::  :: Bordure Extérieure Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Tund] Mission : La voix du Sith m'appelle

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Echo de Force
Compte administrateur
Messages : 165
Date d'inscription : 02/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Avr - 23:41
Résolution : http://sw-aube-des-tenebres.forumactif.com/t114-mission-la-voix-du-sith-m-appelle#869





L’attaque de Saden fut si brutale que son adversaire n’eut pas le temps de s’en prémunir. L’humain su que sa mort arrivait avant même que le sabre n’ait finit de s’abattre. Son corps s’écroula lourdement une fois le coup porté, dénué de toute vie tandis que la tête tout juste séparée chuta puis roula au sol. Son partenaire qui s’apprêtait à s’en prendre à Marchesa resta tétanisé en constatant sa mort, une erreur qui ne tarda pas à lui coûter cher, à lui aussi. A la différence de l’autre fidèle, lui ne vit pas la mort venir et encaissa la frappe de l’acolyte à la gorge. Sa réaction fut tout aussi soudaine. Ses yeux s’écarquillèrent et ses mains lâchèrent son sabre-laser pour se porter sous son menton dans réflexe vain. Ses jambes le lâchèrent sous l’effet de la panique et il se traina au sol en tentant de stopper une hémorragie inarrêtable. Il crachota, tentant de prononcer quelques mots. Il se raidit finalement, l’espace d’un instant, avant de se ramollir tout aussi rapidement. Lui aussi venait de mourir, laissant les deux assaillantes toiser leurs corps.

Les deux Sith n’eurent guère le temps de se satisfaire de leur victoire qu’ils entendirent de nombreux bruits en provenance de l’antichambre menant à la grande pièce où ils se trouvaient. D’abord des bruits de pas venant dans leur direction en nombre, puis des cris, des coups, et encore des cris. Cela dura quelques dizaines de secondes, peut-être un peu plus, avant que le silence ne s’installe à nouveau tel le calme avant la tempête. La porte finit par s’ouvrir soudainement, avec violence, laissant apparaître en trombe un des fidèles aperçus précédemment par les deux Sith. A peine eut-il fait son apparition qu’il s’écroula à son tour, frappé à mort dans le dos par une lame rougeoyante.

« C’était stupide de votre part de venir ici. Vous avez de la chance d’être en vie, j’espère que vous en avez conscience. » lâcha une voix depuis l’embrasure de la porte, avant que la silhouette meurtrière ne se dévoile aux yeux de Saden et Marchesa. Une silhouette qu’elles purent facilement reconnaître.

Zala se tenait devant eux, son arme encore à la main, son regard avisant les deux autres cadavres étendus dans la pièce. Puis elle s’avança d’un pas :

« Voilà donc les deux derniers. Je me suis occupée des autres, nous sommes seules. » Elle éteignit son sabre, le rangeant à sa ceinture avant de s’immobiliser à nouveau. « J’ai profité de la cohue pour m’immiscer dans leur groupe et les frapper par surprise. Les quelques connaissances que j’ai acquis à leur côté m’a également bien aidé, et la panique a fait le reste… » se sentit-elle obligée de préciser pour justifier sa présence et le fait qu’elle était parvenue à terrasser huit adversaires à elle toute seule. C’était aussi l’occasion de se mettre en valeur, et peut-être de se faire respecter d’avantage…

Visiblement, Zala était bien plus que la simple élève et amie qu'elle avait laissé paraître lors de leur dernière rencontre...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 93
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Avr - 12:57
Les soupçons de Saden envers la sang-pur ne firent que se renforcer, en la voyant surgir l'arme au poing, tout en se vantant d'avoir su être plus forte et plus maligne. C'était gros, et seule une personne au fort potentiel ou avec des longues années de pratique pourrait réussir cela. Autrement dit, quelqu'un qui avait largement la puissance d'un maître, et non pas une personne isolée dans une secte. Quelque chose clochait avec cette femme, et la jeune Sith avait des soupçons sur son identité. Mais elle ne pouvait rien affirmer, et il serait dangereux de la sous-estimer elle aussi.

Elle avait fait une erreur avec les deux hérétiques qui gisaient au sol ; il ne fallait pas recommencer. Elle tourna la tête brièvement vers Marchesa pour s'assurer que l'acolyte était encore là, et en vie, avant de se tourner vers Zala.

 « Très impressionnant... mais nous ne devrions pas nous attarder ici. Quelqu'un va finir par trouver leurs corps, et je suis prête à parier que le reste de la secte sera très bientôt au courant de ce qu'il s'est passé ici. »

Elle tourna néanmoins la tête vers la table holographique présente ici. Il y avait sûrement des informations intéressantes à y trouver ; mais le temps leur manquait. Réfléchissant à toute vitesse, Saden opta finalement pour la solution la moins risquée : sortir, en compagnie de Zala et de Marchesa, et discuter de tout ça à l'abri, loin des oreilles indiscrètes. Ce qu'elles firent donc toutes les trois.

Ce n'est qu'une fois à l'abri, plusieurs centaines de mètres plus loin, que la jeune femme décida de s'arrêter et décida de poser les questions qui fâchent :

 « Bien. Maintenant, vous allez me dire ce que vous savez à propos du plan des hérétiques. Leur réunion, aussi stupide qu'il était d'y aller, fut très instructive. Ils ont l'intention de déménager loin d'ici, sur un autre secteur de la planète, en utilisant un vaisseau. Où se trouve ce vaisseau, et où se trouve cette autre cachette ? Si notre mission doit être un succès, j'en conviens, il vaut mieux éviter de recommencer e qu'on a fait... »

Elle eut un regard légèrement inquiet en direction de l'apprentie à côté d'elle. Les blessures au sabre-laser, même les plus légères, étaient douloureuses. Mais elles n'avaient pas le temps de la soigner pour le moment.

 « Mais nous devons rapport toutes les informations possibles. Et savoir combien ils sont, à quoi ressemble Darth Tarios, où ils se cachent... ce serait une grande avancée pour l'enquête. Mais je reste sceptique sur un point : j'ai l'impression que nous ne sommes pas les seules sur le coup. Je vous ai parlé d'un militaire, tout à l'heure. Est-il possible que la secte ait corrompu l'administration planétaire ? »

Zala mit un peu de temps à répondre. Son regard méprisant s'attarda plus longtemps que nécessaire sur Marchesa ; peut-être qu'elle se délectait de voir une humaine affaiblie par une blessure.

 « C'est... possible. Je n'y crois pas, mais vous avez raison sur un point : il faut être prudent. Quant à ce que vous m'avez dit... »

Elle eut un haussement d'épaules, et cette fois, elle parut sincère dans son manque de réponse.

 « Je n'ai pas eu un grand rôle dans la secte, mais je sais que Darth Tarios prenait soin de ne jamais se montrer en public, sauf à quelques personnes de choix. Deux de ces personnes sont malheureusement mortes, maintenant. J'ignore où est leur prochaine base, mais le vaisseau est le seul que possède la secte. A vrai dire, je ne serais pas surprise que ce soit le vaisseau personnel de Tarios. Si vous voulez, je peux vous montrer où il est stationné. Dois-je comprendre que vous souhaitez vous cacher à l'intérieur et infiltrer directement le bastion ennemi ? »

Pour toute réponse, Sade eut un haussement d'épaules, sans le moindre sourire. Son regard s'attarda un bref instant sur celui de Marchesa, avant de revenir vers Zala.

 « Vous êtes soit complètement folle, soit vous êtes plus puissante que je ne le pensais. Soit. Allons-y. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 34
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 0:45
Marchesa avait eut un sourire et même un léger rire en voyant le sectaire se vider de son sang. Elle se délectait presque de cette vue, elle se sentait puissante. Elle avait eu un pouvoir de vie et de mort sur une personne, c'était quelque chose qui ne lui était jamais arrivée et voilà qu'en contrôlant à peine ça, elle s'en sentait presque fière. D'un simple geste, elle rangea sa vibro-lame et saisit à distance grâce à la Force le sabre-laser que son adversaire venait de faire tomber. Il ne lui servirait sans doute pas forcément, il fallait encore que l'acolyte forge le sien, mais à présent elle pouvait se battre à armes égales. Quand Zala arriva, l'adrénaline baisse petit à petit, les yeux de la jeune femme prirent une teinte un peu moins jaune. Elle ressentait aussi la légère douleur de la brûlure du sabre-laser qui la démangeait et l'empêchait de se concentrer totalement. Elle n'avait rien senti pendant le combat et voilà que cette légère plaie lui procurait de légers lancement. Elle soupira alors, souffla un bon coup pour évacuer toute cette pression qu'elle avait accumulée. Pression qu'elle avait d'ailleurs concentrée dans le coup net et précis qu'elle avait porté à son assaillant. Une fois à l'écart, Marchesa ne disait rien et laissait les deux autres femmes parler entre elles. Il était vrai que leur mission n'était pas encore terminée et qu'il fallait savoir où les sectaires comptaient s'installer. Le regard que portait l'acolyte à Zala était un regard dur, elle n'aimait pas qu'on la toise comme ça et elle préférait aussi garder le silence, même si elle n'aurait pas dit grand-chose car ce qui comptait c'était la réussite de cette mission.

Au final, elles allaient opter pour s'infiltrer dans le vaisseau. La seule chose qu'espérait Marchesa était de ne pas voir Zala devenir une traître et décider de s'en prendre à Saden et à elle, elles avaient beau être deux, la Sith paraissait puissante, terriblement puissante.

« Nous avons une mission à finir. »

Cette simple réponse la rendait légèrement tremblante, elle voulait revivre ces moments d'adrénaline, elle n'avait jamais rien vécu de tel, même pas à l'Académie de Korriban.

« Cette secte doit comprendre qu'elle ne peut pas échapper au contrôle de Korriban. Nous ne pouvons permettre à des Sith de faire sécession. C'est un acte de faiblesse. Et ce genre de faibles doivent payer le prix de leur trahison. »

Elle disait ça d'une voix assurée, ça ne lui ressemblait pas vraiment. Elle eut tout de même un nouveau petit hoquet de douleur qui rendait ce qu'elle venait de dire comme ridicule et prononcé par quelqu'un qui était en train de délirer. Mais loin de là, Marchesa était prête à de nouveaux affrontements, elle voulait montrer qu'elle méritait sa place parmi les Sith. Elle gardait le sabre laser à sa main gauche. Il s'agissait presque d'un trophée, en plus d'être potentiellement utile pour la suite de la mission.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 93
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 13:13
Les trois femmes partirent d'un bon pas, en direction du spatioport. Saden en profita pour laisser passer Zala devant, et marcher en alignant son pas avec celui de Marchesa. C'était à elle qu'elle souhaitait s'adresser, de toute manière, même s'il lui importait peu que la sang-pur soit au courant de ce qu'elle allait dire.

 « Ta blessure était-elle supportable ? Une marque au sabre-laser se soigne assez facilement, à ce niveau-là. Quand nous aurons un peu de temps, je te soignerais ça, si tu le souhaites. »

Ça avait grandement des allures de test. Saden l'aurait pris comme ça, à la place de l'acolyte, mais elle ne savait pas très bien ce qu'elle attendait comme réponse. D'un côté, elle compatissait à la douleur de la jeune femme, car elle savait très bien ce que c'était, que d'avoir mal physiquement. Mais d'un autre côté, les Sith devaient savoir garder la tête froide en toute circonstances, et savoir mettre de côté la douleur pour pouvoir se concentrer. Les forts survivaient, pas les faibles. Un mantra primordial chez les Sith, adeptes de la Force ou non. Dans l'ensemble de leur empire en fait. Mais reconnaître ses faiblesses n'était pas une preuve de lâcheté, au contraire. C'était de la sagesse, la preuve qu'on savait se mesurer soi-même.

Mais elle souhaitait, par cette question, savoir comment réagissait l'acolyte. Par sécurité autant que par souci, car elle ne voulait pas d'une tête brûlée trop imprudente avec elle. Elle préférait avoir quelqu'un d'un minimum sérieux, ayant la tête sur les épaules. Quitte à ce qu'elle avoue sa douleur. Il n'y avait pas de honte à ça, même si Zala, devant elles, ne serait sans doute pas de cet avis.

 « Nous arrivons. Laissez-moi parler. »

Le trio se dirigea vers l'administration à l'entrée, et la sang-pur échangea quelques mots avec l'homme en poste. Ce dernier eut l'air mécontent, et la Sith aussi. Toutefois, il finit par céder, et délivra un pass à Zala. Saden en profita pour pencher la tête vers celle de sa pseudo-apprentie, et lui chuchoter à l'oreille.

 « Méfions-nous. Ça ressemble beaucoup à un piège. »

La Sith au sang-pur revint vers elles.

 « Nous devons aller au hangar B73C. Le vaisseau de Darth Tarios y est stationné. Mais je vous préviens, il se peut qu'il y ait des gens là-bas. Des ouvriers, ou des adeptes. L'homme en poste ici m'a dit qu'il ne fallait pas y aller, sous peine de se prendre une grosse amende. Faible dissuasion, mais bon... »

Les trois femmes marchèrent quelques minutes en silence, avant d'arriver le sas qui menait au hangar qu'elles cherchaient. Saden sortit son arme, prête à l'activer si besoin, et elle enjoignit Marchesa à faire de même. L'acolyte allait-elle se servir du sabre-laser, ou de sa vibrolame ? Ou des deux, peut-être. Mais si elle n'avait jamais manipulé de sabre-laser, alors il se pourrait qu'elle soit dangereuse pour elle autant que pour les autres. C'était une arme légère, car la lame n'avait aucun poids. Trompeur, et déroutant.

Mais avec le temps, et l'entraînement, la jeune femme pourrait acquérir l'habileté nécessaire pour utiliser à la fois la vibrolame et le sabre-laser. Une combinaison redoutable, et qui permettait de s'en sortir face à de nombreux adversaires imprudents. Les gens surestimaient souvent l'utilisation d'un sabre-laser, par rapport à une lame conventionnelle ou une vibrolame.

Mais avec de la chance, il ne se passerait rien de grave, ou nécessitant un combat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 34
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 17:43
Marchesa ne souhaitait pas exprimer sa douleur. Au final, ce n'était rien de plus qu'une brûlure de sabre-laser et l'acolyte devra sans doute affronter beaucoup d'autres épreuves plus dangereuses. Pour le moment, elle faisait avec et se concentrait avant tout sur le déroulement de la mission. Elles avaient déjà réussi à s'en sortir et elles étaient à présent proches de leur cible. Parvenir au vaisseau indiqué par Zala et savoir ce qu'il s'y tramait vraiment. Elle n'avait pas particulièrement confiance en la Sith mais elle devait faire avec, elle leur permettait d'accéder à des zones qui pouvaient paraître hostiles et même si c'était un piège elles avaient déjà bien avancé. La jeune femme ne faisait que suivre les deux autres, elle agissait en tant que simple lame et ne s'avançait guère pour donner des ordres, elle n'était pas encore assez haute dans la hiérarchie Sith pour se le permettre. L'acolyte ne savait vraiment pas ce que pourrait donner cette arrivée dans le hangar, mais elle se tenait en tout cas prête à se battre de nouveau.

« Ce que j'ai au dos m'importe peu, il faut déjà que cette mission soit une réussite, le temps fera son effet pour soigner ce que cet homme m'a infligée. »


Elle aurait pourtant pu perdre la vie, mais elle écartait cette pensée de sa tête, elle était trop bornée pour pouvoir relâcher la pression qu'elle avait en elle ou pour se laisser aller au désespoir. Elle voulait montrer qu'elle était prête à d'autres péripéties, si cela lui permettait d'être respectée par les autres et d'être reconnues non plus comme aspirante à devenir une Sith mais bel et bien une Sith. Selon la mise en garde de Saden, Marchesa était prête à dégainer à n'importe quel moment. Bien entendu, ce ne serait pas au premier haussement de ton qu'elle le ferait, mais elle se tenait à l'affût de la moindre menace ou du moindre début d'hostilités. Elle avait vu comment étaient les sectaires juste avant, ils ne reculaient pas pour se battre, alors il ne fallait pas montrer de peur ou de crainte, juste garder un regard froid voir dur, se montrer intimidante. Même équipée de sa vibro-lame, Marchesa pouvait montrer qu'elle était dangereuse, pour preuve avec l'homme qu'elle avait égorgé il y a plusieurs minutes de cela.

« Je ne comprends pas comment un endroit comme celui-ci peut laisser passer des dissidents, on dirait que c'est corrompu ou alors que la sécurité n'est pas assez renforcée. Ou bien les gens ici ont peur qu'il leur arrive quelque chose. »

Avait-elle dit doucement à Saden. Elle trouvait que l'ambiance qu'il avait sur la planète était assez tendue, même dans des endroits publics. Et pourtant, des navettes transportant des voyageurs s'y arrêtaient chaque jour, c'était vraiment étrange. Jamais la jeune femme n'aurait pensée qu'une planète comme celle-ci existait, c'était encore plus étrange que Korriban. Sans doute que cette secte avec le bras assez long pour éviter les problèmes. Même si à présent ils en avaient deux, voir potentiellement trois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Echo de Force
Compte administrateur
Messages : 165
Date d'inscription : 02/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Avr - 23:45
« C’est pourtant très simple. Les puissants dirigent, les faibles s’écrasent. Darth Tarios doit avoir des pions très haut placés, suffisamment pour que les autorités restent en dehors de ses manigances, de leur plein gré ou non. »

Zala avait adopté un ton moins condescendant pour répondre à Marchesa, et lança un regard vers Saden. Puis elle leur fit signe de la suivre et prit la direction du hangar du vaisseau de Tarios. Là, elle attendit qu’elles soient seules avant de prendre à nouveau la parole :

« A mon humble avis, se débarrasser de Tarios ne fera que renforcer le fanatisme de ses fidèles au lieu de semer le chaos et la terreur dans ses rangs. Vous ne détruirez pas cette secte en la privant de sa tête pensante. D’autres prendront le relai, ça me semble évident. Qu’espérez-vous tirer de cette escapade dans son bastion ? »

Elle avisa le sabre-laser dans la main de Saden et secoua doucement la tête.

« Nous n’aurons pas besoin de cela, en théorie. Laissez-moi faire. Ne prononcez pas un mot et tout se passera bien. »

Elle attendit d’avoir l’accord des deux femmes avant d’ouvrir la porte donnant sur le hangar. Le vaisseau personnel de Darth Tarios, s’il s’agissait bien de son vaisseau, était plutôt majestueux, et conséquent. Autour de l’appareil s’afféraient une dizaine de personnes, visiblement occupées à vérifier l’état du vaisseau. Plusieurs caisses de matériels attendaient à proximité de la rampe d’être montées à bord. Un homme descendit de l’appareil après qu’un des techniciens ait remarqué l’arrivée des trois Sith, et se dirigea droit vers elles. C’était un Sith plutôt âgé, avec le visage marqué de stries. Sa chevelure courte et ses yeux d’un jaune perçant semblaient lui donner une certaine aura.

« Halte-là. Cette zone est réservée, vous n’avez rien à faire ici. » lança-t-il,  en tendant la main vers l’avant et en gardant ses distances.

« Qui es-tu pour me donner des ordres, zuguruk… ? » rétorqua immédiatement Zala avec mépris, le regard foudroyant, sans même s’arrêter.

« J’ai dit halte. Veuillez faire demi-tour. » répéta-t-il, avec insistance, alors que les autres ingénieurs semblaient s’approcher pour former un cercle derrière lui, en signe de soutien.

« Je suis Zala Hâjjil, envoyée de Darth Niroih. Ces personnes sont mes assistantes. Laisse-moi passer, zuguruk, ou je te tranche la tête, à toi et à tes amis. »

Le ton de Zala s’était fait plus autoritaire et menaçant et le Sith eut un léger mouvement de recul. Son comportement changea du tout au tout, l’assurance ayant laissé place à la crainte, et il s’excusa aussitôt, avec malaise, mais sans pour autant changer d’avis :

« Oh. Pa-Pardonnez mon zèle, Dame Hâjjil. Je… je ne savais pas. Mais vous devriez vraim-… »

Le Sith n’eut pas le temps de finir sa phrase que le vaisseau explosa, propulsant tout le monde au sol et projetant d’énormes morceaux de métaux dans les airs. Sonnée, Zala mit du temps à se relever. Devant elle, le vaisseau n’était plus qu’une épave brulante et fumante. Les corps des ingénieurs et techniciens les plus proche de l’explosion avaient été projeté dans les airs et contre les murs du hangar. Elle pesta dans sa langue et vérifié d’un coup d’œil que Saden et Marchesa n’avaient rien avant d’agripper le Sith encore au sol. Celui-ci était encore bien vivant, mais encore sous le choc. Pourtant, Zala alla droit au but…

« Pourquoi ?! Pourquoi avoir saboté le vaisseau ?! Saviez-vous que nous venions ici ?! Comment ?! »

Le Sith cligna des yeux un instant, avant de porter ses mains devant lui, en signe de protection.

« Hein ? Nn-non… Non. On a simplement été contraint de le faire. Votre mouvement n’a pas que des amis ici, sur Tund… Pitié. »

Zala détourna le regard du Sith, et le tourna vers Saden et Marchesa. Il croyait qu'elles étaient tout les trois avec Darth Tarios. Cela pourrait jouer en leur faveur, ou au contraire leur attirer des ennuis. L'explosion risquait d'attirer la sécurité, et les massassis n'avaient pas la réputation d'être très cléments...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 93
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 11 Avr - 9:55
Saden se tamponna légèrement l’oreille gauche, grimaçant encore à cause du sifflement qu’elle percevait encore. Foutue explosion. Foutue mission tout court en fait ; c’était depuis qu’elle avait posé le pied sur cette planète dégueulasse que les problèmes avaient commencé. Si elle le voulait, la jeune femme avait juste à fausser compagnie aux deux autres, à aller quelques hangars plus loin, puis elle pourrait prendre son propre vaisseau et s’en aller. Retourner à la solitude qu’elle aimait tant, et surtout, reprendre une activité bien moins risquée : découvrir de nouvelles planètes, les cartographier, et ramener ces informations aux Sith. C’était monotone, mais elle aimait ça, et elle y prenait beaucoup moins de risque.

Bon, sauf la fois sur Klatooïne.

Mais ça voudrait dire abandonner Marchesa, une simple acolyte, aux griffes de Zala ; et quelque chose lui disait que c’était une mauvaise idée. La jeune brune avait un potentiel intéressant, et l’abandonner là alors qu’elle faisait de son mieux pour être digne d’une vraie Sith aurait été stupide. Du gâchis. Elle lui jeta d’ailleurs un coup d’œil, avant de tourner son regard vers la sang-pur. L’expression sur le visage de Saden en disait long sur ce qu’elle pensait de cette mission…

« Je dirais bien qu’on devrait fouiller l’épave et les cadavres, mais je crains que ce ne soit pas nécessaire. Qu’importe le groupuscule ou les individus qui ont fait ça, ils ont porté un coup dur à la secte. Toutefois… »

Son regard se fit plus dur, et elle se rapprocha dangereusement de Zala.

« Si vous saviez où trouver Darth Tarios lui-même… ou une personne le sachant, ce serait fortement apprécié. N’oubliez pas que vous êtes, techniquement, encore dans ce groupe d’hérétiques. Il serait fâcheux que votre nom finisse sur la mauvaise liste. »

La menace était à peine voilée, mais l’effet fut instantané. Le regard de Zala se ternit, et la résignation plissa son visage. Elle semblait en arriver à un point où elle préférait jouer cartes sur table plutôt que de donner les informations au compte-goutte. Une sage décision.

« Le gouvernement local essaye d’enquêter aussi. Le militaire dont vous avez parlé… c’est probablement un agent chargé de s’en occuper. Mais je ne saurais ni le trouver lui, ni retrouver Tarios. A moins que… »

La sang-pur tourna son visage vers le blessé, qui était resté très silencieux jusque-là.

« Tu ne le saches, avorton. »

Le blessé regarda tour à tour les trois femmes, et parut rapetisser à vue d’œil. Il faisait l’effet d’un homme misérable, faible : tout ce que méprisaient les Sith. Il n’avait plus une once d’assurance ou d’estime de lui-même. Il était vaincu, et ne vivrait plus longtemps. Tout ce qu’il pouvait faire, c’était donner les informations qu’il avait.

Mais qu’allait-il révéler ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 34
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 11 Avr - 17:08
L'explosion avait propulsé Marchesa à quelques mètres du sol. Son vol plané fut court mais elle tomba alors lourdement. Légèrement sonnée, elle mit quelques secondes avant de se relever. Reprenant ses esprits, et voyant que ses vêtements finissaient par partir légèrement en lambeaux, elle pensa qu'il valait mieux opter pour une nouvelle tenue une fois rentrée à Korriban, ne serait-ce qu'avoir une bure sur elle pour protéger ses autres vêtements. Elle s'était rapprochée des deux femmes silencieusement. Le vieil homme à terre lui faisait pitié, et elle se demandait ce qu'il fallait en faire si il arrivait à survivre. Il pouvait leur donner des informations, mais ensuite ? Marchesa n'était pas encore au point d'exécuter des gens comme ça. Il était un ennemi potentiel certes, mais un ennemi faible. Si elle aurait dû exprimer un avis dessus, elle aurait été pour emmener de vieillard avec elle et le faire juger devant une instance Sith. Bien entendu, cela n'était pas quelque chose que l'on faisait, et elle serait sans doute vue comme une traîtresse qui exprimait des remords pour les faibles. Elle avait accroché le sabre-laser à sa ceinture et restait en retrait, elle ne voulait pas interférer dans ce que les deux autres Sith disaient. Cependant, elle s'approche lentement de Saden et s'approcha de son oreille, lui chuchotant.

« J'ai l'impression que nous n'avons rien découvert et que ce qui se trame ici ressemble plus à une guerre intestine qu'autre chose, je ne sais pas si c'est une bonne idée de se mettre au milieu de tout ça. La situation devient presque incontrôlable et nous ne savons même pas sur qui nous pouvons compter réellement. »

Marchesa était devenue énormément méfiante, elle faisait de moins en moins confiance à Zala. L'explosion du vaisseau, ces histoires de secte. Elle s'était au final embarquée dans une mission qui paraissait plus dangereuse que prévu.

« Peut être que cet homme nous dira quelque chose d'utile, mais je m'attends déjà à rentrer dans des zones de tension de plus en plus grandes, et nous ne pourrons pas fuir le combat tout le temps. Si il y a une espèce de guerre, nous devons nous attendre à ne pas rencontrer des alliés mais uniquement des ennemis potentiels. »

Elle jeta un rapide coup d'oeil à Zala. Elle se méfiait de plus en plus de cette femme, autant de sa crédibilité qu'à ce qu'elle était vraiment. Mais elle était au moins sûre d'une chose, elle était puissante, et l'acolyte ne tiendrait sans doute pas plus d'une minute face à elle. Elle partait alors du principe que les ennemis de ses ennemis étaient ses amis, et il valait mieux qu'elle raisonne de cette façon pour ne pas sombrer dans la paranoïa. Oui, cette mission commençait à devenir compliquée, et Marchesa espérait rentrer en un seul morceau sur Korriban.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 93
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Avr - 9:50
La jeune femme scruta le visage de Marchesa, le nez presque collé au sien ; une nécessité pour parler bas sans être entendu de Zala, qui semblait hésiter entre décapiter le blessé et s’en aller. Saden essaya de déceler de l’inquiétude sur les traits de la brune, puis renonça. Il y avait plus urgent que de chercher des signes d’anxiété sur un joli visage. Surtout vu le pétrin dans lequel elles étaient fourrées maintenant.

Elle répondit alors sur le même ton, parlant dans un souffle presque inaudible :

« Tu as raison, hélas… On ne peut pas foncer tête baissée, et on ne peut pas y aller trop prudemment. Qu’on le veuille ou non, nous sommes plongées dans tout ça ; il faut en sortir, ou réussir à trouver le fin mot de l’histoire, et vite. Soit nous demandons à ce misérable, soit on demande à quelqu’un d’autre. Mais la sang-pur ne me paraît pas digne de confiance. Je commence à me demander si elle a vraiment tué ces huit personnes. Je suppose que quelqu’un d’assez puissant pour faire ça serait à la place de Darth Tarios depuis longtemps. »

A moins qu’elle ne soit Darth Tarios. Ce serait ironique.

« On va voir s’il parle. Et ce qu’il dit. Ensuite nous aviserons. D’un côté, je n’aimerais pas tourner le dos à Zala… mais d’un autre, j’aimerais ne plus l’avoir dans les pattes. Si on avait assez de temps, je tenterais de méditer sur le sujet, mais hélas, on ne l’a pas, ce temps. Travailler dans l’urgence n’est pas toujours efficace, et je n’ai jamais aimé ça. »

Sans attendre de réelle approbation de son « apprentie », Saden se tourna ensuite vers le prisonnier et l’interrogea. Il fut rapidement bavard, un peu trop même. Pour démêler le vrai du faux, elle le força à répéter plusieurs fois certaines choses, posa des questions-pièges et des reformulations. De fil en aiguille, elle parvint à comprendre qu’il y avait une sorte de mini-guerre civile sur Tund, entre les différents pans du gouvernement et cette secte hérétique. La plupart des gens, heureusement, ignoraient son existence et il n’y avait donc pas trop de risque d’un soulèvement anti-Sith. Mais après avoir délivrer ces infos, le faible demanda grâce.

Sa seule récompense fut une morte rapide, octroyée par Zala. Qui ne tarda pas à s’exprimer sur le sujet.

« Nous devrions partir. Les hérétiques ne vont sûrement pas tarder. Et on devrait se séparer. »

Saden n’eut pas le cœur de tenter de la convaincre ; la décision était prise, mystérieusement suspecte. Il était donc inutile de tenter de la convaincre. La sang-pur partit rapidement, laissant les deux humaines en plan là où elles étaient. A l’extérieur du hangar, on entendait déjà les sons des alarmes et des personnes qui allaient intervenir sur le lieu de l’explosion. La jeune femme fit signe à l’acolyte de la suivre, alors qu’elle partait d’un pas vif. L’envie de retourner se reposer dans son propre vaisseau était grande, mais elle dut se retenir. Il fallait continuer la mission. En chemin, elle expliqua son idée à Marchesa.

« On va aller au bâtiment administratif, et essayer d’en savoir plus sur la personne dont il a parlé. Un apprenti qui s’appelle Bénabar et qui travaille avec le gouvernement. Selon notre petit vieux, ce brave jeune homme a demandé lui-même qu’on piège le vaisseau. Promis, si on le retrouve, je te laisserais lui expliquer que prendre des éclats de métal en fusion n’est pas une bonne chose pour la santé. »

Le ton était léger, ce qui ne lui ressemblait pas du tout. Elle décida donc de se murer de nouveau dans le silence, plutôt que de se laisser aller à d’autres idioties comme ça. Elle était une Sith, par la Force, pas une jeune femme ordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 34
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Avr - 21:00
Marchesa avait presque eu une réaction de dégoût en voyant Zala exécuter sans aucun scrupule l'homme à terre. Elle ne comprenait encore cet aspect là des Sith. Il était clair qu'il y avait des faibles et des puissants, et que les puissants devaient régner sur les faibles. Mais elle n'envisageait pas que les puissants puissent faire ce qu'ils voulaient des faibles. Non, pour elle, les puissants devaient montrer qu'ils pouvaient assurer sécurité aux faibles. Juste ça, rien de plus. Elle ne pensait pas à de la politique forcément, les concepts même de démocratie l'avaient suffisamment écoeurée dans son histoire personnelle mais même dans une tyrannie, il fallait que les faibles soient protégés. Du moins, c'était sa conception et elle s'éclipsa en silence en suivant Saden pour la suite de la mission. Rien n'allait vraiment, il pourrait y avoir pire mais cette situation était tendue, beaucoup trop tendue. En marchant au côté de sa coéquipière, et sachant que Zala n'était plus à proximité, elle se décida alors à reprendre la parole.

« Ce vieillard… Je ne vois pas pourquoi il fallait l'éliminer. Il était dans un sale état et il aurait peut être été un bon informateur, du moins il aurait pu révéler bien d'autres choses. Le ramener sur Korriban pour qu'il parle et qu'il justifie ce que nous venons de faire… Même le juger quitte à prononcer une sentence de mort pour lui. Nous sommes en train de laisser beaucoup de morts derrière nous. »

Ca ne plaisait pas à l'acolyte, elle le montrait. A son stade, elle savait remettre les choses en question et n'était pas aveuglée totalement par le Côté Obscur, même si ses yeux avaient pris une teinte très jaune pendant son combat. Ressentir de la haine et de la colère oui, mais pour des raisons justifiées.

« Trouvons alors cet apprenti... »

Elle fit quelques pas de plus aux côté de Saden puis rétorqua.

« Et faisons en sorte de ne pas avoir plus de sang sur les mains. Zala n'est pas fiable, aussi bien dans ce qu'elle peut dire que ses façons de faire. »

Et pourvu que ce Bénabar n'essaie pas de se défendre. Qu'il essaie de coopérer afin de les aider à résoudre ce problème de secte, le plus rapidement possible. Marchesa avait presque envie de quitter la planète en voyant la zizanie que cela finissait par mettre sur Tund.

« Si c'est lui qui a piégé le vaisseau, alors ça peut être un allié potentiel. »

En même temps, elle regardait son accoutrement qui s'abîmait à vue d'oeil. Coup de sabre laser et explosion, voilà un cocktail assez détonant. Cela montrait au moins que Marchesa avait bel et bien été investie dans cette mission, et elle préférait ça à des cicatrices sur sa peau.

« Il va falloir que je porte autre chose en rentrant sur Korriban, je ne veux pas qu'on se moque de moi en voyant que j'ai pris autant de chocs pour une mission... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 93
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 13 Avr - 18:25
Saden ne répondit rien, conformément à sa volonté de vouloir se murer dans le silence. Elle menait le duo vers le bâtiment administratif le plus important du coin, et réfléchissait en même temps aux nombreuses possibilités. Elle ne serait pas étonnée si Zala était une traîtresse, pas plus qu'elle ne serait étonnée si elle se faisait soudainement tuer ou emprisonner pour hérésie, ou pour tout autre motif un peu louche. Elle était trempée jusqu'au cou dans cette histoire, et elle le savait. La sang-pur n'avait plus qu'une idée en tête : parvenir à s'en sortir, d'une manière ou d'une autre. Et ça passait, pour le moment, par une fuite déguisée.

Tant mieux pour elle. Mais la jeune femme n'avait pas l'intention de se laisser faire, pas plus qu'elle n'avait l'intention de laisser l'autre Sith jouer en solo. La mission d'enquête était pour Marchesa et elle, et elles s'acquitteraient toutes les deux de leur tâche. Par curiosité, elle jeta un coup d’œil à la dérobée à sa fausse apprentie.

Les robes de cette dernière étaient effectivement en piteux état, et n'importe qui prendrait cela pour une marque d'irrespect ou de négligence. Les Sith n'aimaient pas l'absence d'ordre et de discipline, même dans les styles vestimentaires. Mais le temps jouait contre elles, et il n'y avait donc pas moyen de faire demi-tour, d'aller jusqu'au vaisseau de Saden et de lui refiler une bure. Surtout que tout le monde pourrait la prendre pour une personne plus importante qu'elle ne l'était. Et ça, il n'en était pas question. Usurper son rang, chez les Sith, c'était l'une des pires choses à faire. Et la jeune femme ne tenait pas à ce que l'acolyte disparaisse aussi vite.

Il y avait du potentiel chez elle. Un terreau fertile. Des possibilités intéressantes. Et l'idée continuait de faire son chemin dans l'esprit de Saden, comme quoi il pourrait être intéressant d'être la personne qui s'en occupait. Sa compagnie n'était, de plus, pas désagréable, ce qui rendait l'ensemble plus séduisant.

Enfin, elles arrivèrent devant l'entrée. Quelques soldats de faction les regardèrent d'un air circonspects. La tatouée se tourna alors vers son « apprentie ».

 « On va entrer, et je vais poser les questions. Si tu dois me dire un truc, fais-le discrètement, car s'il y a bien un endroit où les oreilles seront indiscrètes, c'est ici. »

Elle allait bouger quand elle hésita, puis ajouta quelque chose, sur un ton plus léger – encore.

 « On te trouvera une autre tenue. »

A l'intérieur, elles faillirent se heurter à la lenteur de la bureaucratie. Faillirent seulement, car Saden insista légèrement en s'aidant de la Force, et elle obtint aussitôt ce qu'elle désirait : une entrevue avec le fameux apprenti. Hélas, ce dernier étant un adepte de la Force, il fut réticent à délivrer des informations, et bien sur, il jouait parfaitement son rôle : celui d'un type qui refusait de servir de bon cœur.

 « Je crois que nous ne nous comprenons pas, ma chère. Je n'ai rien ordonné de tel. Cette secte n'est qu'une bande de petits gêneurs, pas de quoi en faire tout un plat et surtout, pas besoin de mettre la spatioport en danger pour si peu ! » dit-il finalement.

Plutôt que de s'énerver, Saden eut un sourire mauvais, puis décida de ressortir du bâtiment. Elle attendit que les deux femmes soient sorties pour laisser son agacement se manifester. Il était rare qu'elle perde son calme, mais cette histoire commençait sérieusement à l'emmerder.

 « Bon. Bon, bon... on obtiendra rien comme ça. Il voudra pas nous dire. Que faire, à ton avis ? Devrions-nous aller poser des questions à d'autres gens ? Tenter de retrouver Zala ? Ou peut-être retourner au spatioport pour examiner davantage l'épave, aussi futile que ce soit à mon avis ? A moins que tu ne préfères laisser un peu de temps passer, histoire de laisser une opportunité apparaître... et dans ce cas on en profiterait pour te changer. »

Elle eut un long regard équivoque, s'attardant sur les lambeaux et sur le dos de la tenue de Marchesa.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 34
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 13 Avr - 21:27
Marchesa eut un long soupir quand elle sortit du bâtiment. L'entrevue avec l'autre Sith n'avait rien donnée mais l'acolyte fut néanmoins satisfaite de voir que ça n'avait pas eu une tournure violente. Pour ce qui était de la suite la mission, la jeune femme ne savait pas vraiment quoi faire. Il était évident qu'aller fouiller l'épave du vaisseau ne mènerait à rien, de plus, les autorités s'y trouvaient peut être et il fallait faire attention. Zala serait sans doute introuvable et elle n'avait pas envie de lui courir après pendant des heures, surtout si c'était pour se faire trahir. Car bien qu'elle soit du côté des alliés pour le moment, la Sith se montrait assez fourbe. Enfin, interroger une autre personne pouvait être envisageable, mais il fallait savoir qui et Marchesa n'avait aucune idée de qui pourrait leur fournir des renseignements, ce qui ne voulait pas dire pour autant que la mission devait s'arrêter. Elle venait juste de stagner car chaque possibilité était épuisée. Attendre qu'une opportunité se présente était sans doute la meilleure chose à faire, patienter un petit peu. Cependant, Marchesa voulait rester à l'affût, chaque passant pouvait être un informateur potentiel et il valait mieux rester dans cette zone là.

« Patientons un peu, attendons de voir si quelque se présente à nous. Faisons en sorte de saisir la moindre chose suspect et redoublons de vigilance. Mes vêtements pourront attendre, trouvons enfin une solution à ce problème qui commence à devenir plus que complexe. Zala ne nous sera d'aucune aide si nous tentons de la retrouver, elle connaît les environs mieux que nous et elle ne semble pas avoir besoin de notre aide. »

Marchesa n'envisageait pas Zala comme une personne sur qui on pouvait totalement compter, elle s'affirmait à elle même qu'il n'y avait que Saden et elle pour cette mission et personne d'autre. Tout le monde ici était un suspect potentiel. Mais le principal était de ne pas sombrer dans cette paranoïa.

« C'est quand même étrange qu'une secte comme ça a pu aussi bien s'organiser, à croire que tout le monde a fermé les yeux depuis pas mal de temps. Je veux bien comprendre qu'il y a eu des personnes infiltrées mais prévenir au moment où elle est bien construite revient à couper une tête pour en voir deux autres repousser instantanément… Cette mission ne me plaît pas pour ça, nous nous retrouvons face à un ennemi qui est puissant et bien installé ici, c'est à se demander si certaines personnes sans histoires sont de leur côté. Ils sont bien les seuls à offrir un possible soulèvement, alors il suffit juste qu'ils usent de belles paroles et le gouvernement établit devra prendre la fuite. A moins qu'il n'y ait une riposte avant… Ou que nous ne parvenions à y mettre un terme... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 93
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Avr - 12:54
Pour attendre à l'abri, Saden guida sa fausse apprentie à l'écart du bâtiment administratif, dans un coin abrité mais qui permettait de surveiller l'entrée. Personne ne venait, et hormis les quelques militaires gardant l'entrée, on ne pouvait pas vraiment les voir, à moins de jeter un coup d’œil de leur côté. Mais c'était le but recherché, et histoire d'attendre une opportunité, la jeune femme tenta un petit exercice.

Qui aurait autant de bienfait pour elle que de bienfait pour Marchesa. Elle s'assit en tailleur, indiquant à l'acolyte de faire même. Elle gardait toutefois le visage tourné vers l'entrée du bâtiment.

 « Puisque nous allons attendre, autant rendre ça plus utile. Je vais te montrer comment entrer en méditation. Les Sith usent rarement d'elle, car ils ne voient pas l'utilité de laisser la Force courir librement en soi, sans la saisir comme nous le faisons lorsqu'on alimente le Côté Obscur avec les émotions. Ralentis ta respiration, ferme les yeux, et laisse ton esprit vagabonder. En plus d'être relaxant, il n'est pas rare que la Force se manifeste autour de toi, et en toi, lors de cet exercice. Si tu souhaites en savoir davantage, tu devras demander auprès d'un maître, ou alors je répondrais à tes questions quand tout ceci sera fini. »

Saden se garda de lui parler des visions de la Force, de l'aide à la guérison du corps et aussi du remous qui avait tendance à faire en sorte que la Force créait les opportunités autour des gens qui se servaient de la méditation. La plupart du temps, cela n'avait rien à voir avec le but recherché, mais il arrivait parfois que se présente une occasion, une aide inespérée, un changement de situation qui pouvait permettre d'avancer. A vrai dire, la jeune femme comptait sur ce dernier point, car elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'elle devait faire, maintenant.

Toute cette histoire était compliquée, atrocement compliquée, et elle était mêlée à une confrontation qui n'avait absolument aucun rapport avec sa mission de base. Et il y avait, encore et toujours, cette désagréable impression que quelqu'un avait envoyé Marchesa pour les tester toutes les deux. Et même si elle se complaisait dans le rôle du mentor, la jeune femme aurait aimé pouvoir rester solitaire quelques temps. Mais laisser l'acolyte seule n'était pas une option envisageable, car c'était le meilleur moyen pour que cette dernière se fasse capturer ou éliminer.

Elle avait gardé le sabre-laser de son ennemi, d'ailleurs. Considérait-elle cela comme un trophée, ou une preuve de sa maturité grandissante ? Une preuve de son adhésion au dogme Sith ? Un lien avec le Côté Obscur ? Ou peut-être tout cela à la fois ? Ou peut-être même rien du tout. Peut-être était-ce juste par but pratique.

Saden fut tirée de ses pensées en voyant un militaire s'avancer vers les deux femmes. Elle le reconnut aussitôt. C'était celui qui avait fouillé l'appartement de Zozûm – ou qui avait prétendu ne pas l’avoir fait, plutôt. Son visage exprimait une résignation non-feinte, et son aura dans la Force était chargée de réticence.

Elle tira Marchesa de son exercice en lui touchant légèrement la jambe, avant de se relever pour fixer l'homme dans les yeux.

 « Excellences. On m'envoie vous informer que votre curiosité attire l'attention. Vous avez également lourdement insisté sur la culpabilité présumée d'un certain Bénabar, un apprenti Sith, au cours de l'attentat qui a frappé notre spatioport. Ce dernier tient à vous dire que si vous cherchez les vraies réponses, il vous suggère de vous rendre dans le club réservé aux adeptes de l'Académie, situé à trois rues d'ici. Vous y trouveriez, si vous décidiez de poursuivre votre enquête, une preuve que cette histoire ne concerne pas seulement quelques individus hérétiques. Il a ajouté que si vous choisissiez d'ignorer son conseil, il vous ordonnerait de quitter Tund avant qu'on ne vous arrête pour trouble à l'ordre public. Bonne journée à vous, Excellences. »

Saden serra le poing, se maîtrisant pour ne pas écraser la colonne vertébrale du militaire qui s'éloignait. Elle devait s'estimer heureuse ; les deux femmes avaient une piste. Mais l'avertissement de l'apprenti Bénabar, qui jouissait d'une place trop importante à son goût, était clair : ici, Saden et Marchesa n'avaient aucune autorité , et elles feraient mieux de s'en souvenir.

 « Allons-y.

Ce fut tout ce qu'elle trouva à dire. Même si elle avait la sinistre impression de foncer droit dans un piège. Encore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 34
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Avr - 22:31
Marchesa n'avait jamais fait de méditation. Aussi, quand elle ferma les yeux elle sentit la Force autour d'elle. L'endroit où elles se trouvaient était emprunt de la Force et l'acolyte sentait aussi son corps, les mouvements de ses organes, elle ne faisait presque plus qu'un, rassemblant son corps et son âme sur un même point. La colère était présente en elle et se manifestait petit à petit. Marchesa était encore une personne troublée. Enfin, elle finissait par ne plus penser aux stimulations extérieures comme la température et l'air pour se concentrer uniquement sur elle et ce qu'elle ressentait.

Etrangement, dans toute la noirceur qu'elle contemplait et qui montrait que le Côté Obscur était omniprésent dans son être, une faible lueur lumineuse apparaissait. Elle n'eut pas plus le temps de se concentrer sur cette lueur que le pied de Saden venait la rompre de sa méditation. Elle se releva alors à son tour et écouta l'homme en silence et sans ajouter quoi que ce soit comme sa coéquipière. Quand Saden décida de changer d'endroit elle la suivit, toujours à ses côtés. Se rendre dans un club venait à se rendre dans une cantina, et sur Zyggeria, Marchesa savait que ces endroits avaient plutôt sale réputation, elle espérait juste que leur arrivée ne fasse pas virer l'ambiance à la foire d'empoigne. Elle se tenait cependant prête à ce que leur venue dans ce lieu n'attire des regards méfiants voir des provocations.

« Je n'aime pas ça, j'ai l'impression qu'on nous prend pour des marionnettes. Reste à savoir pour qui nous agissons réellement en ce moment. »

Tout le monde trouvait au final son intérêt, c'était ce que Marchesa pensait, elle et Saden n'avaient plus vraiment de liberté dans cette mission, elles allaient juste à droite à gauche en faisant le boulot de certaines personnes. Même si ce chantage qui avait été fait ne plaisait guère à l'acolyte, qui espérait croiser de nouveau cet apprenti Sith pour lui coller une gifle. Elle avait horreur d'être utilisée à ce point. Elle était ici pour une mission, pas pour satisfaire les opportunistes. Elle espérait aussi que ce club n'était pas un traquenard monté de toutes pièces pour éliminer les deux Sith.

« J'espère ne jamais retourner sur cette planète, sincèrement. »

Elle en avait assez d'être baladée à droit et à gauche. Elle risquait déjà sa vie et en plus elle avançait dans le brouillard avec Saden. La pression montait petit à petit en elle et la jeune femme gardait son poing gauche serré, elle commençait de nouveau à se mettre en colère mais pour des raisons différentes. Etre prise pour une imbécile à ce point, elle ne le supportait clairement pas et ça ne faisait que renforcer sa rancoeur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Echo de Force
Compte administrateur
Messages : 165
Date d'inscription : 02/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Avr - 15:51
« Désolé, vous ne pouvez pas entrer. »

L’humain qui servait de videur à l’entrée de la cantina située aux pieds de l’académie était impressionnant, mais il n’était rien en comparaison des deux guerriers rouges qui se tenaient non loin de lui. Les deux massassis semblaient garder les lieux, mais ne s’intéressaient pas vraiment aux êtres qui faisaient la queue à l’entrée de l’établissement. C’était le travail de l’humain qui barrait avec détermination le chemin aux deux sith, mais qui leur faisait discrètement signe du doigt de se tourner de côté et de s’éloigner.

Plus loin sur la gauche se trouvait effectivement un homme encapuchonné qui semblait attendre au coin du bâtiment. Il leur fit discrètement signe de la main et attendit qu’elle s’approche à bonne distance pour prendre la parole à leur intention :

« Venez par ici, sans faire de grabuge ni poser de questions. Je ne suis pas un ennemi, j’ai les informations que vous êtes venu chercher. »

Il écarta doucement les bras pour montrer qu’il ne voulait pas d’ennuis, avant de les inviter à suivre. Il disparu dans l’ombre pour attendre les deux sith et les inviter à entrer dans le bâtiment par la porte de derrière. Là, l’individu les laissa entrer et referma la porte :

« Je ne pensais qu’ils enverraient des gens qui ne connaissent pas Tund, mais je comprends à présent pourquoi. Vous êtes de l’extérieur, vous avez donc moins de chance d’être retournées par le camp d’en face. »

Il sourit légèrement avant de dévoiler son visage, affichant les traits d’un humain d’un âge jeune, bien que fatigué. Il n’était visiblement pas armé, ou alors cachait très bien son arme. L’homme les mena vers une salle totalement close, sans fenêtres, avec seulement des rangements et une pile de documents et d’objets en tout genre, mais la chose qui frappait le plus était l’isolement phonique. Puis il désigna la table et les chaises situées au centre de la pièce après avoir fermé puis verrouillé la porte :

« Je me prénomme Evlin. Prenez place, je vous prie. Il va falloir que nous soyons bref, je me grille volontairement pour que vous puissiez avancer, et démasquer tout ceux qui tirent les ficelles par ici. Je ne sais pas combien de temps cette place sera sûre. Peut-être deux heures, trois si nous avons de la chance. »

Evlin alla récupérer plusieurs blocs de données et prit place, laissant le choix aux deux femmes de faire de même ou de rester debout, et débuta sans attendre :

« Vous l’avez sans doute remarqué, mais Tarios jouit d’une certaine impunité. Il peut faire ce qu’il veut sur Tund, parce qu’il s’est assuré que le gouverneur général lui mange dans la main. Je ne sais pas exactement ce qu’il lui a fait miroiter pour qu’il ferme les yeux, mais il paraît qu’il lui a présenté des arguments prouvant que notre grand Seigneur Noir œuvre malgré-lui pour notre destruction, que son âge avancé le rend délirant. Je vous laisse imaginer la gravité de ces accusations, mais cela a visiblement suffit au Seigneur Laresh pour se détourner de la parole et de la confiance de notre Seigneur Noir. »

Evlin présenta un des blocs de données, affichant plusieurs rapports de sécurité signalant des vols ou des disparitions qui avaient été classés sans suite et ignorés par la gouvernance générale, avant de présenter ce qui devait être sa pièce maitresse : le résumé d’un échange de messages entre des proches du Seigneur Laresh et un individu qui se faisait appeler ‘’Qyâsik’’

« Il y a plusieurs gouverneurs locaux qui sont parvenus à découvrir cette félonie et qui cherchent à mettre un terme à ce coup monté, et l’apprenti que vous avez dérangé travaille pour l’un d’eux : Elcho Draush » reprit-il, appuyant bien sur le nom du seigneur d’une manière qui trahissait clairement la même allégeance, ce qu’il ne tarda pas à justifier avec une certaine fierté : « Mon maitre gagne en influence chaque jour, au point d’attirer l’attention de Tarios et Laresh sur lui. Le vaisseau détruit devait servir à une attaque contre son domaine, nous l’avons donc détruit. »

Le ton dans la voix d’Evlin était devenu plus grave mais ne trahissait aucune animosité à l’égard du duo, et encore moins des regrets pour avoir manqué de les tuer en accomplissant sa mission. Néanmoins, il se rattrapa :

« Ne vous fourvoyez pas sur nos intentions. Vous êtes des envoyés des services de notre Seigneur Noir, et nous sommes désireux de vous aider. Un de nos agents vous a vu fréquenter une Sith qui se fait appeler Zala Hâjjil, je me trompe ? »

La question n’attendait aucune réponse, et l’humain présenta un holo-enregistrement montrant les trois femmes entrer dans le spatioport peu de temps avant l’explosion, suivit d’un autre enregistrement montrant la Sith qui s’approchait sabre à la main du lieu où les deux humaines avaient tenté de tendre une embuscade aux membres du culte.

« Cette Sith qui dit servir un certain Darth Niroih cache bien son jeu. Nous sommes convaincus qu’il s’agit de la Main du Seigneur Laresh, et qu’elle a été dépêchée par son maitre pour infiltrer le culte et s’assurer que Tarios ne jouait pas contre lui. J’imagine qu’elle faisait également le ménage derrière lui. Votre présence nous a empêché de l’éliminer en même temps que le vaisseau personnel de Tarios, ce qui risque de précipiter nos plans… »

Cette fois-ci, Evlin ne cacha qu’à moitié son mécontentement et s’avança sur la table, posant ses poings de part et d’autre de la pile de datapads :

« … et vous pourriez nous aider à démasquer les véritables intentions du Seigneur Laresh. Nous pourrions faire d’une pierre, deux coups. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 93
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Avr - 10:23
Saden croisa les bras, contrariée par toute cette masse soudaine d’informations. Et aussi par les rires et les bruits de débauche qu’elle percevait. Après tout, ils étaient dans un lieu de détente pour l’Académie locale…

« Donc si je comprends bien, vous nous suggérez de nous tenir à l’écart, mais si on veut, on peut aller s’occuper nous-même de cette Zala, mais il ne faut pas le faire sans discrétion, sinon ça va faire davantage de grabuge ? Ca me paraît complètement contradictoire. Vous savez pourquoi nous sommes ici. Faire obstacle à l’enquête, d’une manière ou d’une autre, n’est pas forcément une bonne idée. »

L’inconnu leur adressa un regard torve, le regard un brin moqueur. Il était conscient d’être détenteur d’informations le rendant intouchable, et il s’en amusait beaucoup. Ce qui irritait encore plus Saden, qui sentait les sables mouvants se resserrer autour d’elle et de Marchesa. Les deux jeunes femmes étaient piégées dans une histoire complexe.

« Vous devriez faire ce que bon vous semble. La secte est dangereusement puissante. Je n’ai pas dit que vous deviez éliminer Zala ; j’ai dit que nous avons voulu le faire. Mais si vous vous frottez à elle, vous risquez de détruire tout ce que nous avons réussi à bâtir jusque-là pour infiltrer et détruire ces ennemis. Je vois que vous avez des colliers. Vous pourriez tenter de vous infiltrer, vous aussi ? »

Il leur donna une série de coordonnées.

« Ce n’est sans doute pas leur base principale, mais au moins un avant-poste important. Toutefois, si vous décidiez de vous infiltrer, vous ne pourriez pas retrouver Zala, ni déterminer quelles sont les véritables intentions du seigneur Laresh. Vous avez donc le choix, mesdames : tenter de nous aider en allant infiltrer la base, ou tenter de nous aider en confrontant une énième fois Zala. Ou, si vous préférez, vous pouvez mener votre enquête librement… mais à vos risques et périls. »

La menace était presque innocente, mais elle n’en était pas moins sérieuse et pertinente. Les deux jeunes femmes s’étaient déjà mises en travers des routes, il fallait reprendre la bonne pour pouvoir espérer s’en sortir. Ce que Saden espérait ardemment faire, car elle n’avait nullement l’intention de se mettre en danger davantage pour cette mission. Elle hésitait beaucoup. Zala ne lui inspirait aucune confiance, mais infiltrer la base hérétique allait être très risqué. Et il n’y aurait sans doute aucune aide possible dans les deux cas.

Il fallait prendre une décision, mais laquelle ? Marchesa ayant un rôle de fausse apprentie, lui demander son avis devant cet homme était peut-être un peu risqué. Mais après une courte réflexion, la jeune femme décida de s’en ficher, et posa direction la question.

« Qu’en penses-tu ? Jungle ou ville ? Zala ou la secte ? »

Elle nota le sourire sardonique de l’homme. Il n’était sans doute pas habitué à voir une Sith demander l’avis de son apprentie. Mais au pire, elle se justifierait en prétextant qu’il s’agissait d’une bonne occasion de forcer l’acolyte à réfléchir par elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 34
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Avr - 22:10
Marchesa n'avait pas répondu tout de suite à Saden. Son regard s'était dirigé vers l'homme et était devenu très dur. Elle ne prenait plus en compte qui était un allié ou un ennemi potentiel, elle avait juste l'impression d'être menée en bateau et que chaque clan sur cette planète essayait à présent de chercher un intérêt avec les deux Sith fraîchement arrivées. Elle en avait assez de cette histoire et voyait tout le monde comme potentiellement hostile. Elle avait sa main posée sur sa vibro-lame tout en continuant de fixer l'informateur.

« Et qui nous dit que vous ne nous planterez pas un poignard dans le dos quand nous aurons fait toute cette besogne ? Ca vous arrange bien au final que nous soyons ici, parce que j'ai l'impression que vous n'êtes que de beaux parleurs, tous autant que vous êtes. Vous avez attendu la venue de deux Sith extérieures à tout ça pour agir. Du moins faire semblant d'agir. Tout ce que vous prétendez juste avant, c'est juste de la parlote, rien d'autre. Votre petite guerre que vous mener de manière intestine, c'en est presque écoeurant. Vous prouvez juste une chose, que vous n'en avez au final rien à faire de l'allégeance à notre Seigneur, il n'y a que votre petit pouvoir qui vous intéresse. »


Les yeux de la jeune femme reprenaient une teinte jaune. La colère montait en elle, elle avait horreur d'être prise pour une imbécile. Elle s'approcha alors de l'informateur, sans montrer autre chose que son ton agressif. Saden avait beau vouloir continuer de jouer une couverture, pour Marchesa, c'en était trop, elle ne pouvait plus se contenir comme elle l'avait fait juste avant.

« Sachez juste une chose, nous allons vous aider, mais si vous nous trahissez. Je viendrai personnellement m'occuper de vous. »

Elle se recula ensuite puis posa son regard sur Saden, elle avait mis au point les choses. Aussi, elle répondit instinctivement.

« Zala, peut être qu'elle doit nous apporter plusieurs réponses. Si ces gens qui essaient de nous aider sont si puissants qu'ils en ont l'air, ils pourront sans doute s'occuper de la secte en attendant, non ? »

Elle arrêta de poser sa main sur le manche de sa vibro-lame. Elle voulait surtout des réponses de Zala pour enfin sortir de cette zone d'ombre, elle ne faisait plus confiance à personne. Que tout se termine très vite, voilà juste ce qu'elle espérait. En finir avec cette secte et quitter Tund une bonne fois pour toutes, et ne jamais y remettre les pieds. Ces histoires sur le pouvoir politique et sur ces alliances qui pouvaient être rompues en quelques secondes n'intéressaient aucunement Marchesa, elle n'avait pas rejoint les Sith pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 93
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Avr - 10:03
La jeune femme attendit que Marchesa et elle soient sorties, à l’écart du bâtiment, pour la traîner à l’abri du regard et lui posa une main sur l’épaule. Une main ferme, solide, qui faisait juste assez pression sur les nerfs, les os et la peau pour faire mal sans être gênant. Toutefois, le ton, dans la voix de Saden, était aussi froid que le vide de l’espace. Son regard se fixa dans celui de l’acolyte.

« J’apprécie ta compagnie et tes efforts, apprentie, mais si tu dois rester à mon service, tu vas devoir apprendre quelques règles de bonnes manières. Cet homme était sur le point de te faire ravaler ton insulte par la manière forte. La prochaine fois, tiens ta langue, ou je te la ferais couper. Est-ce que nous nous comprenons ? »

Elle lâcha prise, puis adoucit sa voix et son regard. Pas de trop, mais juste assez pour montrer qu’elle ne parlait plus avec colère ou froideur.

« Nous devrions nous rendre à l’appartement de Zala. Elle n’y est sans doute pas, mais ça nous fera un point de départ. Et peut-être y a-t-elle malencontreusement laissé un indice quelconque en y repassant ou en partant. »

Il ne leur fallut pas très longtemps pour retourner là-bas, mais tout au long du chemin, la Sith eut l’impression d’être suivie et épiée. Elle ne percevait rien avec la Force, mais c’était une réaction instinctive qui ne la lâchait pas. Quelqu’un les observait, quelqu’un cherchait à savoir ce qu’elles faisaient, où elles allaient, et pourquoi. Marchesa ne soufflait mot, pas plus que Saden. Cette dernière ne regrettait absolument pas son ton dur, car il avait été nécessaire de rappeler à la jeune acolyte où était sa place.

Son inexpérience pouvait s’excuser dans certains cas, mais pas dans tous. Des gens moins indulgents qu’elle – comme l’homme là-bas – auraient certainement usé de moyens beaucoup plus sournois et violents pour lui faire ravaler sa fierté. L’orgueil n’était pas une mauvaise chose, mais il fallait faire attention parmi les Sith. Un mot de travers, un faux pas de trop, une ambition trop grande, et on se faisait éjecter – la plupart du temps dans la douleur – de son siège. Elle devait apprendre tout ça, et bien l’enregistrer, sinon elle n’y survivrait pas.

Les deux femmes arrivèrent finalement à destination, mais cette fois la porte était fermée. Verrouillée par Zala, sans doute. Sortant son sabre-laser, Saden se tourna vers Marchesa et se mit à chuchoter :

« Fermée. Je vais l’enfoncer avec la Force, et tu pénètres en première, l’arme au poing. Je te suis. Si on t’attaque, tu neutralises tout ce qui bouge. »

Elle fit un décompte silencieux avec ses doigts, le sabre-laser éteint dans une main. Puis, à deux, elle usa la Force pour enfoncer la porte de l’appartement, qui vola à travers la pièce principale. Aussitôt, les armes prêtes à servir, les deux femmes s’engouffrèrent dans la brèche, les sens en alerte.

Et là, étendu sur le sol, il y avait…


[HRP]
Je te laisse imaginer la suite ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 34
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Avr - 21:25
La colère de Marchesa ne s'était pas totalement atténuée, et les paroles de Saden ne l'avaient pas totalement apaisée. Elle venait de se faire remettre à sa place d'acolyte par rapport aux paroles qu'elle avait balancé à l'informateur. Cependant, son regard restait tout aussi froid et cela pu presque paraître comme de l'insolence. La jeune femme en avait juste assez de tout ça, et d'être prise pour une imbécile par tout le monde sur cette planète. Elle fit quelques pas puis se retourna vers sa coéquipière, décidée à mettre les choses au point avec elle et de continuer ensuite leur mission.

« Cet homme ne me fait pas peur, aussi menaçant puisse t-il paraître, ces énergumènes commencent à m'agacer. Ce dont je suis sûre, c'est qu'ils peuvent au final très bien s'en sortir sans nous dans leur petite guerre de pouvoir. »

Elle continua de marcher en compagnie de Saden, la colère s'estompant petit à petit, elle reprit cependant la parole une dernière fois.

« Quand j'aurais acquis plus de puissance, je purgerai ces mondes corrompus et viciés. J'amènerai à ces citoyens vivant dans la crainte la sécurité et non pas la menace d'une guerre civile imminente. »

Une fois devant l'appartement de Zala, Marchesa avait dégainé sa vibro-lame, attendant que Saden enfonce la porte à l'aide de la Force pour rentrer à l'intérieur. Comme prévu, la porte céda assez facilement et l'acolyte pénétra à l'intérieur de l'appartement. Au départ sur ses gardes, elle abaissa sa lame en voyant la Sith étendue sur le sol. Elle se précipita donc et se mit à genoux à ses côtés.

« Qu'est ce que... »

Elle posa sa vibro-lame à côté d'elle et passa sa main au niveau de la gorge de Zala.

« Elle respire encore… Amenez du bacta, quelque chose. »

Elle avait presque donné un ordre, Zala pouvait être une ennemie, elle était de loin une personne qui pouvait encore les aider à trouver une solution aux problèmes de Tund. Et Marchesa n'avait aucunement envie de la voir mourir, aussi prétentieuse pouvait-elle paraître. L'acolyte était encore dans un stade où voir mourir des gens la dérangeait, si elle pouvait éviter d'agrandir le nombre de morts pour cette mission, elle le ferait sans aucun doute.

« Qui vous a fait ça ? »

Elle passait une main dans les cheveux de la Sith, se voulant d'une attitude rassurante même si possiblement ridicule. Elle regardait si il n'y avait pas un médipack à proximité. Sans doute que cette femme n'aurait pas agi comme ça avec elle, mais Marchesa n'était pas du genre à se ficher des autres, au contraire, ses pensées allaient dans le sens où tout le monde pouvait être aider, même son pire ennemi.

« Il va falloir nous apporter des réponses Zala, nous ne pouvons pas nous permettre plus longtemps de masquer la vérité, si nous continuons sur ce chemin là nous risquons la catastrophe. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Echo de Force
Compte administrateur
Messages : 165
Date d'inscription : 02/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Avr - 14:06
La porte sauta et vola pour s’écraser avec fracas au sol quelques mètres plus loin. La première pièce de l’appartement était sans dessus-dessous : la table était sectionnée en deux, les étagères étaient reversées et leur contenu déversé à même le sol. Au sol se trouvait justement un corps que Marchesa identifia avec raison comme étant celui de Zala Hâjjil. Presque sans vie, la Sith masquait d’une main son ventre lacéré par la lame d’un sabre-laser et la bouche ensanglantée. Elle réagit à peine lorsque Marchesa se porta à côté d’elle pour prendre son pouls, se contentant d’ouvrir péniblement les yeux pour regarder l’acolyte avec un mépris et un dégoût à peine voilé pour les propos de la jeune humaine qui demandait de l’aide, considérant que ce n’était pas là l’apanage des véritables Sith.

Elle bougea néanmoins doucement la tête et crachota avant de pointer négligemment du doigt l’accès menant à la seconde pièce de son appartement en guise de réponse à la première question de l’acolyte, si bien que les deux humaines pouvaient prendre conscience de la présence de deux autres cadavres dans l’embrasure de la porte. Les murs étaient lacérés de traces de lame de sabre-laser qui avaient fait fondre l’acier. Zala attira tout de même de nouveau l’attention sur elle lorsque se concentra pour répondre à Marchesa, tout en la fixant d’un regard qui, même dans la mort, ne trahissait aucune peur, aucune crainte :

« … Draush… le traitre… surprise… »

Elle pointa de nouveau dans la direction des deux cavadres.

« Pas ce que… vous croyez… »

La Sith était dans un état critique. Elle avait du mal à s’exprimer car elle concentrait le reste de son énergie à retarder l’inévitable, à combattre la mort pour rester en vie le plus longtemps possible. La sauver, néanmoins, semblait impossible. Si Marchesa ou Saden décidaient de s’approcher des deux cadavres, elles constateraient alors qu’ils n’étaient que les deux premiers d’un plus vaste carnage, puisque six autres corps étaient étendus à même le sol, morts, avec pour même signe distinctif la présence du médaillon de la secte de Tarios…


Spoiler:
Vous pouvez répondre, mais j'interviendrais à la fin de votre tour pour déterminer ce que vous avez pu trouver exactement si vous décidez de tout fouiller... ou d'aider Zala. A vous de voir Razz
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 93
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Avr - 9:22
Il n'y avait pas que Zala qui gisait dans son propre sang ; d'autres cadavres jonchaient le sol de l'appartement, certains encore intacts, d'autres fraîchement découpés par des sabres-laser. Aussi atroce que soit ce spectacle, Saden ne put s'empêcher d'exprimer un mépris non dissimulé en voyant la sang-pur étalée au sol. Et en voyant l'acolyte se précipiter pour la soigner, ou du moins pour essayer de lui venir en aide, la jeune femme se retint d'exprimer sa désapprobation. Au fond, malgré l'animosité qu'elle avait pour l'autre Sith, la sauver pourrait peut-être permettre de glaner des informations supplémentaires. Et avoir quelqu'un qui vous devez la vie avait, même parmi les adeptes du Côté Obscur, une grande importance. On n'oubliait pas si impunément ce genre de faveurs.

Elle fouilla donc l'appartement, rapidement mais sans trop se presser. Par chance, elle dénicha un médipack au bout de quelques instants. Elle revint donc dans la pièce principale, et s'agenouilla à côté de Zala. Sa voix n'exprimait aucune compassion :

 « Je ne peux pas garantir que je vais vous sauver. Mais je ferais de mon mieux pour vous stabiliser. Mais vous avez intérêt à nous dévoiler tut ce que vous savez, sans faux-semblant. Sinon... »

Avant que Marchesa ne rajoute quoique ce soit, Saden lui intima du regard de la fermer. Ce n'était pas le moment de faire jouer la pitié, car elle n'avait pas court ici, pas plus que dans le reste des territoires Sith.

 « Va examiner les cadavres, et fouille à nouveau l'appartement. Je vais tâcher de la garder en vie. »

Elle croisa le regard de Zala, et elles se comprirent. Ce n'était pas un geste altruiste, simplement une question de bon sens. En vie, la sang-pur pouvait leur livrer les bonnes informations. Morte, elle ne serait d'aucune utilité. Et heureusement, la mourante acceptait aussi bien l'idée de mourir que celle de devoir la vie à des gens qu'elle n'aimait pas.

Le médipack ne permettrait sans doute pas de la sauver totalement, mais il y avait une chance, minime, qu'il retarde assez l'inévitable pour qu'elle survive jusqu'à l'arrivée de véritables soins. Un appel que Saden ne passerait qu'une fois certaine qu'elle aurait les informations qu'elle désirait. A nouveau, elle se mit à parler, mais cette fois, sa voix était un murmure. Ce n'était pas un manque de confiance en Marchesa, mais elle préférait être prudente, au cas où quelqu'un serait en train de les espionner.

 « Maintenant, dîtes-moi tout. Cette enquête n'a que trop duré, et elle nous enfonce tous dans un merdier de plus en plus gros. Soyez coopérative, et je ferais en sorte qu'on vous vienne en aide – ou que votre nom soit cité dans la bonne case, si vous mourrez. »

L'idée d'être sauvée pouvait avoir de l'attrait, malgré la dette indélébile qui suivrait. Mais celle d'avoir son nom associé à une victoire était tout aussi séduisante, surtout pour un adepte du Côté Obscur. La gloire et la renommée étaient très recherchées chez les Sith.

Marchesa revint sur ces entrefaits.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 34
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Avr - 22:36
Marchesa allait rajouter quelque chose mais elle comprit tout de suite qu'il valait mieux qu'elle se taise. Elle posa une dernière fois son regard sur Zala puis elle se releva pour aller voir la pièce où avait eu lieu le carnage. Il n'y avait pas à dire, le combat avait été violent et prouvait sans mal que la Sith était puissante. Elle se posa vers les cadavres et ne pu rien trouver de flagrant à part les coups de sabre-lasers. Elle se releva donc et revint dans la pièce où Zala se trouvait au sol, elle posa son regard sur Saden.

« Il n'y a rien, il faut que vous nous disiez qui étaient ces gens là que nous puissions mettre un terme à ce qu'il se passe ici. »

Au final, Marchesa était une âme encore neutre, pas totalement dans le Côté Obscur. Elle ne pouvait s'empêcher de venir en aide à quelqu'un. Une faiblesse sans doute, mais la jeune femme avait beau embrassé la voie des Sith, elle ne pouvait pas renier cette nature là. Sans doute aurait-elle fait une excellente et illustre Jedi. Mais on ne pouvait pas la voir de cet angle là. Ce que l'acolyte cherchait dans sa vengeance, c'était une quête de justice, et pour elle, la justice ne pouvait pas s'acquérir par la sagesse mais par la puissance. Avec la puissance, elle parviendrait enfin à son objectif, mais elle n'était pas encore capable d'être dénué de sentiments tels que la bonté ou la solidarité. Une faiblesse sans doute, voir même impensable pour une Sith, mais Marchesa avait beau en vouloir à la galaxie entière, elle ne pouvait renier qui elle était à la base. Une simple jeune adulte qui aidait ses parents et qui était promise à un futur tranquille.

« Nous sommes toutes en danger ici... »

Elle avait presque murmuré, et avait dégainé sa vibro-lame, la colère montait en elle lentement et l'aura qu'elle dégageait se faisait petit à petit sentir. Elle restait sur ses gardes, se préparait mentalement à l'arrivée d'un nouveau combat. Elle sentait qu'elle allait être confrontée avec Saden a quelque chose de puissant, puissant mais sans doute le point final de cette mission. Elle espérait intérieurement une issue positive, elle n'était qu'une acolyte mais elle était prête à se battre et à utiliser toute sa rage en elle pour triompher. Le triomphe, une chose abstraite, mais qui lui permettrait sans doute de gravir les échelons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Echo de Force
Compte administrateur
Messages : 165
Date d'inscription : 02/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 24 Avr - 19:56
Zala avisa distraitement la discussion des deux femmes, crachotant un peu plus de sang alors que ses forces se vidaient peu à peu. Se demandait-elle si les deux humaines allaient la laisser mourir ? Très certainement, car celles-ci devaient désormais savoir qu’elle n’était pas une Sith ordinaire, et que la laisser en vie pouvait être dangereux. Pourtant, la décision fut tout autre, et il n’y avait rien de surprenant à cela, Zala se doutant bien que c’était pour mieux lui soutirer des informations. Saden Jaryl était parvenue à trouver un médipack au milieu du désordre et s’approcha de la Sith pour lui permettre de survivre un peu plus longtemps, et cette dernière n’hésita pas à lui faire la remarque à ce sujet :

« Vous ne devriez pas… Personne ne ferait cela. »

La Sith n’avait pas totalement tort. Peu de Sith auraient choisi de sauver un de leur semblable à l’agonie… Zala estimait que c’était le point faible des deux humaines, sur quoi elle avait hésité à agir lors de leurs précédentes rencontres mais s’était résignée. Elle tressaillit et grogna lorsque l’humaine appliqua le médipack et toussota légèrement, ignorant les mouvements de Marchesa dans l’autre pièce. Son visage sembla se revigorer tout doucement alors que la douleur se dissipait et que les soins prodigués par le kit de survie lui offraient la possibilité de cesser de se focaliser sur ses blessures. Zala crachota en cherchant ses mots, et chercha à redresser un peu sa tête avant de regarder les cadavres de ses assaillants :

« Des imposteurs… ce n’est qu’une illusion, un déguisement… Ils ne sont pas de la Secte. »

Elle chercha à se redresser plus mais la douleur la força à rester grandement allongée. La Sith porta une main à son crâne alors qu’elle était prise de vertige mais se recouvrit assez rapidement ses esprits pour poursuivre son analyse :

« Draush… C’est Draush, j’en suis convaincue à présent. Il manipule Tarios, tout comme il cherche à se positionner au mieux auprès de mon maître… le Seigneur Laresh, gouverneur de Tund. »

Zala toussota et cracha du sang à même le sol de son appartement et tendit la main pour récupérer une puce de donnée qu’elle avait cachée dans un repli de son pantalon. Gémissante de douleur, elle tendit le petit bloc d’informations d’une main tremblante :

« J’ai obtenu… l’information sur le lieu où Tarios a prévu de rencontrer Draush et ses traitres… C’est lui qui a envoyé ses sbires pour me mettre à mort. Il veut s’en servir pour humilier le gouverneur et s’emparer de Tund. » Son regard se fixa sur celui de Saden, perçant, et elle ajouta avec une insistance nouvelle : « Il faut le prévenir, mon maître… Il faut que vous agissiez, que vous préveniez les vôtres, ceux qui vous ont envoyé. »

La Sith de sang pur ferma les yeux un moment, pour sonder son corps et estimer les dégâts qu’elle pouvait réparer et les séparer des autres, qui dépassaient son domaine de compétences. Lorsqu’elle les rouvrit, son regard sembla empli d’un sentiment qu’elle n’avait jamais laissé transparaître en la présence des deux humaines : la peur. Une peur qui parvînt jusqu’à ses lèvres, dans un murmure :

« Sauvez-moi… Sauvez-moi et je vous aiderais… »

Elle vînt fixer Marchesa, l’acolyte étant revenue de sa fouille infructueuse dans l’espoir de chercher son soutien. La Sith pouvait sans doute être sauvée, et peut-être les aideraient-elle vraiment dans leur quête. Cependant, cela nécessitait de la mener dans un centre où elle pourrait être soignée, ce qui signifiait une perte de temps que les deux envoyées du Clergé ne pouvaient peut-être pas se permettre…

-  -  -

Sur le bloc de données, Saden trouverait une carte holographique de la surface de Tund où était indiqué un lieu à plusieurs dizaines de kilomètres de toute zone habitée, en pleine jungle et encaissé au fond d’une vallée aux montagnes abruptes. En croisant les données, elle se rendrait compte qu’il s’agit de la position d’un vieux temple pyramidal et de ses annexes qui, s’il est abandonné depuis des millénaires, a plutôt bien survécu à l’érosion causée par le temps. Il y avait également des informations sur les personnes présentes, lesquelles étaient désignées par des noms de code dont certains revenaient plus fréquemment que d’autres, des expressions évasives, ou encore des données entièrement codées mais suivant un schéma assez rigoriste. Visiblement, beaucoup de monde étaient conviés, et peut-être pourraient-elles trouver un moyen de s’infiltrer au milieu de la masse. Ou alors mener une opération plus éclatante avec le soutien du gouverneur, ou du Clergé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saden Jaryl
Rang III - Guerrier Sith
Messages : 93
Date d'inscription : 18/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 25 Avr - 11:58
Saden resta plongé un long moment dans ses pensées, examinant les données qu'elle venait de trouver. Elle se fichait pas mal du sort de Zala, désormais, car elle avait enfin trouvé ce qu'il lui fallait. Elle ne se rappelait que trop bien à quel point tout ceci avait failli mal tourner à plusieurs reprises, et à quel point la jeune acolyte semblait parfois agir sous le coup de l'impulsion plutôt que de réfléchir. Elle-même était trop patiente pour agir ainsi constamment.

Mais là, il ne fallait surtout pas se précipiter. Laresh ne serait sans doute pas heureux d'apprendre que son apprentie était morte par la main des deux jeunes femmes ; cette option était donc hélas à exclure. Il fallait tout de fois prévenir le gouverneur, comme le disait si bien la sang-pur mourante. La tatouée laissa son regard tomber sur celui de la blessée, un air profondément contrarié sur le visage.

Mais sa voix avait les accents de la résignation :

 « J'ai promis de vous aider en échange de ceci... et je tiendrais parole. Je vais appeler des gens susceptibles de vous aider, car mon apprentie et moi-même ne pouvons rien pour vous. Pendant ce temps, nous irons prévenir votre maître. Car, aussi déterminée que vous soyez, vous n'êtes pas en état de vous battre. Et vous ne le serez pas avant un moment. »

Elle se releva, fourrant la datacarte dans une poche. Elle utilisa un comlink pour appeler des secours, précisant qu'il fallait agir au plus vite car la blessée était l'apprentie du seigneur Laresh. Il n'y avait aucun plaisir à faire souffrir inutilement la sang-pur, d'autant qu'elle avait, de son côté, tenu parole. Et elle n'oublierait pas – à moins d'être stupide – la dette qu'elle aurait désormais.

 « Allons-y. »

Saden sortit de l'appartement, en veillant à ce que Marchesa la suive bien et que les restes du médipack soient à portée de Zala – au cas où elle en ait besoin. Les deux femmes quittèrent le bâtiment d'un pas vif, puis se dirigèrent droit vers le bâtiment administratif principal. Si Laresh était quelque part, ce serait là-bas. Ou du moins, c'était là-bas qu'elles pourraient obtenir de quoi le voir.

La Force bougeait sans arrêt autour d'elle, tantôt empreinte de danger, tantôt empreinte d'une impression d'être observé. Encore et toujours, ce sentiment d'être épiée ne réconfortait pas la Sith, mais sur cette planète, plus rien n'avait de réconfortant. L'aspect lugubre, les intrigues, les gens... Tund était une planète de merde. Et ça ne changerait sans doute pas.

 « Je sais ce que tu penses. » dit-elle au bout d'un moment.

Ou du moins, elle le devinait.

 « Nous aurions du l'aider davantage. Sache, ma jeune apprentie, que ce n'est pas la manière de faire des Sith. La compassion et la pitié n'ont pas leur place, car ils peuvent mener sur de dangereux sentiers. Ne vois pas ça comme une faiblesse ; plutôt comme une façon de se mettre en danger de manière irréfléchie. Les autres Sith n'en auront pas pour toi, alors ne sois pas idiote à leur montrer de la pitié. Il faut savoir garder la tête froide, être calculateur pour envisager toutes les possibilités. L'option la plus logique prime, même s'il arrive parfois que l'option la plus imprévisible puisse aussi fonctionner... »

Elle marqua une pause, avant de tapoter sa poche.

 « Nous allons voir Laresh, et nous verrons ce qu'il nous dira. Mais dans l'idéal, notre part du marché est remplie. Nous ne devions pas nous impliquer : c'est un peu tard, mais me retrouver mêler à un raid punitif n'est pas ma priorité absolue. Pour le moment, je n'aspire qu'à une seule chose : une bonne douche, et quitter cette maudite planète. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 34
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Avr - 23:19
Saden avait vu juste dans les pensées de Marchesa. La jeune femme avait jeté un dernier regard à Zala avant de quitter l'appartement, un regard de tristesse. Elle se confronta donc en face de la guerrière Sith et son regard se fit un peu plus dur quand elle comprit le sens de ses paroles. Elle n'envisageait clairement pas la chose de cette manière là, sans doute à cause de son manque d'expérience. Cependant, elle ne tarda pas à répondre à sa coéquipière.

« Et vous auriez laissé cette femme mourir ? »

Elle posa ensuite son regard sur la poche de Saden, ces données permettraient de résoudre toute cette affaire et de finir la mission, mais sa camarade ne semblait pas l'entendre de la même manière. Ce qui déplut à l'acolyte.

« Si vous voulez quitter cette planète faites le, mais je ne partirai pas sans avoir donné les les informations à cet homme. Si vous ressentez l'envie de finir cette mission au plus vite, donnez moi cette datacarte. »

Elle allait aussi rajouter qu'elle voulait s'assurer que Zala aille bien, mais elle s'avisa pour ne pas s'attirer encore plus les foudres.

« Si nous devons suivre des lois qui n'ont pour but que de pousser à commettre des mutineries, nous ne parviendrons jamais à avoir des partisans et à conquérir des planètes. Les jeux de pouvoir ne m'intéressent pas, ce n'est pas en voulant s'assurer une meilleure place auprès de nos maîtres que nous pourrons marquer les esprits. Nous sommes des Sith, et le pouvoir que nous possédons se doit d'être utilisé pour une justice impartiale. »

Marchesa pouvait avoir des paroles assez neutres, mais pour elle, une justice impartiale était une justice dominante, constamment sur le dos des autres. Une justice dure, qui permettrait de maintenir l'ordre dans tout l'univers.

« Je vous apprécie, vous m'apprenez beaucoup de chose, mais la philosophie n'est pas ce que je préfère. Les paroles ne sont que des paroles et ne marquent rien, tandis que des actes marquent l'histoire.  Et si d'autres Sith ne suivent pas ma manière de penser, alors je ne les considérerai pas comme tel, mais comme des animaux et des personnes uniquement capables de se planter des poignards dans le dos. »

Elle passa alors sa main sur sa nuque pendant quelques secondes.

« Alors, qu'allez vous faire, suivre un chemin facile et rentrer sur Korriban ou bien mettre un terme à ce qu'il se passe ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : L'Aube des Ténèbres ::  :: Bordure Extérieure-
Sauter vers: