivait ce Sith, savez-vous quelque chose de lui ? Et pour la secte en général, et son leader, Darth Tarios ? Dîtes-moi tout ce que vous savez. »

Zala plissa davantage les yeux, et la Force remua autour d’elle. Elle se contenait, mais pour quelle raison ? Personne d’autre n’était là avec elles. Saden tourna brièvement les yeux vers la chambre où se trouvait Marchesa, qui mettait beaucoup de temps à revenir de sa fouille. Soit elle avait trouvé quelque chose, soit il y avait un problème. Dans les deux cas, la jeune femme n’avait pas l’intention de rester seule à ne rien faire, et à attendre patiemment la suite. Elle ne savait pas si Zala était dangereuse pour elle, mais c’était loin d’être impossible. Elle avait balancé un homme par la fenêtre après lui avoir donné un coup de sabre-laser.

Elle sentit soudainement une étrange sensation, en provenance de la chambre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 38
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Avr - 15:43
Marchesa continuait de fouiller la chambre à la recherche de tout ce qui pouvait l'indicer. Elle mit enfin la main sur un autre datapad ainsi que le même pendentif que portait l'homme qui venait de se faire défenestrer. Elle emporta le tout sur elle et décida de retourner vers la salle où se trouvaient les deux Sith. Elle arriva et resta du côté de la chambre. Ainsi, elle offrait peu de chances de sortie à Zala, seule la fenêtre pouvait être un échappatoire. Sauf si elle décidait d'engager le combat. L'acolyte sortit alors de l'intérieur de son haut le pendentif qu'elle montra aux yeux des deux autres femmes. Sans pour autant trop tendre sa main, un coup de sabre-laser pouvait l'amputer sérieusement, et elle n'avait aucune envie de se retrouver avec ce handicap et d'être un poids mort pour Saden. Elle fixa alors du regard Zala puis le détourna vers sa coéquipière. Elle faisait cependant attention à l'autre Sith, restant sur ses gardes au maximum. Ce qu'elle venait de trouver pouvait sans doute attirer de vives tensions.

« Voilà ce que je viens de trouver, en plus d'un autre datapad, Maîtresse. »

Elle continuait encore de respecter Saden comme se devait de faire une apprentie Sith. Elle était prête à dégainer sa vibro-lame à l'instant même où un sabre-laser s'activerait. Elle se rassura alors en pensant qu'elles étaient deux contre une, et que ça pourrait peut être suffire à obliger Zala à ne pas faire de bêtises. Cependant, elle connaissait la fierté de certains Sith et rien n'était joué d'avance. Elle espérait juste ne pas avoir à se battre, surtout en voyant le coup de sabre chirurgical qu'avait reçu l'homme avant de se faire balancer par dessus bord. Elle arrivait aussi à ressentir la Force dans la pièce, même si c'était très léger pour elle.

« Ma fouille n'a rien donnée d'autre, mais ces deux choses sont assez intrigantes. »

Elle ressentait une espèce de joie d'avoir trouvé ces deux objets, ça pouvait les faire avancer dans cette mission voir même résoudre cette espèce d'enquête assez rapidement. Marchesa gardait cependant son sérieux et ne s'avouait pas victorieuse tout de suite, la situation ne prêtait clairement pas aux réjouissances et elle n'avait sans doute pas résolu un quart de ce mystère. Elle rangea ensuite le pendentif sur elle. Il s'agissait d'une preuve et il valait mieux garder ça sur soi si jamais il fallait prouver quelque chose. La jeune femme reposa alors sa main doucement sur le pommeau de sa vibro-lame, d'une façon sereine même si elle voulait montrer qu'elle était prête à se défendre si on l'attaquait. Et ce même si une Sith de pur-sang se trouvait en face d'elle, elle ne devait montrer aucun signe de faiblesse. Cependant, elle montrait de par son regard dénué de tout stigmate du Côté Obscur qu'elle était une novice, quand on comparait les yeux jaunes vifs de Saden et de la suspecte.

« Je vous laisse vous adresser à ma Maîtresse, si besoin est, je ne suis là que pour l'épauler. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Echo de Force
Compte administrateur
Messages : 224
Date d'inscription : 02/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 4 Avr - 10:26

« Oh, vraiment ? Je ne m’en étais pas rendue compte. »

Le ton de Zala était purement sarcastique, presque dédaigneux. Tout comme son regard et son mouvement de tête. Elle n’appréciait vraiment pas votre visite chez elle, et encore moins de voir une humaine fouiller son appartement. Votre présence était une insulte, et la Force se courba de façon menaçante autour de vous.

« Si, ça me gêne. Vous êtes sur ma planète, dans mon foyer. Mais il semblerait que je n’ai pas le choix, alors faite. Je vous écoute, je vais vous répondre, mais vous avez intérêt à descendre d’un ton si vous ne souhaitez pas que cette discussion se transforme en bain de sang. Pour vous, comme pour moi. »

La menace avait claqué, et son dédain jeté à la figure de Saden. La Force se retira cependant, signe d’une recherche d’apaisement. Zala se savait visiblement en faiblesse numérique, mais pas spécialement en infériorité technique. Son regard glissa de gauche à droite, peut-être à la recherche d’une échappatoire. Elle tendait aussi l’oreille, essayant de connaître les actions de l’acolyte qui dévalisait son chez-elle. Elle persiffla alors :

« Cet imbécile croyait que j’étais une bonne pomme, que j’allais gentiment dessiner une cible dans mon dos en acceptant de l’héberger chez moi, parce que l’on a couché plusieurs fois ensemble, alors que ses ennemis le traque et retourne son appartement s’en-dessus dessous ? Quel pauvre idiot... Tarios et ses sbires élimine tous ceux qui trahisse, et tout ceux qui aident les traîtres. Je devais assurer mes arrières, mais votre présence chez moi, tout comme la sienne, risque de tout foutre en l’air ! »

Sa crainte était perceptible au milieu de son amertume, qu’elle chassa bien vite en affichant un sourire presque railleur en constatant qu’elle était bien plus utile aux yeux des deux autres femmes qu’elle ne l’avait pensé au préalable.

« Vous semblez bien mal informée, pour me poser toute ces questions. Oui c’est le symbole de la secte, non je ne vois pas de quel militaire vous parlez, là, comme ça, sans me le décrire. Les militaires ne courent pas les rues sur Tund de toute façon. On a toujours été pointilleux sur le respect de l’autorité. Jusqu’à maintenant. »

Le dédain était de nouveau perceptible dans sa voix. Décidément, elle ne vous considérait pas comme son égal, et elle était décidée à vous le faire savoir. Elle répondit néanmoins aux questions, tout en portant de nouveaux regards alertes vers l’extérieur :

« Tarios ? Je ne sais rien de plus sur lui que vous ne devez déjà savoir. C’est un des mandataires de cette planète. Il gère un domaine s’étalant sur plusieurs régions et possède, comme ses pairs, d’une forteresse dans les contreforts au-delà de la jungle. Il n’est jamais présent physiquement aux réunions, seuls ses prophètes désignés prêchent des pamphlets sur l’inexactitude de notre grand culte. Ils proclament à tout va l’omniprésence de la Force, qu’ils qualifient d’unicité, comme quoi la duplicité et la multiplicité des courants qui sont à la base de notre culture ne serait que tromperie. Ce sont des fanatiques qui utilisent la Force pour créer des pièges, des illusions et... »

La Sith s’interrompit lorsque l’acolyte fit son apparition et afficha ostensiblement ses découvertes. Ses yeux se plissèrent et ses traits se crispèrent à la vue du pendentif. Zala se sentit soudainement acculée, pointée du doigt. Elle eut un léger mouvement de recul, et son ton changea du tout au tout, signe de son passage sur la défensive :

« Non, écoutez, ce n’est pas ce que vous croyez. Zozûm et moi nous nous connaissions depuis longtemps. Il a profité de notre relative amitié pour me piéger. De sa part, j’aurais dû me douter qu’il n'hésiterai pas à se servir de moi comme d’un vulgaire écran de fumée. Il m’a dit qu’il avait découvert quelque chose de merveilleux, et j’ai été bête de le croire. Ce pendentif, c’est la clé vous permettant d’assister à leurs réunions secrètes. C’est leur emblème, qui vous empêche de vous faire poignarder dans le dos par leurs assassins. Une fois que vous êtes à l’intérieur, vous ne pouvez pas en sortir. Zozûm a essayé, et ils l’ont traqué. »

Elle soupira un instant, avant de regarder de nouveau vers l’extérieur. Des voix étaient perceptibles dans la rue, alors que des individus semblaient se rassembler autour du cadavre de Zozûm. La Sith pointa alors l’évidence, profitant de l’occasion pour faire d’une pierre deux coups et éloigner de chez elle les deux fouineuses.

« On ne devrait pas rester ici… Pas avec son cadavre étalé dans la rue… Vous me mettez en grave danger. »

Ses yeux perçants glissèrent une nouvelle fois sur les deux Sith, avant de s’attarder lourdement sur l'acolyte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 114
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 4 Avr - 11:56
La jeune femme resta un long moment sans rien dire, le regard fixé sur la sang-pur, tentant d’évaluer si elle disait la vérité ou non. Sa réaction, problématique, pouvait se valoir dans un cas comme dans l’autre : ce qui rendait d’autant plus difficile l’opportunité de la démasquer. Un coup d’œil furtif vers Marchesa lui indiqua que s’il fallait se battre, alors les deux enquêtrices auraient un avantage, court, bref, mais tout de même. C’était peut-être assez, mais l’inexpérience de l’acolyte pouvait leur faire défaut à tout moment. Il valait mieux ne rien risquer. Elle lui fit donc signe de la rejoindre, avant de détourner ses yeux vers Zala.

« Très bien. Dîtes-nous simplement où doit avoir lieu une de ces réunions secrètes, si vous le savez. Votre collaboration ne sera pas oubliée. »

Oh ça non.

Les deux jeunes femmes sortirent, une fois l’information et l’adresse obtenues. Pour Saden, il n’était pas question d’y assister sans se préparer. Elles avaient deux heures devant elle avant de pouvoir y assister, donc autant mettre ce temps à profit pour prendre du recul sur leur situation. Elle attendit que l’acolyte et elle soient sorties du bâtiment, puis se soient écartées pour être hors de vue et d’oreille d’éventuels indésirables, pour arrêter l’acolyte et reprendre la parole.

« Nous voilà face à un dilemme. Zala ne me paraît pas digne de confiance, mais l’attaquer comme ça aurait été dangereux pour l’enquête, et imprudent. Reste la réunion ; soit on y assiste, soit on espionne. Dans les deux cas, il va falloir être aux aguets, et ne pas nous faire avoir comme des idiotes si l’on veut avoir une chance de survivre. Déjà, on va commencer par une précaution : donne-moi un des pendentifs. »

Elle retira momentanément sa capuche, dévoilant davantage ses tatouages et longs cheveux châtains, pour passer le collier autour de son cou. Puis, ses traits à nouveau dans l’ombre, elle reprit la parole.

« Qu’en penses-tu ? Devrions-nous nous infiltrer ou observer ? Je ne suis pas réellement ton maître, mais ce sera peut-être pas un mal si on agit comme ça jusqu’à la résolution de cette affaire. Donc je voudrais que tu m’exposes tes idées, ce que tu penses de la situation, et ce que tu penses que nous devrions faire. »

Etait-elle réellement en train, à cause de la présence d’une acolyte, en train de faire l’exact opposé de ce qu’elle faisait d’ordinaire ? D’habitude, elle observait de loin, ne se mêlait pas de ces histoires, et ne jouait surtout pas les mentors improvisés. Et elle parlait peu. Là, elle parlait beaucoup, était attentive à l’avis d’une jeune femme inexpérimentée, et s’assurait qu’elle agisse comme il le fallait. En gros, elle jouait vraiment le rôle qu’aurait son maître, si elle en avait.

En avait-elle un ? Normalement non. La personne qui les avait placées ensemble s’attendait-il à ce qu’un lien de tutelle s’installe ? Si oui, c’était finement joué. Car elle ne l’admettrait pas à voix haute, mais Saden ne détestait pas jouer ce rôle. C’était une façon pour elle d’en apprendre plus, de mûrir, et aussi de montrer qu’elle était tout à fait capable, malgré sa jeunesse et son inexpérience de choses simples de la vie.


[HRP]
Je suis partie du principe que tu avais ramassé l’autre pendentif, en plus de celui chez Zala
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 38
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 4 Avr - 19:27
Ce que venait de dire Zala avait été clair. Marchesa comprenait sans mal que si elle était tellement coopérative avec elle et Saden, c'était surtout pour avoir un espoir de sauver sa peau. L'acolyte avait de nouveau écouté attentivement sa coéquipière et lui avait donné le pendentif, elle gardait toujours l'autre sur elle et pensait à ce qu'il fallait faire. Elle n'était pas une experte en stratégie mais elle était au moins sûre d'une chose : que cette mission allait être plus compliquée qu'elle n'y paraissait, d'autant plus que leur cible ne se rendait pas physiquement aux réunions d'après les dires de la Sith. La jeune femme essayait de monter un plan dans sa tête, sans réel succès et elle ne comprenait pas pourquoi Saden voulait connaître son avis, elle était plus expérimentée après tout et Marchesa lui faisait pleinement confiance. Cependant, elle continuait d'échafauder une tactique qui pourrait leur permettre de s'en sortir au mieux.

« Ces Sith doivent peut être se connaître entre eux, si ils voient deux nouvelles têtes ils risquent de se poser des questions. Zala a dit en plus qu'ils piégeaient l'endroit grâce à la Force, ce serait donc tout aussi risqué de tenter une infiltration car si jamais nous nous faisons attraper, nous risquons de nous retrouver en mauvaise posture. »

Elle mit ensuite le pendentif autour de son cou.

« Si j'avais eu plus de puissance et de pouvoir… J'aurais opté pour le massacre pur et simple de cette secte. »

Mais elle écartait cette solution automatiquement, elle ne pourrait rien faire face à plusieurs sbires, d'autant plus qu'elle n'était pas forcément douée dans un combat où elle était en infériorité numérique.

« Au final, nous pourrions observer, mais c'est à nos risques et périls, si ils se rendent compte en pleine réunion que nous ne sommes pas de leur côté, ça risque de mal finir… D'autant plus que je n'ai pas trop confiance en Zala, elle peut tout aussi bien nous vendre pour sauver sa peau… Cependant, je ne la pense pas stupide, elle serait assassinée aussi pour nous avoir donné des indications, elle doit savoir que si elle retourne de notre côté, elle ne risquera pas grand-chose si ce n'est le blâme. »

Elle suivait alors Saden, tout en réfléchissant encore, elle voulait donner le meilleur d'elle même. Elle décida alors de se fier à son instinct et reprit la parole.

« Contentons nous d'observer, ce qu'il nous faut c'est d'entendre les choses, voir même de mener une attaque surprise, un raid contre un membre qui se trouvera à l'écart, exposer son cadavre pourrait peut être les mener à la paranoïa, ils se dévoreront les uns les autres… Mais si c'est le cas, il faudra impérativement que Zala quitte la planète car elle risque d'y être mêlée... »

Elle gardait encore un coeur, elle n'était pas du genre à voir les gens comme des pions, il s'agissait peut être d'une faiblesse de sa part mais elle avait presque des remords à se dire que cette femme pouvait être le simple bouc émissaire.

« Oui, observons, attendons qu'un de ces types soit un peu trop éloigné de son groupe, tuons le discrètement et rapidement, faisons en sorte que son cadavre soit visible. Il faudra ensuite croiser les doigts pour qu'ils se retournent entre eux. Je ne sais pas si ça détruira complètement la secte, mais ça pourrait au moins l'affaiblir. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 114
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 4 Avr - 20:38
Saden resta un long moment pensive, à observer le visage de Marchesa tout en écoutant ce qu'elle avait à dire. Elle aimait bien la spontanéité avec laquelle l'acolyte s'accoutumait à son rôle, et la façon qu'elle avait d'exprimer ses idées et ses doutes. C'était une bonne chose. Il ne fallait jamais hésiter à exprimer des doutes ou des ressentiments avec une mission aussi périlleuse, même si beaucoup de Sith voyaient d'un très mauvais œil les questions. Quand on remettait en cause une idée ou un plan, il n'était pas rare, dans l'Empire, de se faire évincer ou d'être brutalement ramené à l'ordre. Pas avec la jeune femme.

Elle tenait à ce que l'autre se sente un minimum à l'aise et prenne confiance en elle. Sa colère était forte, sa rancœur tenace, et elle manquait encore plus d'expérience que Saden. Il fallait changer cela. Sans sourire, la Sith hocha la tête à la mention du plan de Marchesa.

 « Ton plan me paraît réalisable. Appliquons-le. Mais tu verras que nous devrions, au contraire, passer relativement inaperçues si nous nous tenons tranquille et que nous ne laissons pas nos émotions nous trahir. Quand il y a une forte concentration de personnes, il est difficile d'en différencier une des autres, sauf si elle possède un énorme potentiel. Avec tout un groupe d'adeptes du Côté Obscur, à moins de laisser la colère nous dominer, ça devrait aller. Mais la prudence reste une arme des plus efficaces. »

Les deux femmes se rendirent enfin sur le lieu où aurait lieu la rencontre. Par chance, c'était un endroit qui leur permettrait de se cacher sans trop de difficultés. Le bâtiment était un peu à l'écart des autres, mais il était près d'une grande artère de la capitale, et il y avait de nombreux passants dans la rue. C'était bien ainsi. Saden s'avança la première jusqu'au bâtiment, ouvrit la porte à l'aide de la Force et se glissa à l'intérieur.

Il y faisait extrêmement sombre, quand elles s'avancèrent dans ce que la jeune femme identifia comme étant une vaste pièce en forme de cercle. Elle n'était toutefois pas vide, car on devinait un peu les contours de...

Quelqu'un la bouscula légèrement par derrière ; Marchesa, qui n'y voyait presque rien, comme elle. Saden leva le bras sur le côté, cherchant un interrupteur. Quand enfin elle put le trouver, elle poussa un soupir de soulagement. La pièce, bien que vaste, était conçue pour accueillir des réunions. Il y avait une table holographique, des sièges autour, et surtout, un petit autel portant le même symbole que leurs pendentifs.

Il y avait, sur les côtés de la pièce, des caisses, des meubles encore non-déballés, des blocs contenant de l'équipement. On aurait dit un endroit qui servait d’entrepôt et de pièce de réunion. Comme si quelqu'un avait déchargé récemment un vaisseau... ou s'apprêtait à en utiliser un. Levant les yeux, la Sith repéra des recoins parfaits pour se cacher, avec leurs tenues sombres, sur les passerelles qui passaient au-dessus. Il y avait donc bel et bien un étage. Il fallait juste espérer que personne ne les repérerait là-haut.

 « Montons là-haut, et attendons. »

Quelques minutes plus tard, elles étaient dissimulées dans un recoin en hauteur, avec une vue très pratique sur toute la pièce. Il leur restait pas mal de temps avant la réunion, alors, voyant que le silence le plus gênant du monde s'installait, Saden engagea la conversation.

Elle tourna son visage tatoué vers celui, plus mat, de Marchesa. De près, elle s'étonnait de lui voir des yeux si « purs », alors que la colère du Côté Obscur la rongeait déjà.

 « Parle-moi de toi, acolyte. De ta façon d'être, de tes attentes, de ce que tu souhaiterais faire chez les Sith, ce que tu sais de nous. Tu es destinée à en devenir une, désormais ; avec ça, tu pourras un jour obtenir ta vengeance. Mais je sens bien que tu hésites encore beaucoup sur tout ça ; et beaucoup, tous en fait, de maîtres te diraient que l'hésitation te tuera, que ce sera ta faiblesse et que tu échoueras. Moi, même si je ne suis pas un maître, j'estime que ton hésitation n'a pas lieu d'être, mais qu'elle doit être combattu. Dans le sens où ce sera à toi, avec le temps, d'apprendre à te maîtriser et à garder la tête froide en toutes circonstances. Avec l'aide de quelqu'un, bien sur, mais le gros du travail viendra de toi. Etre Sith, c'est être prêt à faire ce qu'il faut quand il le faut. »

Encore ce sous-entendu subtil. Saden cherchait une réaction dans le regard de l'acolyte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 38
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 4 Avr - 20:57
Marchesa trouvait que les paroles de Saden étaient pleines de sagesse, elle s'était accroupie en attendant le début de la réunion et pensait à ce que pouvait être un Sith pour elle. Elle était encore loin d'être une personne sans remords et sans regrets. Au final, elle avait rejoint l'Académie de Korriban sur un simple coup de tête, en témoigne la vitesse à laquelle elle avait quitté sa planète natale. Elle n'était pas encore une Sith à part entière et elle savait très bien qu'elle allait devoir encore faire un long chemin avant de pouvoir être considérée comme telle. Elle n'était guidée que par la vengeance, elle en voulait uniquement à la République et non aux autres. Sa colère s'exprimait certes, mais qu'envers ce qu'elle considérait comme le mal le plus ignoble de la galaxie. La nostalgie imprégnait parfois son regard qui, à la place d'exprimer de la colère, ne cédait qu'à la tristesse. Marchesa était de ces êtres détruits et dont les fantômes de son passé hanteront à jamais son existence. Elle ne vivait qu'à travers cette idée de se venger, rien d'autre, elle n'était pas en quête d'autre chose, comme certains Sith pouvaient le prétendre. Elle se racla alors légèrement la gorge.

« Je sais que les Sith sont des utilisateurs de la Force, et qu'ils l'utilisent afin de se dépasser sans cesse. C'est ce que je veux aussi, pour détruire à jamais la République. Mais parfois, je me dis que tout ceci est vain, que je ne suis rien dans tout cet univers. Je ne pourrai jamais rentrer chez moi, et la seule opportunité que je peux voir, c'est l'exil et l'oubli. Mais je ne peux pas envisager ça, je ne peux pas parce que mes parents sont morts tragiquement. En détruisant la République, peut être que j'apporterai la paix à la galaxie. »

Elle resta ensuite silencieuse, gardait son calme et guettait la moindre arrivée.

« L'hésitation, la remise en question, c'est sans doute ça ma faiblesse. Mais c'est cette hésitation qui peut parfois faire naître des mythes et des légendes. Mais une chose est sûre, je n'hésiterai pas à réduire en cendre quiconque tentera de m'empêcher d'atteindre mon objectif. »

Elle était aussi prête à entendre la moindre conversation, et à repérer le premier individu un peu éloigné pour lui tomber dessus, avec l'accord de Saden. Elle voulait que cette mission soit un succès pour pouvoir en retenir quelque chose, qu'elle valait quelque chose à l'Académie, et elle saurait se couvrir d'honneur au moment venu. Elle était consciente qu'il pouvait s'agir d'une mission périlleuse pour une Acolyte, mais elle était prête à en faire d'autres et des plus dangereuses pour réussir à maîtriser petit à petit le Côté Obscur. Elle eut alors le regard plus vif, commença à se concentrer. Ce n'était pas de la méditation à proprement parler qu'elle faisait, mais elle était suffisamment sereine pour que la suite de la mission se déroule sans accrochage. Du moins, elle espérait que tout allait bien se passer et qu'elles n'auraient pas à mener un combat contre tous les membres de la secte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 114
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Avr - 11:02
Les deux femmes attendirent en silence, Saden n’osant plus rompre le silence pour en savoir plus sur Marchesa. Elle était curieuse, mais préférait se murer dans le silence qu’elle arborait d’ordinaire, pour y retrouver son confort personnel. Bien sur, maintenir constamment son attention sur la pièce en-dessous et l’entrée était rapidement ennuyant et éprouvant, si bien que la jeune femme se fit plus distraite avec le temps. La proximité de l’acolyte n’aidait pas, car elle ne pouvait pas se permettre de se détendre et de montrer un aspect plus feignant, moins rigoureux, d’elle-même. Un bien mauvais exemple !

Pourtant, il y avait autre chose chez la jeune femme qui la dérangeait : leur âge fort semblable. Elle ignorait l’âge exacte de l’acolyte, mais à voir les traits de son visage, les formes de son corps et sa façon de parler et d’aborder les choses, elle ne devait vraiment pas être beaucoup plus jeune que Saden. Un, deux, peut-être trois ans tout au plus. La Sith était à un âge où on pouvait se poser encore beaucoup de questions, et malgré sa maturité intellectuelle, elle se cherchait encore sur bien des sujets. Dont celui de l’attirance envers autrui.

Mais y penser n’aiderait pas à faire passer le temps, voir pire ; ça pouvait créer un sentiment d’inconfort particulièrement désagréable. Et penser au fait qu’elle devait montrer l’exemple à une autre personne l’effrayait toujours autant. Si elle avait pu, elle aurait demandé conseil à Darth Raventes, même si c’eut été une mauvaise idée. Ça aurait été un aveu de faiblesse, d’incapacité à s’adapter à la situation, de parvenir à surmonter une épreuve qu’elle devrait, tôt ou tard, avoir de toute façon.

Enfin, après une attente interminable, la Force bougea pour signifier qu’il y avait du mouvement. Petit à petit, des silhouettes encapuchonnées et portant des bures frappées d’un étrange symbole – celui de la secte – firent irruption dans la pièce et s’installèrent autour de la table. Saden se pencha pour chuchoter à l’oreiller de Marchesa :

« Tenons-nous prêtes. Si on voit la moindre occasion d’en isoler un, et de l’interroger ou l’attaquer, il faudra être rapide. Sois prête, apprentie. »

La réunion dura un petit moment. Les hommes et femmes présents en contrebas ne soupçonnaient pas leur présence ; des humains et des sang-purs qui discutaient d’un projet à l’évidence préparé depuis des semaines. Il y était question de déplacer le contenu d’un repaire vers un autre, plus adapté. Au début, Saden crut qu’il s’agissait de quitter la planète ; mais au bout d’un moment, une humaine précisa que le vaisseau devait simplement servir à transporter la cargaison sur un point beaucoup plus éloigné de la capitale. Et les hérétiques y résideraient de manière plus permanente.

Après un long moment à ne rien donner de plus intéressant comme informations, les dix Sith se relevèrent, puis quittèrent un à un la salle. Sauf deux d’entre eux ; deux humains, qui s’attardèrent pour discuter. Saden sonda la Force, et fut surprise de voir que leur présence était si… minime. Ils devaient maîtriser une illusion puissante pour parvenir à ce résultat.

La jeune femme tourna son regard vers Marchesa. Elle était prête à en découdre.

« A ton signal. On leur saute dessus. Utilise tes émotions et les leurs pour être plus puissante. »

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 38
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Avr - 19:24
Marchesa avait tendu l'oreille quand les disciples parlaient de cargaison. La jeune femme se demandait ce que ça pouvait être. Une chose était sûre, ça devait avoir de la valeur et peut être que mettre la main dessus pouvait être une bonne chose. Cependant il fallait encore trouver cette cargaison et faire main basse sur le vaisseau, ce qui voulait donc dire un affrontement face au reste des disciples. L'acolyte mit cette idée de côté et elle attendit la fin de la réunion pour dégainer discrètement sa vibro-lame, sans faire le moindre bruit. Elle attendait le moment opportun pour frapper. Aussi, elle fermait les yeux l'espace de quelques secondes pour se concentrer et de faire le vide autour d'elle. Elle arrivait à ressentir légèrement la Force autour d'elle à présent, elle sentait sans mal le Côté Obscur présent dans la pièce. Elle se remémora alors ce qu'elle avait vécu, et la colère commença alors à monter petit à petit, elle rouvrit les yeux et une expression de colère se dégageait de son visage. Elle se sentait prête pour bondir, et contrairement à Saden, elle n'avait pas une envie particulière d'interroger un des deux hommes, juste prétendre au meurtre et instiguer la zizanie dans cette secte. Si ils pouvaient se charcuter entre eux, ça ferait moins de risque pour elle et sa coéquipière. Elle se méfiait aussi, Zala avait parlé de pièges et d'illusions, elle espérait juste que leur présence n'avait pas été décelée et qu'elles avaient encore l'initiative dans cette situation.

« Allons-y. »

Elle chuchota presque puis descendit d'un bond au sol, se trouvant derrière les deux hommes, elle se mit en garde, sa vibro-lame dégaînée et tenta d'infliger un coup d'estoc au disciple qui se trouvait à gauche. Elle souhaitait juste qu'elle plante bel et bien sa lame dans une vraie personne et non une illusion. Pour le reste, elle faisait confiance à Saden, elle pourrait sans doute s'en sortir très bien en s'attaquant au second disciple. Le regard de Marchesa devenait maintenant froid. Ca sera la première fois qu'elle tuera quelqu'un, et elle ne ressentait aucune émotion négative pouvant se rattacher à la tristesse. Au lieu, elle ressentait encore de la haine et de la colère, et tirerait presque de la satisfaction en voyant son coup réussir et l'homme s'effondrer à terre, mort. Le tout était de faire ça en silence et de voir ce que pourrait donner la découverte de deux cadavres. Dans le pire des cas, l'acolyte voulait miser sur la discrétion pour assassiner le reste, mais la mission pourrait alors s'avérer plus compliquée que ça. Mais le plus important était la situation présente, elle ne voulait pas que ça empire, se battre face à un autre Sith pouvait être réalisable pour elle. Mais affronter une bande de dix était quasiment impossible et elle ne serait d'aucune aide pour Saden, si ce n'est se défendre au mieux sans jamais pouvoir attaquer, elle n'avait pas encore développée de stratégies propres pour faire face à des ennemis en nette supériorité numérique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Echo de Force
Compte administrateur
Messages : 224
Date d'inscription : 02/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Avr - 10:24
Résolution : http://sw-aube-des-tenebres.forumactif.com/t114-mission-la-voix-du-sith-m-appelle#798





L'arrivée de Marchesa à hauteur d'un des deux individus sembla déclencher une réaction instinctive de leur part. L'humain ciblé se décala instantanément, évitant de justesse le coup d'estoc porté par l'acolyte. Il pivota sur lui-même pour se retrouver face à elle, attirant par la même occasion son sabre-laser en main. La lame rougeoya aussitôt mais l'ennemi ne se lança pas immédiatement à l'assaut mais sembla plutôt toiser l'acolyte et sa vibrolame avant de lâcher d'un rire léger :

« Tu penses réellement pouvoir m'affronter avec ta babiole, petite ? »

Au même instant, alors que son collègue venait d'éviter de justesse de se faire transpercer par la lame de l'acolyte, le deuxième humain avait lui aussi pivoter pour se retrouver quasiment dans le dos de Marchesa, pour contraindre cette dernière à se placer sur la défensive. Son sabre également en main, lui aussi semblait prêt à en découdre :

« Insolente... » ajouta-t-il aux mots de son comparse.

Ce qu'ils n'avaient pas remarqué, c'était l'arrivée silencieuse de Saden dans leur angle mort, derrière eux, à bonne distance. A présent, les deux humains bouillonnaient dans la Force, ayant fait tombé leur masque de discrétion pour se préparer à une victoire qu'ils semblaient considérer comme acquise.





Spoiler:
PS: Je vous propose d'agir à votre guise pour votre prochain tour, et je modérerais vos actions de la même manière que précédemment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 114
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Avr - 12:55
Tout aurait pu fonctionner sans problème, si les deux hérétiques n'avaient pas réussi à percevoir la présence de Marchesa. Ce n'était pas la faute de la jeune femme, bien sur, car elle manquait d'expérience et de maîtrise de la Force. Ce n'était pas sa faute, mais Saden ne pouvait s'empêcher de se dire qu'elle aurait du faire mieux. Car elle, elle avait réussi à se glisser silencieusement au sol grâce à la Force, et pouvait frapper dans l'ombre et prendre le dessus dans cet affrontement. Et elle comptait bien y parvenir, car sinon l'acolyte allait se faire tuer. Et ça ferait tâche sur sa réputation en devenir.

Les faibles ne survivaient pas ; telle était la façon de voir les choses chez les Sith. Mais Saden refusait de laisser mourir Marchesa pour une simple erreur. En se répétant que ce n'était pas sa faute, essayait-elle de se justifier ou le pensait-elle vraiment ?

Mystère. Mais elle comptait agir, pas question de reculer.

Les deux hérétiques n'étaient pas des maîtres du Côté Obscur, car leurs émotions, mêlant la satisfaction perverse du meurtre et la moquerie, permettait à la Sith de deviner facilement leurs intentions. Elle sentait aussi l'inquiétude de sa protégée, mal maîtrisée. Elle possédait un avantage certain, alors il n'était pas question de le laisser filer. Allumant soudainement son sabre-laser, Saden s'aida de la Force pour se propulser et frapper dans le dos d'un des hérétiques ; le plus proche d'elle.

Elle n'était pas la plus forte physiquement, mais elle savait être puissante quand il s'agissait d'utiliser les pouvoirs du Côté Obscur. Se gorgeant des émotions des trois autres, ainsi que de sa propre frustration de n'avoir pas su préparer correctement l'acolyte, elle pointa son sabre-laser pour embrocher le premier hérétique, puis, de l'autre main, pour envoyer un Eclair de Force sur l'autre. Le but était clairement de parvenir à distraire l'attention de l'ennemi pour que l'acolyte puisse frapper à son tour.

Qu'elle n'hésite pas ! Que le sang coule ! Que la mort prenne leurs ennemis !

 « Puise dans tes émotions ! La colère est ton arme ! »

Evidemment, l'élément de surprise n'allait pas tarder à cesser de faire effet. Dès qu'elle avait bondi, puisant dans les émotions et le Côté Obscur, les deux hérétiques avaient senti sa présence. C'était l'inconvénient de la méthode Sith par rapport à celle des Jedi ; ces derniers ne se trahissaient pas, car ils ne puisaient pas dans leurs émotions. Quelle ironie. Ceux qui préconisaient la paix et l'harmonie étaient plus à même de frapper dans l'ombre que ceux qui voulaient la domination.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 38
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Avr - 14:03
Marchesa avait manqué son coup et jura intérieurement. Elle pensait qu'elle allait pouvoir s'en sortir mais cette esquive l'avait mise déjà en mauvaise posture. Heureusement que Saden était avec elle, sinon elle n'aurait pas donné cher de sa peau. Sur la défensive, elle jugeait du regard les deux acolytes rapidement. Elle arrêta de ressentir une espèce d'inquiétude du fait qu'ils étaient deux et se préparait déjà à attaquer de nouveau. Il fallait juste qu'elle se concentre et qu'elle montre aux deux acolytes que malgré le fait qu'elle n'avait pas de sabre-laser elle pouvait être quelqu'un de dangereux. Elle se mit de nouveau en position d'attaque, loin de vouloir permettre aux deux sectaires d'avoir le temps de mener une contre-attaque. Elle voulait absolument garder cette initiative, d'autant plus que cela n'avait pas eut l'air d'attirer l'attention des autres membres qui avaient quitté la pièce il y a de ça quelques minutes.

« Une babiole ? C'est cette babiole qui t'enverra directement dans la tombe. »

Elle eut un sourire puis se lançait alors vers le sectaire qui était visé par les éclairs de Force de Saden. Elle ne voulait pas laisser le temps à cet homme de mettre en place une stratégie. Plus vite elle frappait et plus vite elle pourrait en finir avec lui. D'autant plus, le rire que venait d'avoir le sectaire avait eut vite fait d'énerver Marchesa et elle n'allait pas le laisser profiter un peu plus longtemps de cet affront.

Ce n'était plus de l'entraînement à présent, il s'agissait d'un combat réel et Marchesa ne devait pas faillir au risque de mourir, c'était en quelques sortes cette peur de la mort qui la poussait à se battre de manière virulente. Elle ne se permettrait jamais de tomber maintenant, elle avait une vengeance à accomplir. Et ça ne serait certainement pas un traître comme cet homme qui allait l'empêcher de faire quoi que ce soit, elle allait lui montrer que même avec une arme aussi dérisoire qu'une vibro-lame, elle le mettrait à terre.

« D'ailleurs, ton sabre-laser me servira beaucoup plus à moi qu'à toi. Un être aussi faible que toi qui manie le Côté Obscur… quelle ironie. »

Elle tenta donc de nouveau un coup puissant d'estoc pour le transpercer sans lui laisser les moyens de se défendre efficacement. Marchesa ne voulait pas s'attarder longtemps, et elle devait prouver à Saden qu'elle pouvait être une personne digne de confiance et potentiellement une future Sith. Même si elle avait envisagé un meilleur déroulement pour cette mission. Mais ce n'était pas le temps de discute de ce qu'elle venait de faire, elle devait se concentrer sur l'instant présent et à tout prix sur la réussite de cette mission. Son avenir à l'Académie de Korriban en dépendait certainement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Echo de Force
Compte administrateur
Messages : 224
Date d'inscription : 02/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Avr - 15:21
Résolution : http://sw-aube-des-tenebres.forumactif.com/t114-mission-la-voix-du-sith-m-appelle#798





L'activation du sabre-laser de Saden sembla surprendre les deux fidèles, qui se tournèrent partiellement pour déterminer l'origine du bruit caractéristique. Alors que la Sith se jette sur le premier sectaire, ce dernier a tout juste le temps de réagir, négligeant sa garde pour ramener sa lame partiellement dans son dos et dévier celle de son assaillante. Cela a pour conséquence de finir de le faire pivoter, tournant ainsi le dos à l'acolyte pour se concentrer sur ce qu'il estimait désormais être la plu grande menace dans cette pièce. Son regard dévia vers la volée d'éclairs, à la recherche de la situation de son partenaire.

Ce dernier venait de positionner son sabre-laser à l'horizontal, en garde haute, pour intercepter la volée d'éclairs décochée par la Sith et semblait déjà s'être préparé à l'action de Marchesa. Son décalage lui donna l'avantage lorsqu'elle décida de répéter sa précédente attaque si bien qu'il lui suffit de se tordre sur le côté pour esquiver le coup d'estoc. Le réflexe qui suivit lui permit agripper le bras encore mi-tendu de l'acolyte et il n'hésita pas à le tirer aussi fort que possible vers lui pour projeter la Sith vers l'avant. Signe d'une certaine expérience ou d'un entrainement plutôt assidu au maniement du sabre-laser et à l'art du combat, il ramena vivement son sabre-laser dans un mouvement circulaire, laissant ce dernier lécher légèrement le dos de Marchesa alors qu'elle chutait vers le sol. Il détourna presque aussitôt son attention vers Saden, laissant l'acolyte rouler au sol et se stopper en heurtant une pile de caisse.

L'une d'entre elle chuta sur le sol, projetant au sol une multitude d'objets qui rebondirent dans un tintement assourdissant.

« Je ne sais pas qui vous êtes, mais vous n'auriez jamais dû venir ici » lança le premier d'entre eux, avant de se jeter sur Saden, sabre au poing.

Constatant que son partenaire s'attaquait à Saden, celui qui avait repoussé l'assaut de Marchesa se concentra de nouveau sur l'acolyte, s'approchant d'un pas lent :


« Tu oses me menacer, petite ? Regardes-toi... Pathétique. Vous ne savez à quoi tu viens de t'attaquer... Que sais-tu de nous ? Tu ferais mieux de te mettre à parler tout de suite si tu ne veux pas mourir...

Je ne suis pas très patient... »


Il arma son bras, prêt à bondir pour le coup de grâce...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 114
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Avr - 16:20
Elle avait sous-estimé ses adversaires. Il ne s'agissait pas seulement d'un retournement imprévu de la situation, ni d'un soudain instinct de survie développé chez les deux hérétiques. Si le premier avait été surpris, et avait échappé de justesse à l'attaque sournoise de Saden, le second avait eu le temps de pleinement se ressaisir, et il était plus fort que prévu. Non, la jeune femme avait simplement sous-estimé ses adversaires, et maintenant, elle en payait le prix. Le combat risquait de fortement s'éterniser, si ça continuait. Et le vacarme provoqué par la chute de Marchesa n'allait pas jouer en leurs faveurs. Il fallait terminer le combat maintenant, et retourner dans l'ombre. Avant que d'autres hérétiques n'arrivent.

Son adversaire attaqua, sans tenir compte de son comparse occupé à tancer l'acolyte blessée. Saden puisa dans sa frustration exacerbée, puis dans la douleur que la Force avait gardé en mémoire autour d'eux ; elle attaqua alors son adversaire, sans lui laisser le temps de le faire. Rapide, agile, la jeune femme se mit à virevolter, multipliant les combinaisons et les feintes pour piéger son ennemi sous un déluge rouge, l'obligeant à se défendre. Très vite, elle constata que ses efforts payaient : il reculait, et tentait d'esquiver plus que de bloquer ou parer. Parfait !

Voyons si tu peux prévoir ça.

Elle feinta une nouvelle fois, mais au lieu d'attaquer à l'opposé, elle usa de la Force pour faire un formidable pas chassé. D'une main, elle usa de la Force pour projeter une onde de choc vers l'homme qui menaçait Marchesa. Pris par surprise, il fut projeté à l'écart, laissant le temps à la jeune acolyte de se relever et de pouvoir poursuivre son propre combat.

Ne gâche pas cette chance, Marchesa...

Elle avait été stupidement altruiste, au point de se mettre en danger, pour aider sa camarade ; elle espérait ne pas avoir à le regretter. Heureusement pour elle, son adversaire épuisé ne sut pas profiter de l'occasion, et ils repartirent tous les deux dans un affrontement presque à sens unique. Mais bientôt, un rictus mauvais apparut sur le visage de l'hérétique. Comme il cachait mal ses émotions, il ne fut pas difficile de sentir dans la Force qu'il prenait un malin plaisir à juste se défendre.

Il gagnait du temps.

 « Notre credo est fort ! Et nos alliés arrivent. Tu n'échapperas pas à leurs griffes, jeune femme. Et crois-moi, tu supplieras qu'on t'achève, si on te fait prisonnière. On prendra grand soin de toi et de ton apprentie. »

Saden ne répondit pas. Ce n'était pas nécessaire, et elle ne lui donnerait pas cette satisfaction supplémentaire. Elle voyait bien que son adversaire ne pourrait tenir beaucoup plus longtemps. Aussi, elle poussa l'avantage, et tenta de mettre rapidement un terme à son combat. Elle feinta de nouveau, puis, l'ennemi vulnérable, elle brandit son arme pour le décapiter amplement tout en sautant par-dessus lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 38
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Avr - 21:23
Marchesa avait senti la brûlure du sabre-laser lui caresser le dos, elle laissa échapper un léger hoquet de douleur avant de se retrouver le dos contre des caisses. Elle releva la tête en voyant son ennemi s'approcher et lui promettant de la tuer très vite après l'avoir interrogée. Elle eut un sourire en voyant Saden projeter un éclair de Force sur lui. Pendant qu'il était déstabilisé, elle effectua un saut carpé pour se relever et elle se remettait déjà en garde prête à en découdre de nouveau. Elle n'allait pas se laisser dominer et se retrouver honteuse devant Saden, elle sentait la colère monter petit à petit en elle et elle n'eut comme réaction qu'un sourire carnassier tandis que ses yeux commençaient à prendre une teinte légèrement jaune, elle se laissait petit à petit aller dans le Côté Obscur et elle ne sentait presque plus la douleur de la petite brûlure qu'elle avait dans le dos. Elle y avait échappé belle quand même, si Saden n'avait pas été là elle se serait faite tuer au bout de quelques secondes. Le bruit qu'elle avait fait en cognant les caisses avait dû alerter presque tout le reste des sectaires, alors autant faire couler le sang maintenant. Etrangement, Marchesa se sentait prête à affronter toute une armée, sans doute le fait de savoir que la mort pouvait la prendre à tout moment qui lui donnait cette énergie. Elle n'avait jamais rien connu de tel et elle dégageait petit à petit une aura noire et empreinte de Force, elle arrivait à se discerner sans mal à présent, preuve de son agacement et de son envie d'en finir avec cet homme.

« Et ma patience aussi a atteint ses limites, tu pleureras pour que je t'épargne, tu embrasseras même mes bottes. Malheureusement, je ne te laisserai même pas cette occasion. »

Et dans un cri, elle se jeta sur son adversaire et fit virevolter sa lame pour donner un coup horizontal au niveau de la gorge du sectaire. Si elle parvenait à réussir son coup, elle lui trancherait la gorge assez profondément pour qu'il ne puisse rien faire à part étouffer et se vider de son sang. Elle avait mit dans ce coup toute sa haine et toute sa rage, la teinte de son regard le prouvait sans mal et elle était presque prête à tenter autre chose, mais ce n'était clairement pas le moment. Son cri était rageur et plein de colère. Si Marchesa devait maîtriser un style de combat, ce serait sans doute celui là, laisser ses émotions guider sa lame. Pourtant, elle avait vu de nombreux autres styles dévastateurs. Mais celui, dans sa forme la plus pure et la plus brutale, pouvait faire des ravages. Même en temps qu'Acolyte Sith, elle se définissait déjà par sa manière de se battre. En rabaissant, en humiliant puis en laissant son corps se tordre et succomber petit à petit au Côté Obscur, Marchesa tirait à présent toute sa puissance du Côté Obscur, et laissait de côté les remords qu'elle pouvait avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : L'Aube des Ténèbres ::  :: Bordure Extérieure-
Sauter vers: