::  :: Bordure Extérieure Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mission : Enlèvements en série

avatar
Nathanael Kort
Rang III - Chevalier Jedi
Messages : 237
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Mar - 13:15
Au cours de ces cinquante dernières années et plus la seule préoccupation du jeune jedi ici présent avait été de saisie les commandes de son vaisseau et de décoller à la recherche de nouvelles planètes à travers la galaxie encore très inexplorée. Si aujourd'hui le jeune jedi avait troqué son vieux chasseur stellaire contre un vaisseau d'exploration modifié par ses soins, une belle bête à la forme fuselée, son envie d'exploration était intacte et c'était sans doute pour cela que bon nombre de très jeunes éléments ne le connaissaient guère. En effet il pouvait bien passer plusieurs mois voire plusieurs  années sans que le jeune anzati ne s'arrête à la moindre enclave jedi ou ne revienne au Temple pour faire son rapport et transmettre les informations glanées dernièrement. Certes il n'était peut-être pas le plus haut placé au sein du Corps d'Exploration mais force était de constater qu'il en était l'un des membres les plus actifs, voire même le plus actif.
Très rares étaient les fois où le jeune homme se voyait offrir une mission incluant autre chose que l'exploration de territoires inexplorés, notamment grâce à ses évidents talents de pilotage, mais aujourd'hui était un jour bien différent. Cela faisait à peine deux jours que le garçon s'était arrêté au Temple d'Ossus pour effectuer un checkup complet de son appareil mais aussi pour transmettre les dernières données glanées aux personnes compétentes, lorsqu'une mission parvint à son attention et le poussa à prolonger davantage son séjour ici. Ce fut par l'intermédiaire de ses supérieurs au sein du Corps d'Exploration Jedi que le garçon reçut sa nouvelle affection incluant la recherche et le secours de personnes disparues. Si Nathanael avait effectué son lot d'extraction en urgence en territoire très hostile, ici il s'agissait de retrouver la trace d'un vaisseau ayant dévié de sa coruse jusqu'à venir se perdre en plein territoire Hutt.
Qu'avait-il été faire jusqu'à là-bas, si loin de sa destination ? Une question qui avait son importance mais pas autant que la précieuse cargaison que transportait le vaisseau : des individus sensibles à la Force. Une cargaison de choix qui pouvait attirer bien des convoitises et c'était pour cette raison que l'Ordre avait décidé d'envoyer deux de ses chevaliers les plus prometteurs pour mener l'enquête et ramener ces candidats à la maison.  Si le jeune Nathanael ne savait presque rien de sa camarade du jour, il était au moins conscient de son poste de sentinelle et de ce que cela impliquait concernant ses capacités d'adaptation et d'infiltration : cela pourrait leur être sacrément utile en territoire hutt.
Alors qu'il effectuait des énièmes vérifications sur son vaisseau, n'ayant pas quitté le confort de son foyer volant depuis la veille au soir, le jeune jedi s'autorisa à réfléchir aux détails de la mission alors qu'il fixait le datapad comportant les données récemment transmises. Les personnes pouvant tirer profit d'une aussi précieuse cargaison étaient légions, bien entendu, des individus sensibles à la Force pourraient se vendre à prix d'or sur le marché noir, mais pourquoi s'arrête en territoire Hutt ? Pourquoi ne pas détruire la balise et le vaisseau pour qu'on ne puisse pas remonter jusqu'à ce dernier ? Était-ce une négligence ou une volonté de pointer du doigt les bouc-émissaires ? Encore des réponses qu'il devrait trouver lui-même plus tard.

Tournant en rond en ressassant les détails de cette mission, n'étant plus habitué à faire autre chose que piloter et explorer durant ces dernières décennies, Nathanael dut se concentrer pour se rappeler ce qui était attendu de lui. Avoir une mission à remplir...à quand remontait la dernière fois ? Pas si longtemps que cela selon ses propres critères, mais au moins cela aurait le mérite de le faire sortir de sa zone de confort et, éventuellement, de montrer à ses supérieurs son évident talent. S'il fallait faire des concessions et s'éloigner du Corps le temps d'une mission pour prouver sa valeur une fois de plus, il était largement prêt à faire cette concession. Après tout ce n'était pas comme s'il était pressé par le temps.


Quid de son foyer volant alors ? À quoi pouvait bien ressembler la merveille dans laquelle il passait le plus clair de son temps ? Il s'agit à la base d'un vaisseau d'exploration – maniable par une ou deux personnes – qui avait été modifié pour convenir davantage à ses besoins. D'une forme fuselée d'un peu moins de trente mètres de long, ce vaisseau comportant un total de quatre canons lasers à l'avant ainsi que deux à l'arrière  pour une puissant de feu largement raisonnable au vu des besoins du jedi en matière de défense personnelle. D'ordinaire la menace était présente sur la planète où il mettait les pieds, mais il arrivait parfois que le danger le suive jusque dans l'espace et à ce moment-là ces canons révélaient toute leur utilité. Que dire du reste ? Le vaisseau était assez haut pour comporter deux ponts. Le premier comportait la soute où était accroché, entre autre, le speeder bike du jedi ainsi que le matériel d'exploration indispensable à sa profession. Quid du second pont ? Accessible par échelle, le pont juste au-dessus comportait les machines et systèmes indispensables au bon fonctionnement du vaisseau, un endroit qu'il n'aimait pas visiter car cela signifiait toujours des ennuis et longues réparations en perspective.
Si d'un premier coup d'oeil on pourrait trouver la soute assez vide, celle-ci ne comportant que le speeder bike ainsi qu'une table et une caisse de matériel tout au fond, non loin de l'entrée de la cabine de pilotage, l'ingéniosité de ce vaisseau devait être découverte par un oeil expert. En effet devant faire au mieux avec ce qu'il avait, le jeune homme avait encastré tous les compartiments et autres rangements dans les parois du vaisseau, économisant au mieux la place qui lui était disponible. D'une simple pression sur la paroi il pouvait donc dévoiler un lit des plus sommaires, un canapé n assez bon état, des placards saturés de matériels et d'autres désespérément vide et attendant d'être remplis. Après tout c'était ici qu'ill vivait, il devait donc faire au mieux et se concentrer sur l'efficacité avant le confort.

Alors que les premières lueurs du jour commençaient à peine à poindre le bout de leur nez, conscient que sa partenaire du jour n'allait pas tarder, le jeune homme démarra une vérification totale des systèmes internes avant de s'assoir devant la modeste table non loin de la cabine. Bien sûr la soute était ouverte et la demoiselle pourrait y pénétrer et prendre ses aises, mais en attendant le jeune anzati repassa une nouvelle fois en détail les informations communiquées. Il n'était pas extrêmement familier avec le territoire hutt mais était confiant dans sa capacité à s'adapter à ce qui pourrait bien se mettre sur sa route, restait à découvrir ce qui était adevenu de la cargaison du transporteur. Plus tôt ils partiraient, mieux ce serait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Neela Acksedge
Rang III - Chevalier Jedi
Messages : 289
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Avr - 15:25
Neela ne revenait pas à Ossus souvent et la chevalière cherchait toujours à profiter pleinement de son séjour sur la capitale Jedi avant de se replonger corps et âme dans les méandres de la pègre galactique. Elle passait le plus claire de son temps libre en dehors du Praxeum Jedi à arpenter les rues de Knossa, gravir les parois du canyon d’Imhar ou explorer les pics des montagnes d’Eocho. Ces dernières étaient d’ailleurs le refuge d’enfance de la jeune femme, qui trouvait les reliefs magnifiques et les courbes apaisantes. Elle ne saurait dire combien de fois elle avait participé à des randonnées au milieu de ces contreforts alors qu’elle n’était qu’une initiée mais les souvenirs qu’elle en avait gardé étaient aussi nombreux qu’intacts. Ces moments lui permettaient de vider son esprit et d’oublier toutes les choses qu’elle avait eut à faire pour tenter de soigner une infime partie des maux de la galaxie. Elle allait pourtant devoir s’y plonger de nouveau tête la première maintenant que le Conseil lui ait énoncé sa prochaine mission. La Jedi y avait réfléchi tout au long de sa marche soutenue au milieu des versants d’Eocho et cherchait encore à comprendre comment l’Ordre avait pu perdre un vaisseau rempli de nouvelles recrues au cœur de l’Espace Hutt, loin de sa route initiale, sans parvenir à en empêcher le détournement avant que le vaisseau ne franchisse une frontière à partir de laquelle il serait délicat d’intervenir directement sans risquer un incident diplomatique. Plus encore, la sentinelle s’était demandé qui pourrait être intéressé par une sélection de personnes sensibles à la Force mais les réponses furent bien trop nombreuses. Tout le monde avait un intérêt à mettre la main sur des êtres capable de s’en servir, et ce pour des raisons aussi diverses que perverses. Ce qui était le plus surprenant dans cette histoire était que malgré le détournement du vaisseau, personne n’avait pensé à en désactiver l’ordinateur de bord pour éviter que ce dernier soit tracé jusqu’à sa position actuelle, ce qui soulevait soit de l’incompétence, soit une volonté de désigner un bouc émissaire dans le but de brouiller les pistes et de gagner du temps. La deuxième solution était la plus logique puisqu’il valait mieux être compétent pour s’en prendre à un convoi de l’Ordre Jedi en s’assurant qu’il ne serait pas en mesure d’intervenir. C’est sous la douche que Neela en était venu à la conclusion que le transporteur était sans doute un piège désormais, et que s’y rendre sans prendre un minimum de précaution serait dangereux, pour ne pas dire insensé. Il y avait toujours une fraction du possible pour que le vaisseau ait été simplement abandonné sans s’être assuré que les éventuels fouineurs ne puissent pas remonter la trace des commanditaires de l’attaque.

Peut-être que son partenaire dans cette mission saurait soulever les bonnes questions en apportant une vision différente de la sienne. D’après ce qu’elle avait pu apprendre de ce dernier, il était compétent dans son domaine et avait déjà participé à des missions de récupération. Il était préférable pour ce Kort que les rapports que Neela avait lu à son sujet soient exacts, car la Jedi n’appréciait déjà guère la compagnie en mission, et ne verrait pas d’un très bon œil de devoir faire équipe avec une personne qu’elle devrait constamment tenir à bout de bras pour pouvoir progresser. Néanmoins, le Conseil la connaissait et avait donc dû assigner une personne suffisamment compétente et expérimentée pour ne pas s’attirer les foudres de la terreur rousse. Cette appréhension du coéquipier avait toujours habité Neela, et ce depuis qu’elle avait fait la rencontre de Maitre Vao. Ce dernier avait toujours demandé le meilleur d’elle lorsqu’ils partaient en mission, éprouvant grandement les capacités mentales et physiques de la Jedi pour s’assurer qu’au moment venu, lorsque la situation l’exigerait, elle ferait le bon choix même si ce dernier était en contradiction avec certains de ces idéaux pour assurer le succès de la mission. Ce Nathanaël Kort serait-il prêt à faire la même chose si une telle situation venait à se présenter ?

C’est en se rhabillant que Neela se focalisa de nouveau sur la mission et tenta de dresser une liste des personnes ou organisations ayant le plus grand intérêt à enlever des individus sensibles à la Force mais préféra abandonner face au trop grand nombre de possibilité, des Hutts jusqu’à la République elle-même en passant par toutes les associations du crime ou des scientifiques fous désireux de découvrir un moyen de propager ou d’éradiquer cette faculté que beaucoup considèrent comme un don ou un sortilège. Dans la crainte d’un piège, la Jedi préféra mettre le plus de cartes de leur côté et fit un détour par son vaisseau pour récupérer quelques affaires, notamment son blaster qu’elle glissa dans son holster d’épaule, et programme l’ordinateur de bord. Elle assista au décollage automatisé de son appareil pour un astroport de l’Espace Hutt au cas où leur duo aurait besoin d’un second appareil et garda une connexion ouverte pour le diriger vers un autre endroit si nécessaire. Ce n’est qu’alors qu’elle prit la direction du hangar où se trouvait le vaisseau de son équipier. Etant donné que le chevalier était spécialisé dans l’exploration, son appareil devait être plus performant que le sien, et c’est pourquoi Neela n’avait pas insisté pour qu’ils prennent place à bord de son vaisseau pour cette mission.

La Jedi s’immobilisa un instant dans le hangar, portant son regard sur les courbes du vaisseau avant de s’attarder sur le lever du soleil qui venait finalement illuminer le ciel au-dessus des montagnes d’Eocho, créant un formidable spectacle d’ombres et de lumières. Neela finit finalement par s’approcher de l’appareil, posant ses pieds sur la rampe qu’elle gravit rapidement pour pénétrer dans la soute du vaisseau. La rousse laissa glisser son regard dans les moindres recoins plus par habitude que par nécessité. Elle avisa le speeder-bike et la caisse rangé dans un coin et fut surprise de constater qu’elle n’était pas la seule maniaque du rangement à bord de son vaisseau, où le moindre mètre carré était bon à prendre. La Jedi avait néanmoins fait fit de certains emplacements à bord de son delaya pour conforter sa couverture et éviter de se faire démasquer parce que son vaisseau était flambant neuf malgré son ancienneté.

Neela attrapa un objet métallique et s’approcha de l’échelle avant de frapper doucement de l’objet contre cette dernière, provoquant un vacarme assourdissant digne d’attirer l’attention. Elle aurait pu se contenter de se concentrer pour repérer le chevalier à bord de l’appareil, mais certaines habitudes prise avec le temps était parfois tenace.

« Chevalier Kort ? Permission de monter à bord ? » dit-elle, plus par politesse que pour demander véritablement l’autorisation et elle se dirigea vers le Chevalier sans plus attendre. « Nous devrions partir immédiatement. Nous pourrons profiter du voyage pour discuter de ce que nous avons à faire. »

Ils n’avaient plus vraiment de temps à perdre. Les nouvelles recrues étaient peut-être encore à bord du transport, après tout, même si elle était convaincue du contraire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nathanael Kort
Rang III - Chevalier Jedi
Messages : 237
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Avr - 22:03
Si ces deux individus appartenaient au même Ordre, avaient grandis avec les mêmes croyances et possédaient des capacités similaires, ils étaient pourtant diamétralement opposés. La demoiselle était une sentinelle qui dévouait son existence à plonger dans la fange afin d'y ressortir toute la noirceur et de la combattre avec toutes ses capacités, qu'elles soient liées à la Force ou non. Elle devait être une personne habituée à vivre dans les ténèbres, maîtresse dans l'art de l'infiltration et de la duperie, qui ne devait clairement pas avoir l'habitude de travailler en équipe. Cela lui faisait au moins un point commun avec son partenaire du jour. Si celui-ci était capable de s'adapter avec une grande aisance, il passait le plus clair de son temps dans son vaisseau avec son ordinateur de bord pour seule compagnie. Il était de ceux qui repoussaient les limites de la galaxie en arpentant l'infinité étoilée à la recherche de nouvelles planètes, de nouvelles cultures et parfois de civilisations disparues. Regrettait-il de ne pas parcourir la République qu'il aidait à agrandir ? Pas le moins du monde car ses découvertes rejaillissaient sur l'Ordre tout entier si bien que son nom était connu de tous ceux un peu curieux, des nouveaux apprentis jusqu'aux plus anciens des maîtres.
Mais aujourd'hui il ne s'agissait pas de piloter son vaisseau dans un coin encore inconnu de la galaxie, en se demandant ce qu'il allait découvrir en sortant d'hypersespace, il ne s'agissait pas non plus de retourner au vaisseau-académie pour former les toutes nouvelles recrues du Corps d'Exploration. Alors pourquoi était-il ici ? Pourquoi une autre sentinelle ne faisait-elle pas équipe avec la demoiselle ? Sans doute parce qu'un peu de complémentarité était de mise ici et que, si la demoiselle était maîtresse dans l'art de l'infiltration, le chevalier était un traqueur hors pair doublé d'un pilote de talent et d'un bretteur de renom. Ils avaient tous les deux leurs points forts et, apparemment, le conseil avait décidé qu'une telle équipe serait nécessaire pour trouver les malheureux ayant été enlevés. Après tout qui était-il pour mettre en doute la décision des membres du Conseil ? Peut-être qu'un jour il ferait partie de ce cercle très fermé, déjà que sa promotion au rang de maître ne devrait pas tarder, mais pour l'heure il se contentait de prendre toutes les opportunités de se faire un peu plus connaître. Oui c'était de l'orgueil, mais mettre de côté  son propre talent aurait été de l'inconscience et de la fausse modestie. Il préférait être honnête : il se savait très bon et ne voyait pas de raison de le cacher.

Cela faisait déjà quelques secondes que le jeune anzati avait capté une autre présence dans sa Force avant que la demoiselle ne décide de se manifester de façon sonore, celle-ci extirpant le pilote de ses pensées pour le ramener au moment présent. Levant la tête vers la demoiselle ayant déjà les pieds dans son vaisseau, c'est avec un sourire discret et un hochement de tête que le jeune homme répondit sans attendre:

« Faites comme chez vous. Je m'occupe du reste. »

En d'autres circonstances le jeune homme se serait permis de complimenter la beauté de sa partenaire car il aimait flirter de temps à autres, mais ce fut son professionnalisme qui le ramena à la raison tout autant que les paroles de la sentinelle. Chaque seconde passée ici éloignait un peu plus les malheureux de leurs sauveteurs du jour, c'était bien sûr une seconde de trop. Se levant de la chaise tout en posant le datapad sur la table devant lui, le pilote pénétra dans la cabine et s'assit sur le siège de gauche comme à son habitude, laissa celui de droite libre si sa partenaire du jour décidait de se joindre à lui. D'une simple pression d'un bouton la soute vint se fermer hermétiquement et, l'instant d'après, un vrombissement si familier se diffusa dans tout l'appareil : les moteurs étaient enfin en train de se mettre en marche. Observant les voyants s'allumer les uns après les autres si le tableau de bord devant lui, le jedi attendit la fin des vérifications avant de pousser les manettes.

« Allez ma belle, en route. »

Oui il parlait à son vaisseau, et alors ? Il sentit son compagnon métallique se soulever du sol et, poussant les manettes un peu plus en avant, observant la fulgurante ascension de son vaisseau qui se dirigeait vers le firmament. L'oiseau mécanique vint enfin se mettre en position au bout de quelques minutes et, alors que l'ordinateur venait de finir les calculs de navigation vers l'espace hutt, le pilote activa l'hyperespace d'une simple pression d'un bouton tout juste devant lui. Pendant une seconde l'espace sembla se tordre devant lui avant que le transport ne se mette finalement en place, permettant au vaisseau d'avaler les distances à une vitesse ahurissante. Certes cela prendrait plusieurs dizaines de minutes voire même plusieurs heures avant que le duo n'atteigne la dernière position connue du vaisseau, mais malheureusement c'était la méthode connue la plus rapide. Peut-être pas assez rapide, aujourd'hui.

« Une bonne chose de faite. »

Faisant taire le doute dans son esprit, sachant pertinemment que se demander s'il était déjà trop tard ne changerait strictement rien au sort des pauvres malheureux, le jeune jedi se mit à pianoter sur ses commandes pour faire apparaître une vue approximative de la position spatiale du vaisseau recherché. Voyant la balise de détresse pulser à intervalles réguliers, le jeune homme repassa les informations connues dans sa tête et, à l'attention de sa camarade du jour, lâcha sur un ton léger un :

« Bon. Soit c'est un piège et on fonce droit dedans, soit on nous mène sur une fausse piste en pointant les hutts du doigt. Je ne sais pas vraiment laquelle je préfère. Des idées?»

En vérité le jeune homme aurait préféré tomber dans un piège duquel il aurait pu se sortir, grâce à ses incroyables talents de pilote, plutôt que de devoir fouiller à la recherche d'une piste solide. Au moins dans le premier cas il n'aurait pas le temps de s'ennuyer mais, comme d'habitude, il savait pertinemment que les choses n'étaient jamais aussi simples. Bah, il verrait bien une fois sur place.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Neela Acksedge
Rang III - Chevalier Jedi
Messages : 289
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Avr - 15:27
La Jedi avait déjà rejoint le chevalier lorsque celui-ci prit finalement la parole. Elle était certaine qu’il avait détecté son arrivée avant même qu’elle ne se soit annoncée bruyamment et qu’elle aurait pu s’en passer mais il était difficile de se passer de ses habitudes. C‘était d’ailleurs mieux ainsi, car il était peu recommandé de s’annoncer à l’aide de la Force dans les milieux criminels que la rousse fréquentait, à moins évidemment de vouloir finir pendue au bout d’une corde après avoir été longuement torturée et interrogée. Neela n’étant pas à ce point masochiste, elle préférait largement utiliser les bonnes vieilles manières, à commencer par la discrétion. Elle ignorait d’ailleurs s’ils allaient devoir agir majoritairement dans l’ombre ou au contraire se faire voir de loin au cours de cette mission. Il était fort probable que le Jedi n’était pas plus avancé qu’elle sur le sujet et que le duo obtiendrait ses réponses après avoir rattrapé le transporteur à la dérive. Ils allaient devoir décider d’un plan d’action fiable et qui ne risquerait pas de les mettre en danger inutilement.

Elle prit le temps d’observer son partenaire pour cette mission, cherchant à se remémorer si elle l’avait déjà croisé lors de ses visites à Ossus ou ailleurs, récemment ou non, lorsqu’elle était déjà chevalier ou encore une padawan. La lucazec avait une très bonne mémoire visuelle mais le visage de Nathanael Kort ne lui disait rien. Qui était-il réellement, qu’elles étaient ses véritables compétences ? Tout ce qu’elle savait de lui était ce qui était consigné dans les archives accessibles de tous, au praxeum de Knossa. Les informations y étaient généralement authentiques mais souvent incomplètes lorsqu’il s’agissait d’individus. La Jedi détourna le regard, consciente qu’elle obtiendrait bien assez tôt des réponses à plusieurs de ses questions au sujet de l’Anzati. En tant que Jedi, il avait déjà sa confiance, à lui seul donc de ne pas lui faire regretter ce choix.

Neela se décala et répondit à l’information et s’installa sur le siège de droite puis posa ses mains sur ses hanches pour se préparer au départ. Elle observa le pilote agir, suivant du regard ses différents mouvements tout en se rassurant sur le fait que, si nécessaire, elle pourrait elle aussi prendre les commandes de cet appareil pour les sortir d’un éventuel guet-apens. Puis elle se surprit à réprimer un léger rire en entendant le chevalier s’exprimer :

« Alors comme ça vous aussi, vous parlez parfois à votre vaisseau ? » Elle afficha son fin sourire. « Ça nous fait déjà un point commun, chevalier Kort. Neela Acksedge, au passage. Même si je suis certaine que vous connaissiez déjà mon nom. »

Les propos du chevalier auraient en réalité très bien pu lui être destiné, mais la Jedi avait elle aussi cette habitude de parler toute seule lorsqu’elle était aux commandes de son vaisseau, comme si cela allait changer quelque chose au comportement de l’appareil. Et puis elle préférait laisser le bénéfice du doute à l’Anzati, au cas où ses compliments lui était personnellement destinés. La Jedi resta muette durant toute la procédure de décollage, se contenant d’observer les montagnes d’Eocho s’éloigner pour finalement disparaître hors de sa vue, puis le ciel s’assombrir doucement pour finalement atteindre la teinte noire de l’espace. Dans un coin, la lueur de la courbure d’Ossus fut visible un instant, le temps que son partenaire de mission calculait les coordonnées de saut. Puis tout disparu soudainement lorsque le vaisseau effectua son saut en vitesse-lumière. Ce n’est qu’après avoir remarqué la courbure de l’espace autour d’eux que la sentinelle lâcha un constat :

« En prenant la route de Sriluur et Sleheyron, nous en auront pour quelques heures pour le rattraper. A condition que nous ne soyons pas ralenti à Klatooine. »

En espérant qu’ils ne tomberaient pas dans une embuscade, ou ne découvrirait pas un vaisseau rempli des cadavres des élèves, quelque fut leur âge. La Jedi croisa les jambes et leva une main à son menton pour adopter une posture de réflexion tandis que le chevalier Kort faisait apparaître la carte de leur trajet et la position du transporteur en détresse caractérisé par sa balise pulsant de façon régulière. Elle émit un léger son d’acquiescement lorsque le Jedi évoqua les deux possibilités les plus probables concernant leur destination puis signala la convergence de leurs conclusions :

« Nous sommes d’accord, ça sent le piège, ça ressemble à un piège… c’est donc très certainement un piège, oui. Et ceux qui l’on posé doivent s’attendre à ce que ce soit des gens comme nous qui nous jetions dedans. Peu de gens répondent aux signaux de détresse dans la bordure, encore plus dans l’Espace Hutt car il s’agit d’appâts de pirates la plupart du temps. »

Neela soupira un instant en espérant qu’ils se trompaient sur toute la ligne au sujet de ce qui les attendaient à leur arrivée mais elle refusait de se voiler la face. Ils trouveraient sans doute un vaisseau dénué de vie, laissé là pour attirer l’attention et détourner les secours du véritable but de ceux qui étaient derrière tout ça. Mais en attendant d’avoir mieux, le transporteur était leur seule piste qui n’était pas basée sur des théories, et la Jedi poursuivit son raisonnement non sans cacher son scepticisme dans sa voix :

« Mais nous ne pouvons en être certain, il va nous falloir vérifier. Il y a une chance que ce soit tout autre chose, bien que je n’y croie pas vraiment. »

Elle avisa songeuse la balise qui pulsait à un rythme régulier sur l’écran devant elle avant de glisser ses doigts dessus et d’agrandir le champ, non sans avoir demander la permission au chevalier d’un regard entendu. Elle apposa un doigt à bonne distance de la balise qui clignotait et commença à dessiner quelque chose :

« On pourrait sortir de vitesse-lumière suffisamment loin pour parer à une attaque surprise et charger votre hyperdrive pour se préparer à sauter au plus tôt. Je présume que vous avez de très bons scanners à bord, donc si nous pouvons balayer le vaisseau et ses environs à la recherche de signe de vie, ou de tout autre chose, nous pourrions avoir un coup d’avance. Ensuite… ensuite nous progressons sur un axe parallèle pour nous rapprocher et nous examinons visuellement, en détail, le vaisseau pour essayer de trouver des indices. Enfin, si ça nous semble suffisamment sûr, nous entrons. »

La rousse donna un dernier coup de doigt sur l’écran avant de se reculer et posa ses mains sur ses hanches, dans une position assurée. Elle s’interrogea une dernière fois sur sa proposition avant d’interpeller son partenaire :

« Qu’est-ce que vous en dîtes ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nathanael Kort
Rang III - Chevalier Jedi
Messages : 237
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Avr - 0:18
Le jeune jedi savait qu'un seul détour aux archives jedi lui aurait permis d'en apprendre assez sur sa partenaire du jour pour éviter les mauvaises surprises, cela aurait été sans doute la méthode la plus sage mais ce trait caractéristique n'était pas celui qui définissait le mieux ce jedi centenaire. En effet les archives pouvaient être riches en enseignement mais d'expérience le jeune homme avait appris que rien ne valait le jugement de ses propres yeux pour se faire une opinion réel sur une personne. Aussi lorsque ses aventures le forçaient à travailler avec un autre individu le jeune anzati ne prenait que le minimum d'information, attendant la mise en situation  sur le terrain pour jauger de ses propres yeux les capacités de son compagnon du jour. Aujourd'hui ne faisait nullement exception à la règle, il avait appris que la demoiselle était une sentinelle mais à part cela il ne chercha pas à glaner davantage d'éléments, sachant pertinemment que la mission permettrait à chacun d'en apprendre assez sur l'autre. Et puis l'effet de surprise serait bien plus amusant, à bien y réfléchir.
Alors que le jedi pénétrait dans la cabine de pilotage pour prendre les commandes de son vaisseau, comme il l'avait fait des centaines de fois, il fut bientôt accompagné par la demoiselle qui vint s'assoir à côté de lui. Bon, au moins elle ne semblait pas timide ce qui était déjà un bon point. Alors que le nom du chevalier Kort parvint aux oreilles du concerné, celui-ci tint immédiatement à corriger le tir :

« Vous pouvez m'appelez Nathanael, vous savez. Ou Nathan. C'est ce que font les autres.»

Si le jeune homme était connu et apprécié de ses camarades c'était pour sa longue liste de découvertes, certes, mais aussi pour son caractère jovial et facilement abordable. Il n'était guère un grand fan du formalisme qui régnait au sein de l'Ordre et, la plupart du temps, il tâchait de faire fi des rangs pour s'adresser à ses camarades comme à des hommes et femmes plutôt qu'à des jedis à part entière. Il était un bon vivant au sourire facile qui savait se faire apprécier des autres par sa personnalité rayonnante et sincère, aussi tint-il à corriger ce formalisme pendant que la situation le permettait encore.
Puis, lorsque le jeune jedi se mit à parler à son vaisseau comme s'il s'agissait d'une véritable personne, la demoiselle fut amusé de noter ce comportement assez similaire au sien. Alors comme ça il n'était pas le seul à personnifier son vaisseau ? Au moins elle ne le prendrait pas pour un fou, ce qui n'était déjà pas si mal.

« Je passe plus de temps ici que nul part ailleurs. Du coup je finis par m'attacher, d'une certaine façon. C'est le propre de tous les pilotes, j'imagine.»

Évidemment qu'il savait qu'il ne faisait que parler à un amas de pièces métalliques dénué de conscience et incapable  de lui répondre, il n'était pas assez stupide pour croire le contraire, alors pourquoi le faire ? Au départ ce fut un réflexe presque inconscient qui le fit sourire mais, avec le temps, il se rendit compte que ce réflexe était aussi un moyen pour lui de combattre la solitude et de ne pas devenir fou. En effet il était totalement seul durant la quasi-totalité de l'année et, même s'il aimait ce qu'il faisait, cet isolement finissait par peser lourdement sur ses solides épaules. Toute compagnie était alors la bienvenue et, à défaut d'avoir des compagnons potentiels à disposition, il devait se tourner vers son vaisseau et son ordinateur de bord. Certains pourraient y voir un début de maladie mentale liée à un isolement beaucoup trop prolongé, même selon les critères d'un homme pouvant vivre sans problème pendant des millénaires, mais l'anzati aimait plutôt y voir une façon personnelle de se réconforter lorsque seul le froid glacial de l'espace l'entourait.

Puis, avant qu'il ne puisse enchaîner, la conversation reprit en se concentrant cette fois sur l'opération. La demoiselle était également consciente de la possibilité que tout ceci soit un énorme piège mais, malgré ce constat, elle ne chercha pas pour autant à faire demi-tour pour se mettre à l'abri. Au moins elle n'avait pas peur du danger, mais elle semblait assez prudente pour minimiser les risques. En effet elle suggéra au jeune homme se prendre la distance pour scanner l'appareil et les environs avant de se rapprocher davantage de la cible. Ce à quoi le garçon répondit:

« C'est ce que je comptais faire, content de voir que nous sommes sur la même longueur d'onde sur ce point. »

Alors qu'il se mit à pianoter sur l'ordinateur de bord pour demander de sortir un petit peu plus tôt de l'hyperespace, conformément à la discussion précédente, le jedi se tourna vers la demoiselle et, pointant du pouce la soute derrière eux, lâcha finalement :

« On a le temps avant d'arriver. Si vous voulez vous reposer ou méditer il y a ce qu'il faut derrière. Le lit et le matériel sont encastrés dans les parois. »

Même s'il n'était pas de ceux-là sauf dans des conditions très particulières, nathanael savait que ses pairs appréciaient le bien-être et le calme conférés par une séance de méditation, aussi peut-être que sa camarade aimerait renouveler ce procédé avant d'entrer dans le coeur de l'action. Que ferait-il ensuite ? Sans attendre une réponse de la demoiselle, il se leva de son siège et annonça :

« Je vais me changer avant qu'on arrive. »

Une bure ne ferait plus que le gêner qu'autre chose lors d'une telle opération où l'action serait forcément de mise. Pénétrant ainsi dans la soute il appuya sur un pan de la paroi bâbord et un placard se dévoila aux yeux du jedi, révélant quelques vêtements impeccablement pendus là. Sans aucune once de pudeur le jeune homme commença à se déshabiller sans aucun égard pour la demoiselle peut-être juste derrière lui. Après tout il avait l'habitude de tout faire tout seul, sans que personne ne le regarde, pourquoi changer ses habitudes maintenant ? Alors qu'il accrochait ses vêtements traditionnels aux cintres, le jeune homme enfila une tenue plus passe-partout qui ne trahirait par son allégence à l'Ordre. Oui la mission ne spécifiait pas de cacher ou pas son affiliation, mais dans le doute il préférait la jouer discrètement. Ainsi, au bout de quelques secondes, sa tenue civile fut enfilée. Quelle était-elle ? Un simple pantalon gris-foncé accompagné d'un haut moulant couleur d'ébène, le tout étant surmonté d'une veste en cuir au ton marron-foncé pour rajouter un peu de couleur.

« Au fait, à part mon nom, vous avez entendu d'autres trucs à mon sujet ?  »

Sa nature d'anzati faisait de lui l'objet de curiosité autant que de crainte et cela l'amusait toujours d'entendre des bruits de couloir à son sujet. Peut-être que la demoiselle pourrait lui révéler ce qu'il se disait à son sujet entre les murs du Temple d'Ossus....à défaut, peut-être pourrait-elle lui dire ce qu'elle savait de cet explorateur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Neela Acksedge
Rang III - Chevalier Jedi
Messages : 289
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Avr - 11:22
« Ah, veuillez pardonner mon excès de langage. Dans ce cas appelez-moi Neela. »

La Jedi corrigea le tir au mieux, comprenant parfaitement le souhait de l’Anzati. La rousse avait préféré rester distante lors des premiers échanges, sachant que certains membres de l’Ordre préféraient rester formels. Pour elle qui avait l’habitude de se faire appeler par ses prénoms, cela ne changerait pas grand-chose de se faire appeler Neela. Plus encore, cela rendrait leur duo plus naturel, et moins caractéristique de l’Ordre Jedi. Et dans l’Espace Hutt, ce genre de choses suffit à faire la différence. Pour diverses raisons, la rousse ne souhaitait pas se déplacer avec une cible dans le dos et une pancarte « Jedi » entre les mains. Bon, il y avait encore quelques détails à changer chez le chevalier Kort pour qu’il ne soit plus identifié comme un membre de l’Ordre dès le premier regard, mais l’Anzati saurait facilement se faire passer pour ce qu’il n’est pas si la chose devait se révéler nécessaire.

« Je comprends ce raisonnement. » se contenta-t-elle de répondre à la remarque de Nathanael sur ses petites habitudes personnelles, comprenant parfaitement le point de vue de Nathanael sur ce sujet.

L’Anzati semblait se satisfaire du plan initial proposé par la Jedi. Peut-être que les deux chevaliers se ressemblaient plus que Neela l’avait pensé aux premiers abords. Ou alors le Conseil s’était-il assuré que les deux personnes qu’ils enverraient serait capable de s’entendre et, surtout, de ne pas se tirer dans les pattes. Une décision des plus sages qui trahissait l’intérêt particulier des Maitres pour ce vaisseau, et ses occupants. C’était compréhensible, d’ailleurs. Les Jedi n’avaient aucun intérêt de laisser des individus capables de maitriser la Force développer leurs capacités seules, en dehors de tout cadre moral. Preuve en étaient les causes des deux Schismes ayant profondément meurtri l’Ordre. Les laisser entre de mauvaises mains était donc inacceptable.

« Méditer pour se préparer à ce qui nous attend pourrait être nécessaire. Mais je vais plutôt m’attarder sur la liste des personnes qui se trouvaient à bord. Peut-être trouverons-nous quelque chose d’intéressant. »

Neela regarda Nathan se lever et quitter la pièce avant d’attraper le datapad posé sur le tableau de bord. La Jedi fouilla dans une de ses poches et sortit une puce de données qu’elle glissa dans un des réceptacles de la tablette lui permettant d’accéder aux informations contenues dans son stockage externe. La rousse se leva alors que les premières lignes de données du manifeste de l’équipage du vaisseau perdu apparaissait sur l’écran et commença à dessiner des petits cercles de ses pas dans le poste de pilotage. La lucazec se retrouva rapidement à l’étroit, coincée entre les sièges et le tableau de bord, et commença à s’aventurer doucement dans le vaisseau, le nez en grande partie rivé sur l’écran de l’appareil électronique. Elle échoua bien vite dans la soute et se figea instantanément lorsque sa vision périphérique aperçu l’Anzati… le dos tourné, à moitié nu. La rousse resta immobile quelques secondes, le regard rivé sur le Jedi. Les traits du visage de la Jedi laissaient transparaître une fausse indifférence, et seul le roulement bref de son regard trahit sa gêne. Si Nathanael Kort avait été de face, il aurait facilement pu lire les mots qui quittaient ses yeux pour s’échouer sur ses lèvres muettes. Neela rebroussa droitement le chemin avant que l’Anzati n’ait pu réaliser sa présence physique et retourna s’adosser contre le mur séparant l’étroit couloir du poste de pilotage. Lorsque le pilote surgit à nouveau, la lucazec ne laissa rien transparaître de la récente mais non moins surprentante rencontre.

« Vous savez, je ne passe que très rarement à Ossus. D’ordinaire, je passe mon temps dans les régions que nous allons bientôt visiter, ou dans les bas-fonds d’une oecuménopole du Noyau Galactique, à résoudre les problèmes les plus préoccupants pour notre Ordre, ou pour la République. Je n’ai pas beaucoup de temps pour entendre parler de vous au Praxeum, Nathan. Je suis désolée. » rétorqua la Jedi, restant évasive au premier abord, quelque peu prise au dépourvu par la question du chevalier.

Pendant ce temps, la machine qu’était son cerveau était déjà en route, faisant appel à ses souvenirs de la lecture des données qu’elle avait pu récolter sur Nathanael avant de rejoindre son vaisseau. Grâce à sa maitrise spirituelle acquise par la pratique de la médiation, les informations ressurgirent rapidement, lui permettant de se reprendre :

« Néanmoins, les quelques pages que j’ai pu lire à votre sujet avant d’embarquer sont plutôt élogieuses. Nous avons chacun nos rôles à remplir et, il semblerait que vous teniez plutôt bien le vôtre. J’ai cru lire que vous aviez été isolé pendant une année sur une planète inconnue, c’est véridique ? »

Neela aurait bien pu rajouter qu’elle se demandait toujours si elle parvenait à tenir son rôle mais avait préféré orienter le sujet pour laisser Nathanael parler de son passé. C’était un moyen d’éviter d’orienter le regard sur le sien, chose qu’elle n’aimait pas faire en présence d’une personne qu’elle ne connaissait pas vraiment, qu’il soit Jedi ou non. Si jamais le Jedi décidait tout de même d’évoquer le sujet, la rousse n’était pas certaine de sa réaction, laquelle serait sans doute déterminer par la question elle-même. Souvent froide et franche lorsqu’il s’agit de parler d’elle, Neela savait néanmoins rester courtoise et diplomatique lorsque nécessaire. La Jedi resta donc muette, écoutant attentivement la réponse du chevalier Kort sans quitter du regard le datapad qu’elle avait entre les mains. Etre en mesure d’effectuer plusieurs choses en même temps était une qualité que la lucazec avait développé, considérant cela essentiel pour le rôle qu’elle endossait pour le compte de l’Ordre Jedi. Sous ses yeux défilait toujours le manifeste de l’équipage, avec hélas trop peu d’information sur les passagers et leur encadrement. Tout juste avait-elle pu obtenir le minimum légal sur les candidats sélectionnés : nom, prénom, âge, lieu de naissance, lieu d’embarquement, photo récente. L’équipage, lui, avait visiblement été réduit au minimum et consistait en plusieurs auxiliaires de l’Ordre, des individus respectables et d’ordinaires loyaux mais qui n’étaient pas des Jedi.

La Jedi laissa échapper un léger soupir en détournant son regard du datapad. Se focaliser sur le transport perdu était peut-être contre-productif. Peut-être fallait-il agrandir le champ des recherches et s’intéresser à toutes les disparitions et détournement de vaisseaux dans le secteur où le contact fut perdu avec l’appareil, à la recherche d’éléments similaires. Neela allait peut-être interrompre le récit de Nathanael, mais c’était pour la bonne cause :

« Mh… avez-vous une connaissance quelconque de la situation générale de l’extrême-sud galactique, aux alentours d’Ando, Leritor ou Christophsis ? Une partie des passagers que nous recherchons proviennent apparemment de ces mondes, et plusieurs vaisseaux ont déjà disparus dans cette région. Il est possible que nous ayons à faire à un groupe organisé. Il nous faudrait interroger les banques de données républicaines puis comparer les lieux de départ et de disparition des autres vaisseaux avec celui de notre transport, peut-être trouverons-nous une concordance, ou un mode opératoire. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nathanael Kort
Rang III - Chevalier Jedi
Messages : 237
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 14 Avr - 0:12
Si les débuts du garçon dans l'Ordre Jedi furent long et laborieux, la faute à sa croissance extrêmement longue et sa longévité encore plus impressionnante, l'anzati fut bientôt considéré comme l'un des membres les plus curieux et extraverti de sa génération mais ce constat n'en fut que plus véridique au moment où le chevalier ici présent finit enfin par rejoindre les rangs du Corps d'Exploration. De mémoire il n'avait jamais été un grand fan des règles et, s'il avait pris la peine de les respecter comme tout bon élève qu'il était, son accession au rang de chevalier avait rendu les choses beaucoup plus faciles pour lui. Oh oui l'étiquette voulait que chaque membre s'adresse aux autres avec un savant mélange de respect et de formalisme mais, au-delà de ces rangs, l'anzati avait toujours pris soin de s'adresse à l'homme plutôt qu'au jedi lorsqu'il conversait avec un camarade. Ce titre ne révélait qu'une infime partie de qui il était vraiment, qu'une infime partie de ses capacités et de ses motivations mais en aucun cas son moi véritable. Dans ces conditions pourquoi devrait-il s'adresser à une portion de son interlocuteur ?
Prenons le cas de cette demoiselle à la chevelure de feu par exemple. Certes c'était une jedi puissante dans la Force et bien assez compétente pour passer les tests et mériter le rang de chevalier, ce qui n'était pas rien. Mais était-ce tout ce qu'elle représentait ? N'était-elle rien d'autre qu'un être sensible à la Force armé d'un sabre laser ? Non. Elle avait été une fille, peut-être une sœur mais c'était une femme avec ses petits secrets et ses petites habitudes. Certes les circonstances n'étaient pas propices à la découverte mutuelle, c'était évident, mais détruire ce formalisme allait être le premier pas vers une entente plus cordiale et moins rigide.  Finalement la demoiselle accepta de se détendre un peu en autorisant son compagnon du jour à l'appel par son prénom : c'était un bon début.

Alors que le jeune anzati décida d'aller à l'arrière  pour aller se changer, laissant sa camarade méditer si elle en avait besoin, il écouta la concernée lui faire part de son  désir de faire davantage de recherches plutôt que de préparer son esprit à ce qui arriverait bientôt. C'était un geste honorable et emprunt de professionnalisme, quelque chose que le chevalier centenaire ne pouvait que respecter sans avoir besoin de le vocaliser. Alors qu'il laissa son corps nu à la merci de la fraîcheur qui régnait dans la soute, sentant sa peau réagir face au froid qui l'agressait, le chevalier sentit l'arrivée de la sentinelle dans la Force sans avoir besoin de ses yeux. Pourquoi cette gêne et ce demi-tour ? Avait-elle apprécié le spectacle ? Le concerné ne pourrait que comprendre si c'était bien le cas. Cependant, avant même qu'il n'envisage de poser la question à voix haute, la demoiselle lui asséna un coup à son incroyable ego en avouant ne pas avoir entendu de bruits de couloirs à son sujet. Mais après tout n'était-ce pas plus mal ainsi ? Bonnes comme mauvaises,  si des rumeurs couraient sur son dos il préférait l'entendre lui-même de vive voix.
Alors qu'il écoutait la rouquine parlait de cette activité qui occupait le plus clair de son temps, l'anzati crut bon de faire le parallèle avec sa propre activité.


« L'une plongeant dans la fange pour en combattre l'essence même et ramener un peu d'espoir. L'autre à la recherche de perles rares à travers l'espace et ses étendues infinies. Deux faces d'une même pièce.»

Tous deux vivaient bien loin des frontières de l'Ordre et avaient tôt appris à se débrouiller par eux-même et, si la demoiselle avait connu avantage de ténèbres que l'azanti n'en avait probablement vu durant ces trente dernières années, ce dernier chevalier n'était pas en reste de découvertes et de périlleuses actions pour autant.  Loin des frontières de l'Ordre Jedi tous deux jouaient leur rôle avec professionnalisme, probablement sans envisager de retourner vivre durablement entre les murs du Temple. Telle n'était pas leur vie, telle n'était pas leur voie.
Bientôt l'ego du garçon fut titillé de nouveau lorsque sa camarade fit appel à des souvenirs de plusieurs années en arrière, alors qu'il était encore tout jeune chevalier et que son imprudence l'avait isolé sur une planète pendant plus d'une année complète. À l'écoute de la question, pénétrant dans la cabine et se positionnant sur son siège le jedi sourit franchement tout en répondant :


« Oh ça oui, rien de plus vrai.. La meilleure de mes expériences, de loin. »

Alors que d'autres auraient été terrifiés à l'idée de se trouve dans pareille situation l'anzati avait réussi, avec pas mal de recul, à synthétiser ce qu'il avait retenu de cette expérience extrêmement riche en enseignements. Certes cette expérience avait été terriblement stressante mais, au-delà du simple fait de mettre en pratique ses techniques de survie, cela lui avait appris quel goût avait la peur et ce que ressentait une proie juste avant de se faire dévorer. C'était un enseignement qu'aucun jedi ne pourrait lui prodiguer et, à ce titre, son maître mis à part, ces terribles bêtes avaient fait plus pour le développement personnel et martial du jedi que toutes les leçons du monde. Aussi, alors qu'il se doutait que sa première réponse avait semé la confusion et  la surprise chez la demoiselle, il précisa sa pensée par :

« Rien de mieux que la menace constante d'une mort imminente pour apprendre à se connaître soi-même. J'y retournerai probablement quand j'aurai un peu de temps devant moi,  histoire de me ressourcer. »

L'espace d'un instant le garçon hésita à afficher les coordonnées de la planète sur le tableau de bord mais il n'en fit rien, souhaitant garder ce sanctuaire pour lui tout seul exception faite de ceux étant venus le récupérer au bout d'un an. Un sanctuaire ? Non le jedi n'était pas fou, c'était ainsi qu'un voyait cette planète à la faune des plus hostiles. Un sanctuaire était un lieu où un individu pouvait se retrouver avec lui-même afin de se ressourcer et se remettre d'aplomb, en partant de cette description cette planète remplissait parfaitement les critères désirés. Oui la faune était terrible et mortelle, à n'en pas douter, mais c'était justement ce danger permanent que Nathanael cherchait afin de stimuler son instinct de chasseur et de sortir du confort de son cockpit.
Sur cette planète il passait tour à tour de chasseur à proie, la situation pouvant basculer à chaque erreur de sa part et c'était aussi cela qui faisait le charme de ce lieu. Pas le droit à l'erreur, pas de répit, pas de second souffle : une lutte de tous les instincts pour sa propre survie. Aucun jedi au monde ne ferait subir pareil traitement à son padawan et pourtant question endurcissement on ne pouvait pas faire mieux.

Alors qu'il finissait son explication, laissant à la demoiselle le temps d'enregistrer ces informations sans doute surprenante, le colosse enchaîna avec :

« Et vous ? Pas d'histoire croustillante en stock ? »

Puis la conversation reprit un aspect plus professionnel lorsque la sentinelle évoqua des pistes de recherches possibles. Secouant la tête négativement, signe qu'il ne connaissait pas vraiment la situation des mondes de la bordure sur de la galaxie, le jeune homme répondit :

« Ça vaut le coup de jeter un coup d’œil. Je lance les recherches , ça ne devrait pas être long.  »

À ces mots il pianota sur son tableau de bord pour sortir tous les vaisseaux qui étaient partis des mondes mentionnés plus tôt mais pour lesquels aucune arrivée dans un autre monde n'avait été enregistrée. Cela prendrait du temps à l'ordinateur de chercher dans les bases de données de la République pour autant d'informations, même uniquement dans les derniers mois, mais c'était un point de départ. Le trajet serait bientôt terminé de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Neela Acksedge
Rang III - Chevalier Jedi
Messages : 289
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Avr - 16:51
La fange galactique… L’expression pouvait paraître un peu forte bien qu’empreinte d’une certaine vérité. La rousse avait passé le plus clair de ses quinze dernières années dans ce milieu souillant et salissant que personne n’osait regarder ou même combattre efficacement. La Jedi comprenait cela, il était bien plus simple de minimiser l’existence de cette frange de la société pour se tourner vers des horizons plus clairs et joyeux, mais elle ne pouvait se résoudre à le faire. En se mêlant de ce milieu, elle avait l’impression de se jeter au cœur de la réalité galactique, celle de l’épreuve persistance, des difficultés insurmontables et des inégalités sociales. La lucazec n’était pas aveugle pour autant, ses actions étaient plutôt insignifiantes à l’échelle de la galaxie mais suffisantes au niveau local pour faire la différence, pour changer les choses au moins pour quelques-uns. Elle chassait généralement la pègre mais mettait tout autant ses compétences à la traque des perturbateurs qu’au service de la société. Vivre dans la fange galactique ne se résumait pas qu’à infiltrer des cartels ou chasser des pirates en gardant ses distances mais bien de se plonger pleinement dans la société galactique, où les idéaux du Jedi se retrouvent inévitablement mis en confrontation avec la réalité de la vie des citoyens de la République, du Noyau aux Bordures, des civilisations indépendantes de toute allégeance ou bien dans celle des habitants de l’Espace Hutt. Apprendre les coutumes et les habitudes partagées par tout ces peuples étaient un gage d’intégration mais également de discrétion, donc un passage obligatoire pour tout Jedi désireux d’accomplir ce que la rousse faisait au quotidien. Cela demandait une maitrise de soi exceptionnelle et une capacité d’adaptation à toute épreuve pour ne pas laisser apparaître se véritable nature, chose qui était devenue une habitude parfaitement naturelle pour Neela mais qui n’était pas forcément le cas du chevalier Kort. Un certain nombre de Jedi estiment qu’il n’est pas nécessaire pour eux d’apprendre comment s’intégrer discrètement dans la société galactique, pensant qu’ils seront parfaitement capables de s’adapter sur l’instant et sont en réalité démasquer dès les premières minutes à cause d’une mauvaise approche, d’une réaction un peu trop hésitante ou d’un réflexe conditionné par des années d’apprentissage de la philosophie générale de l’Ordre Jedi. La rousse n’avait pas de doute au vu du naturel avec lequel Nathan s’exprimait quand au fait que l’explorateur n’aurait pas de véritables difficultés à se faire passer pour autre chose qu’un Jedi tout droit sorti du praxeum d’Ossus mais Neela ferait tout de même preuve de prudence s’ils devaient poser le pied sur une planète habitée. La lucazec avait trop peu d’expérience avec les membres Jedi de l’Explocorps pour se donner une idée de leurs compétences une fois jeté dans la fosse aux lions.

Nathanael, de part se qu’elle avait pu lire à son sujet dans les archives d’Ossus, avait forcément au moins une partie des compétences requises vu la date à laquelle il avait rejoint l’Ordre Jedi. La lucazec n’était pas encore née à cette époque. Ses parents biologiques, d’ailleurs, ne l’étaient pas non plus. Et voilà que la rousse avait la prétention de tout savoir sur un sujet précis, alors qu’elle avait à ses côtés pour cette mission un membre de l’Ordre qui pouvait déjà prétendre au titre de Maitre Jedi depuis des années ! Elle resta impassible bien que gênée, en se rappelant également qu’elle avait dit ne rien savoir de ce qui se disait sur lui, étant donné son ancienneté au sein de l’Ordre. Neela avait heureusement su se rattraper en se souvenant d’un élément marquant de la vie du chevalier et à aiguiller la discussion pour qu’il en vienne à en parler, même brièvement. De ce qu’elle en avait lu, maintenant qu’elle s’en souvenait, elle n’aurait pas aimé être à sa place. Les rapports avaient certes tendance à paraître exagérés lorsqu’ils étaient lus par un œil extérieur mais celui-ci sortait bien trop du lot pour l’avoir été, et l’entendre de la bouche de l’anzati lui-même suffisait pour le lui confirmer. Elle-même connaissait quelques endroits dangereux, dont l’un pourrait être à proscrire pour toute personne sensée mais plus pour l’hostilité de la population que pour la dangerosité d’une faune bien douce en comparaison. Non, la Jedi n’avait pas envie de s’aventurer dans ces deux endroits. Elle en avait exploré un, elle ne souhaitait pas découvrir l’autre.

« Je vous crois sur parole, Nathan. »

En apprendre plus sur les autres étaient un impératif de son travail auquel la curiosité naturelle de la Jedi s’était rapidement associée. Neela prenait un réel plaisir à découvrir de nouvelles choses, ce qui rendait son quotidien dans la Bordure plus agréable qu’il ne l’était pas parfois réellement. Néanmoins, si la rousse aimait particulièrement entendre les autres parler d’eux, elle n’appréciait guère s’ouvrir en retour. Parler d’elle, de son passé ou de ses habitudes était une chose qu’elle avait appris à ne pas faire pour ne pas dévoiler d’informations qui pourraient se retourner contre elle, son entourage, ses connaissances ou l’Ordre Jedi et la République. C’était là une habitude qui s’était imprégnée profondément en elle, et que Neela avait du mal à mettre de côté même lorsqu’elle entretenait une discussion avec des personnes en qui elle pouvait avoir confiance, en l’occurrence les membre de l’Ordre Jedi. Les seuls à qui elle n’avait que peu de secret, voir pas du tout, étaient rares. La lucazec avait longtemps travaillé la méditation pour structurer son esprit, et définir des sortes de gardes fous permettant de facilement faire la différence en ce qui pouvait être dit ou non, mais même la psyché des Jedi n’était pas infaillible.

C’est pourquoi elle mit un peu de temps à répondre, un temps très court mais néanmoins décelable. La formulation, elle aussi, trahissait une réflexion préalable :

« Eh bien, je dirais que les expériences marquantes ne manquent pas. Préférez-vous entendre parler de Talanis la pirate, ou de Neela la mercenaire ? Il y a aussi Kira la contrebandière… »

La rousse laissa glisser son regard vers la verrière du poste de pilotage alors qu’elle faisait le tri dans les bribes de souvenirs qui lui venaient à l’esprit, avant d’annoncer prudemment :

« Il y en a beaucoup, mais il me sera difficile de vous conter une histoire aussi excitante que votre aventure solitaire. Une plongée dans les tréfonds de Coruscant, ou dans les milieux les plus sombres de l’Espace Hutt n’est pas sans risques, et mon cheminement dans cet environnement obscur est assez… flou. »

Une façon de ne pas dire que ses décisions n’ont pas toujours été en adéquation avec la morale de l’Ordre, peut-être ?

« Avez-vous d’explorer mon environnement de travail, d’ailleurs ? » lança-t-elle finalement de détourner de nouveau la conversation vers l’anzati et s’offrir un peu d’air frais pour réfléchir aux éventuelles questions que le Jedi pourrait lui poser.

Neela avisa le tableau de bord pour voir où en était la recherche lancée par Nathanael et s’informer sur le temps restant avant leur arrivée à proximité de la balise qui émettait le signal de détresse du vaisseau détourné. Avec un peu de chance leur mission les rattraperait avant qu’elle n’ait à trop à en dire sur elle-même. Au pire, s’il lui en demandait trop, elle le remettrait à sa place aussi gentiment que possible. Mais il n’allait pas l’obliger, si ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nathanael Kort
Rang III - Chevalier Jedi
Messages : 237
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Avr - 20:22
Si au départ ce fut son maître qui poussa le jeune homme à intégrer le Corps d'Exploration comme son propre maître l'y avait lui-même invité quand il n'était encore qu'un padawan, ce fut bien la curiosité naturelle du jeune homme qui  le poussa à rester. D'habitude les jedis ne faisaient que passer dans ce Corps d'Exploration afin de voir du pays, pour ainsi dire, avant de retourner vivre entre les murs du Temple forts de leurs extraordinaires découvertes : rares étaient ceux qui décidaient de rester. Cependant, aussi peu nombreux soient-ils, ces jedis étaient les garants de la continuité de ce Corps et des découvertes inestimables que ses membres pourraient faire. Sans encadrement comment cette organisation pourrait-elle perdurer ? Comment les frontières de cette galaxie pourraient-elles être repoussées ? Si après plusieurs dizaines d'années cette curiosité était toujours intacte chez le jeune anzati, elle était désormais accompagnée d'un profond désir de reconnaissance allié à un besoin de faire ses preuves. Après tout son nom ne serait connu et préservé à travers les âges que s'il faisait ou découvrait quelque chose digne d'être remémoré à travers les siècles. Serait-il connu pour l'un des plus grands bretteurs de l'Ordre ? Peut-être bien comme son plus grand pilote ? Comme le membre du Corps d'Exploration Jedi étant resté en service actif pendant le plus longtemps? Ou alors serait-il remémoré comme celui ayant permis les plus grandes découvertes à travers les zones encore inexplorées de la galaxie ? Si son ego éblouissant aurait bien aimé que tous ses titres lui soient attribués en même temps, il se devait d'être réaliste au risque de n'atteindre aucun de ces objectifs. Mais alors lequel ? La durée de service aurait été l'option la plus facile mais pas nécessairement la plus gratifiante. Non, vraiment, il n'avait pas encore pris sa décision à ce sujet et il lui faudrait sans doute encore un peu de temps : ce dont il avait, d'ailleurs, à profusion.

Alors que c'était au tour de la demoiselle de raconter un peu sa vie, même si sa réticence pouvait se sentir à des kilomètres à la ronde, le jeune homme fut amusé de voir que la sentinelle avait quelques histoires à raconter sans vraiment savoir par laquelle commencer. Ce n'était pas étonnant, ces deux individus avaient pris des voies diamétralement opposées mais toutes deux riches en action. Posant un regard discret sur le tableau de bord, l'anzati ne tarda pas à répondre :

« Pourquoi pas toutes ? Pas maintenant en tout cas, vu que nous n'allons pas tarder à arriver, mais une autre fois. »

Le trajet avait-il été plus rapide que prévu ou était-ce le pilote qui n'avait pas vu le temps passer ? Sans doute un peu des deux, mais cela n'avait guère plus d'importance. D'ici quelques poignées de seconde le vaisseau sortirait de  l'hyperespace et les deux jedis n'auraient plus vraiment le temps de discuter chiffon. Alors que la demoiselle évoquait quelques unes de ses aventures dans des territoires parfois hostiles, ce qui était apparemment le cœur de son métier, Nathanael ne manqua pas de sourire d'un air pensif à la mention des risques encourus dans de telles aventures. À bien y réfléchir, à part durant ses premières années, quand est-ce que la vie d'un jedi n'était pas pleine de risques ?  Souriant de plus belle à cette perspective, le chevalier lâcha :

« Risques. Ce mot à lui seul résume nos voies respectives. »

Regrettait-il son choix ? Pas le moins du monde, il aimait la perspective d'être constamment en danger et l'excitation qui allait avec. Il aimait sortir de l'hyperespace sans savoir ce qu'il allait y trouver et débarquer sur une planète sans savoir à quelle sauce la faune et la flore allaient essayer de le dévorer. Alors que le vaisseau approchait de sa destination la demoiselle à la crinière de feu demanda à son camarade si lui aussi avait exploré la fange comme elle avait choisi de le faire. Réfléchissant aux quelques fois où le jeune homme avait été forcé de laisser tomber ses habits de jedis pour plus de discrétion, sortant des prérogatives du Corps d'Exploration, le jedi répondit :

« En quelques occasions, oui, mais pas assez à mon goût. C'est l'occasion de corriger le tir.»

Laissant cette discussion de côté alors que les recherches étaient sur le point de se terminer, le pilote lança à sa coéquipière :

« Accrochez-vous, on arrive. »

Sur ces belles paroles il s'enfonça dans son siège et tint ses manettes bien en main, avant d'appuyer sur la commande qui ferait sortir du petit bijou de l'hyperespace. Qu'allait-il trouver en sortant ? Il ne tarderait pas à le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Neela Acksedge
Rang III - Chevalier Jedi
Messages : 289
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 24 Avr - 9:26
La curiosité de Nathanel à son sujet n’étonna point Neela. L’anzati était un Jedi au service du Corps d’Exploration et parcourait donc la galaxie à la découverte de l’inconnu. Il était difficile pour la lucazec de concevoir que l’on puisse donner sa vie à l’exploration de l’univers inconnu sans être soi-même un tantinet curieux, un trait de caractère qu’elle partageait et qu’elle savait donc apprécier. Parler de son passé, et surtout de ses précédentes missions, restait compliqué en raison du tissu cicatriciel que cela ravivait, chose qu’elle laissait volontairement de côté sans jamais oublier, car le danger de s’y retrouver submerger et les conséquences qui pouvaient en découler étaient trop grands pour qu’elle prenne la peine de s’y risquer. Neela n’aimait pas parler d’elle, trouvant cela particulièrement ennuyant mais surtout trop révélateur, préférant se confesser qu’auprès de son plus proche entourage et ne réservant uniquement aux autres les parties les plus superficielles de son existence. La Jedi savait néanmoins se délier lorsqu’elle entretenait une conversation avec une personne respectable et en qui elle pouvait avoir un certain degré de confiance et qui saurait faire le tri entre les informations qu’elle pourrait partager et celles qu’elle devrait garder sous silence. Nathanael rentrait très certainement dans cette dernière catégorie. Peut-être même qu’avec le temps, si l’avenir le permet, pourra-t-il prétendre à en connaître bien plus sur la lucazec. En attendant, il devrait se contenter de ce que la rousse voudrait bien lui dire, au risque d’essuyer un refus catégorique s’il venait à trop insister.

« Il vaut mieux pour vous que vous ne sachiez pas tout. Vous risqueriez d’être déçu… »

La Jedi avait bien pesé ses mots sur un ton des plus neutre, presque froid, espérant avoir fait passer le message adéquat chez l’anzati, et que ce dernier ne prendrait pas le risque de se montrer trop curieux à son sujet. Neela parlerait volontiers de certains pans de son passé, ou même d’elle-même à quelqu’un d’aussi cultivé que Nathanael, mais il devrait accepter que de nombreuses choses lui soit caché.

La lucazec alla se glisser sur le siège de copilote alors que leur arrivée sur le lieu du signal de détresse n’était plus qu’une question de minute et posa une main sur sa cuisse tout en gardant la tablette dans l’autre. Comme l’anzati le disait si bien, leur vie respective se résumait en une succession quasi constante de prises de risques et leur situation actuelle n’en était qu’une confirmation. Elle permettait à Neela d’éviter de discourir sur certains évènements du passé seulement pour la confronter plus fortement à la réalité du présent. Ils n’allaient pas tarder à sortir de l’hyperespace sans savoir ce qui les attendaient réellement au-dehors, et la Jedi détestait réaliser un plongeon dans l’inconnu. La rousse préférait de loin la planifier, récolter des informations et ensuite passer à l’action plutôt que de se jeter à l’aveugle dans un potentiel nid de rapaces. Seulement le temps était justement quelque chose qu’ils ne pouvait pas se risquer à laisser couler, car des vies étaient peut-être encore à sauver à bord de ce vaisseau de transport. Elle en doutait fortement, bien évidemment, mais sans en avoir l’absolue certitude. Peut-être qu’il n’y aurait même plus de vaisseau, mais seulement une balise laissée à la dérive pour égarer les enquêteurs. Si c’était le cas, ils ne seraient pas les premiers à tomber dans le panneau.

Neela s’était elle-même fait piéger de la sorte à de nombreuses reprises, laissant alors le temps aux personnes qu’elle recherchait pour accroître l’écart sur elle. Au final, l’Espace Hutt finissait toujours par surprendre ceux qui venaient y mettre les pieds, mais Neela y avait suffisamment œuvré pour être en mesure d’émettre un bon nombre d’hypothèses sur ce que son duo risquait de trouver en réémergeant en vitesse subluminique. La remarque de l’anzati à ses propos précédents tombaient d’ailleurs à point nommé, puisque leur sortie de vitesse-lumière à venir allait également être un moyen pour l’explorateur de se plonger à nouveau jusqu’au cou dans l’environnement de travail de la sentinelle à la crinière de feu. Cette dernière prit la liberté d’aider Nathanael avec les préparatifs propres à leur saut dans l’inconnu en vérifiant que les armes du vaisseau de l’anzati était opérationnel avant de surveiller les capteurs de proximité.

« Accrochons-nous, vous voulez-dire ? »

L’espace se comprima de nouveau autour du vaisseau lorsque Nathanael provoqua la sortie de vitesse-lumière et le bleu de l’hyperespace se dissipa rapidement en d’épais traits lumineux pour laisser place au noir tacheté de l’espace interstellaire. Les capteurs restèrent muets quelques secondes, le temps de se calibrer :

« Rien sur les capteurs pour l’instant, ils sont encore aveugles…. C’est bon, j’ai quelque chose. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Echo de Force
Compte administrateur
Messages : 156
Date d'inscription : 02/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 29 Avr - 19:11
Les capteurs du vaisseau des deux Jedi indiquent une masse proche d’eux, à la dérive, cachée par un astéroide, ce qui explique le temps de latence. En s’approchant, ils peuvent apercevoir un transporteur typique de ceux produits sur le monde d’Abhean, siège des principaux chantiers navals de leur Ordre. Les moteurs sont éteints, et aucun signe de vie à l’intérieur ne s’affiche sur les écrans de Nathanael. Manifestement, s’ils ont trouvé le vaisseau qu’ils cherchaient, ses occupants ont bel et bien disparu, et il paraît difficile de savoir vers où.

Le reste de leur environnement proche est désert. Il n’y a aucun signe d’une activité quelconque. Les environs sont d’un calme olympien. Trop peut-être. Les deux Jedi sentent une perturbation dans la Force, sans parvenir à en déterminer la provenance. En tout cas, quelque chose cloche, de cela, ils sont absolument certains. Reste à savoir pourquoi cette impression désagréable leur colle à la peau …

Le vaisseau lui-même n’est pas abîmé, hormis un impact sur sa coque, mais il est difficile de savoir si cela date d’un affrontement récent ou ancien. Après tout, la plupart des vaisseaux Jedi ont eu plusieurs vies, et il n’est pas rare que certains au passé plus aventureux soient recyclés comme transporteurs une fois dépassés. Le silence dans cette partie de la galaxie est oppressant. La chair de poule les gagne. Non, décidément, ils ne sont pas à l’aise …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nathanael Kort
Rang III - Chevalier Jedi
Messages : 237
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 29 Avr - 23:39
Nathanael était un suffisamment bon juge de caractère pour pouvoir percer à jour la personnalité d'un individu en quelques mots à peine, autant dire que les minutes écoulées depuis son départ avaient été riches en apprentissage. Si un professionnalisme évidente suintait par tous les pores de la peau de la sentinelle qui l'accompagnait aujourd'hui, c'était bien une certaine retenue que le jedi sentait s'étendre à travers la cabine de son vaisseau. Pour des raisons qui ne regardaient qu'elle la demoiselle semblait ne pas vouloir en révéler davantage sur elle ou ses précédentes activités, un trait de caractère qui n'étonnait pas son partenaire le moins du monde, mais ce dernier pouvait se montrait extraordinairement persistant lorsqu'il le souhaitait. Il aurait pu insister pour connaître les détails que la demoiselle ne souhaitait divulguer, demandant encore et encore comme le plus capricieux et énervant des bambins, mais aujourd'hui il ne le fit pas. Pourquoi ? Parce que lui aussi savait se montrer professionnel et que, en l’occurrence, son vaisseau allait bientôt avoir besoin de son attention pour naviguer dans les sombres étendues de l'espace.
Le jeune homme tint donc bien en mains ses manettes au moment où le bleu laissa sa place aux ténèbres infinies, ses capteurs se mirent même au travail avant même qu'il ne réalisa pleinement être sorti de l'hyperespace : brave bête ! Alors que la sentinelle à la crinière de feu s'évertuait à vérifier l'état des armes du vaisseau au cas où la situation nécessiterait d'en faire l'usage, le jeune jedi se contenta de poser les yeux sur son tableau de bord où s'affichèrent bientôt les résultat des scans environnants : le vaisseau avait été repéré non loin d'ici. Sans plus attendre les moteurs furent poussés à moyenne puissance afin d'avaler la distance entre le duo et le vaisseau recherché et, une fois à portée de scanner, le jedi ramena la manette des gaz vers lui pour faire taire les moteurs pour le moment.
Alors que ses appareils à bord se mettaient déjà en marche pour repérer d'éventuels signaux de vie à bord du vaisseau immobile, le jeune homme ne pouvait s'empêcher de se demander ce qui avait bien pu se passer ici. Pourquoi le vaisseau était-il ici, perdu au milieu de nulle part, juste à côté d'un astéroïde isolé ? Bon nombre scénarios étaient possibles, certains bien moins réjouissants que d'autres, mais malheureusement Nathanael fit sorti de sa réflexion par le scanner désormais terminé. Fronçant les sourcils devant le résultat qui s'affichait devant lui, c'est avec un mécontentement même pas dissimulé que le jedi lâcha un :

« Rien. Ça aurait été trop beau. »

Ni une ni deux, devant ce scanner infructueux ne révélant pas la moindre trace de vie à bord, le jedi poussa légèrement la manette des gaz tout en précisant à sa camarade :

« Je nous rapproche du vaisseau. »

Bientôt l'explorateur réalisa que le vaisseau recherché ne portait presque pas la moindre trace de tirs ou autres dégâts externes pouvant leur indiquer une attaque comme l'éventuelle cause de cette immobilité. Un seul impact sur la coque ne voulait strictement rien dire, surtout que ce vaisseau avait peut-être été attaqué par le passé sans que cette trace ne soit jamais effacée de la coque : tirer des conclusions hâtives n'était pas recommandé, ici. Une panne de moteurs était également possible, tout comme la libération soudaine d'un virus dans l'habitacle du vaisseau. Mais alors, Nathanael serait-il inquiété ? Il avait beau ne pas réellement respirer ou avoir une anatomie ordinaire, la médecine en savait trop peu sur son sujet pour répondre à cette question. Fallait-il qu'il prenne le risque ? L'idée était tentante, très tentante.
Mais alors que le vaisseau se rapprochait doucement de l'épave immobile, se positionnant de façon parallèle pour ouvrir un sas entre les deux engins, le Kort fut interpellé par un message de la Force qu'il avait laissé de côté depuis sa sortie d'hyperespace. Même si le message était loin d'être clair, comme d'habitude, la Force l'avertissait clairement que quelque chose clochait par ici, l'invitant évidemment à se mettre sur ses gardes.
Alors que la manœuvre était enfin terminée, le pilote prêt à actionner le transfert du sas d'un vaisseau à l'autre, il lâcha en direction de sa camarade du jour :

« J'imagine que tu le sens aussi. »

Puisque des êtres sensibles à la Force avaient été enlevés ce n'était guère surprenant qu'une perturbation soit presque palpable dans le dernier endroit où ils étaient censés être, mais malheureusement les avertissements de la Force étaient on ne peut plus flous. Le duo allait donc devoir avancer avec cet avertissement en tête, en espérant pouvoir trouver une explication à l'absence de vies sur ce vaisseau et, peut-être, une piste afin de poursuivre leurs recherches. Mais rien n'était moins sûr, pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Neela Acksedge
Rang III - Chevalier Jedi
Messages : 289
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Mai - 14:35
Les capteurs du vaisseau ne détectaient qu’une seule autre masse artificielle à des dizaines de milliers de kilomètres à la ronde, laquelle pulsait à un rythme constant sur l’un des écrans du tableau de bord. L’autre écran indiquait la présence d’une masse devant eux, autre que le vaisseau en détresse, et la Jedi n’eut qu’à lever les yeux pour repérer un astéroïde qui masquait sa ligne de vue avec l’appareil à secourir. Peu de temps après, après que Nathanael ait légèrement déplacé son appareil, les premiers relevés des détecteurs de signes vitaux leur parvenaient, vierges, se faisant l’écho de ce que la Jedi ressentait autour d’elle, à l’exception de son collègue Jedi. L’espace autour d’eux était vide de toute vie naturelle, comme le duo s’y était attendu. C’était à la fois une source d’inquiétude et de soulagement. D’inquiétude car cela signifiait que les futurs initiés étaient soit morts, disparus ou enlevés. De soulagement car les deux Jedi étaient les seuls être vivant à proximité réelle du vaisseau en détresse, ce qui balayait l’hypothèse du piège pirate classique. Néanmoins, cela ne voulait pas dire qu’il n’y avait personne d’autres qu’eux car si les capteurs étaient en mesure de détecter des signes vitaux, ils n’étaient capables de repérer la présence de forme de vie artificielle comme des robots, des droïdes ou des drones. Neela fut tentée pendant une seconde de poser sa main sur les commandes du vaisseau et celle de Nathan pour l’empêcher de faire bouger leur appareil, mais se ravisa d’intervenir puisque l’explorateur avait déjà déplacé le vaisseau pour se rapprocher du transporteur.

Plus ils se rapprochaient et plus Neela ressentait des picotements, et un certain malaise. Elle mit ces ressenti sur le compte de la Force qui devait tenter de lui transmettre un message, ou de lui signaler un profond dérangement. Quelque chose clochait et ce pressentiment en était la manifestation directe. Le regard de la Jedi s’attarda sur la coque et les différentes traces de lacérations ou de brulures qui ne pouvaient pas être le résultat d’une attaque. Il y avait bien un certain impact encaissé sur un flanc de l’appareil mais rien ne semblait indiquer que le vaisseau avait été agressé. Mais dans ce cas, pourquoi l’équipage aurait-il disparu ou péri ? Et pourquoi ce signal de détresse ? Le problème était peut-être à l’intérieur du vaisseau, peut-être était-il d’ailleurs encore là ? La rousse resta perplexe un long moment et agit soudainement, apposant sa main sur celle de Nathan qui s’apprêtait à déployer le sas et porta son regard dans direction :

« Je le sens aussi, quelque chose ne va pas. On ne détecte rien, mais il y a peut-être quelque chose là-dedans. Vivant, ou mécanique. Peut-être est-ce plus pernicieux, un gaz, un virus, que sais-je. Ce vaisseau semble intact, pourtant il est là, à l’abandon. Le problème vient peut-être de l’intérieur, et non de l’extérieur. Ou les deux. Soyons prudent, et méthodique. »

Si virus ou gaz il y avait, l’activation du sas finirait par le propulser à bord de leur appareil, ce qu’ils désiraient à tout prix éviter, car c’était leur seul moyen de quitter cet endroit. Elle sembla réfléchir quelques secondes en portant son regard vers la soute puis revint fixer l’anzati pour lui demander :

« Vous avez des combinaisons pressurisées ? Nous déployons le sas, nous nous isolons à l’intérieur du cordon ombilical avec les combinaisons et vous refermez le vaisseau derrière-nous. Puis, seulement après, nous ouvrons le sas de l’autre vaisseau. Comme ça, lorsque nous reviendrons, nous aurons juste à purger le cordon ombilical de son air et de re-pressuriser après pour se débarrasser d’un éventuel virus ou gaz. »

Elle attendit qu’il lui réponde par l’affirmative pour les combinaisons et ne lui laissa pas le choix pour le reste de son plan, lequel avait cependant une faille : si on les attaquait depuis l’extérieur, alors qu’ils étaient tout deux à bord de l’autre vaisseau, qui protègerai leur appareil ? Distraitement, elle avait laissé ça aux soins de son comparse et avait déjà quitté le poste de pilotage pour la soute et ouvert les caissons où étaient rangées les combinaisons. La lucazec qui s’était montré pudique lorsqu’elle avait vu l’anzati à moitié nu ne sembla plus se préoccuper de ce genre de détails et retira rapidement ses bottes plates et s’apprêtait même à en enlever plus. Elle avisa cependant la combinaison et constata qu’elle était assez ample pour qu’elle puisse se glisser à l’intérieur avec son haut sans manche et son pantalon qui épousait ses jambes. Elle fit donc le nécessaire et se retrouva finalement affublée d’une tenue noire avec un plastron et des genouillères renforcés mais légers. Elle attrapa le petit écran attaché à son avant-bras gauche et pianota quelque chose avant de prendre son casque et de l’enfiler.  Elle ne préférait prendre aucun risque et salua l’anzati avant de s’assurer que sa combinaison était bien hermétique, puis elle vérifia que l’autre Jedi pouvait bien l’entendre :

« Nathanael, vous êtes prêt ? Nous allons pouvoir y aller. A moins que vous ne préfériez rester à bord du vaisseau pour surveiller nos alentours. Votre aide me serait utile pour parcourir plus vite les coursives.

Dans tous les cas, pour ma part, j’y vais. »


La chevalière à la crinière de feu s’avança vers le sas et le cordon ombilical avec une aisance étonnante, la combinaison se révélant souple et adaptée à tout type de déplacement. Il fallait bien évidemment prendre en compte le plastron mais elle restait peu encombrante. Neela avait positionné son blaster à sa hanche droite et maintenait son sabre-laser en main et attendit de pouvoir pénétrer dans la passerelle qui séparait les deux vaisseaux. Une fois à l’intérieur, elle s’avança jusqu’à l’autre extrémité et attendit que le sas de leur vaisseau soit hermétiquement fermé pour envisager d’ouvrir celui de l’appareil émettait toujours son signal de détresse.

« Je vais essayer de me diriger vers la passerelle pour voir si la propulsion fonctionne encore, et vérifier les systèmes de façon générale. »

La Jedi était toujours parcourue de cet étrange malaise, de ce mauvais pressentiment. Elle soupira un bon coup et vérifia une dernière fois l’état de sa combinaison avant de saisir plus fermement son sabre-laser et l’activa, faisant jaillir la lame jaune et brillante pour parer à toute éventualité.

« Nathan, vous le sentez toujours ?

… Allez,  que la Force soit avec nous. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Echo de Force
Compte administrateur
Messages : 156
Date d'inscription : 02/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 4 Mai - 11:07
Les coursives sont désertes. Pas une forme de vie en vue, pas même un droide. Il semble que toute occupation, peu importe sa nature, a disparu, du moins, de ce que les deux Jedi observent. En avançant vers la passerelle, les arrivants peuvent s’apercevoir que les capsules de sauvetage ont été larguées. Comment ? Vers où ? Ils n’ont évidemment pas de réponses à ces observations visuelles. L’atmosphère est lourde et oppressante, le silence absolu qui règne est pesant.

Sur la passerelle, tout est calme, abandonné. Les moteurs ne répondent plus, le courant est coupé, mais aucun sabotage ne paraît avoir été pratiqué. Les deux Jedi peuvent remarquer que certains objets sont au sol, cependant : quelques datapads contenant des données de navigation, qui révèlent un trajet parfaitement normal jusqu’à ce point précis, un fruit à présent pourri venant de Ryloth. Le tableau de bord est également intact, éteint cependant. Il ne porte pas de traces de violences visibles. Le contenu d’un verre s’est  répandu dessus, à en juger par le magma poisseux et les débris au sol.

Tout est désespérément vide …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nathanael Kort
Rang III - Chevalier Jedi
Messages : 237
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 5 Mai - 15:44
Toute personne qui avait choisi de faire de l'exploration sa voie connaissait le sentiment qui animait le jeune homme, ce suspens qui était le plus palpable durant les quelques secondes qui précédaient une découverte ou une sortie de l'hyperespace. Pendant ces tout derniers instants l'esprit de l'explorateur était assailli de tout un tas de questions et de probabilités quant à ce qu'il pourrait trouver de l'autre côté du rideau, mêlant dangers et joies dans un tourbillon d'émotions des plus grisants. Ce n'était rien de plus qu'un jeu de hasard à l'échelle galactique entre les espérances d'un individu solidaire et ce que le destin voudrait bien mettre sur son chemin, c'était une bataille de volonté et malheureusement l'explorateur ne pouvait pas toutes les remporter. Combien de fois le jeune jedi ici présent était sorti de l'hyperespace pour n'y découvrir que le néant, ou bien un morceau de roche stérile qui ne lui serait d'aucune utilité ? Combien de fois était-il rentré auprès des siens, les mains vides ? Trop pour pouvoir les compter mais ces échecs étaient largement compensés par les planètes et peuples rencontrés au cours de ces dernières années. Aujourd'hui c'était un tout autre genre de découverte que le jedi s'apprêtait à faire mais elle n'en restait pas moins importante pour le futur de l'Ordre, personne ne kidnappait des futurs apprentis jedis impunément.
Bien entendu voir le vaisseau ainsi immobilisé au milieu de nulle part ne donnait pas grand espoir au jedi d'y trouver quelqu'un ou quelque chose, si quelqu'un était vivant à l'intérieur il aurait eu moyen de faire autre chose que seulement activer la balise de détresse. Aussi le Kort ne fut guère étonna de ne trouver aucun signe de vie à l'intérieur dudit vaisseau, mais cela ne le découragea pas pour autant. Pourquoi ? Parce que même de simples objets pouvaient mener le duo vers une nouvelle piste plus prometteuse, à commencer par le contenu du journal de bord par exemple. Il ne fallait pas perdre espoir car, franchement, cet espoir était sans doute la seule chose qui restait à ces malheureux candidats et ce serait une insulte envers eux que de laisser tomber aussi facilement. Et puis, de toute façon, Nathanael Kort était connu pour être l'un des plus têtus et persistants jedis de sa génération.

Alors que le vaisseau du jeune jedi – qui n'avait d'ailleurs pas encore été baptisé et nommé – se rapprochait de l'autre carcasse métallique, le cordon s'étira pour faire la liaison entre les deux appareils alors que la demoiselle demanda au pilote s'il avait des combinaisons. Hochant na tête en une réponse positive, le pilote pianota quelques commandes et se leva de son siège, se dirigeant vers la soute avant d'appuyer sur un morceau de cloison qui s'ouvrit pour révéler deux combinaisons. Au vu de l'activité du pilote une seule combinaison pourrait lui être suffisante mais il aimait toujours être préparé et avoir du rechange au cas où, trait de caractère dérivé de ses habitudes professionnelles sans nul part. Mais, à bien y repenser, en avait-il besoin ? En effet la biologie des anzatis était sans commune mesure avec n'importe quelle autre race intelligente, il n'avait pas de système respiratoire ni même de système sanguin, à alors à quoi bon ? En vérité on en savait très peu sur les capacités de ces prédateurs-nés et, pour autant qu'il en savait, Nathanael pourrait ne pas craindre le moindre gaz toxique. Cependant, n'ayant jamais eu envie de jouer avec le feu et de tester cette théorie, il n'en était pas absolument certain et préférait ne pas le découvrir ici. Une autre fois sans doute, dans un environnement qu'il pourrait contrôler.

Puis, alors que les deux jedis rentraient dans leurs combinaisons respectives, le Kort fut surpris par la demande de la demoiselle. En effet celle-ci souhaitait savoir si son compagnon du jour allait la rejoindre dans son exploration,  ce à quoi le concerné ne manqua pas de répondre :

« Évidemment que je viens. Je n'suis pas venu ici juste pour faire le taxi. »

Avait-elle espéré que Nathan reste ici à l'attendre pendant qu'elle s'occupait de la partie de la plus intéressante de la mission, à savoir la traque ? Il fallait qu'elle s'enlève cette idée de la tête car cela n'arriverait pas, il était un excellent pilote mais cela ne voulait pas dire que c'était la seule chose à sa portée. Clairement pas. Puis vint enfin le moment de vérité lorsque les deux jedis s'avancèrent pour pénétrer dans le vaisseau abandonné et, à ce moment-là, la demoiselle tint à savoir si son partenaire sentait toujours l'avertissement flou à travers la Force. Hochant discrètement la tête, il ne manqua pas de répondre de manière concise.

« Toujours. »

L'air à l'intérieur du vaisseau ne sembla pas empoisonné  ou chargé d'une quelconque toxique, mais il ne suffit que d'un coup d'oeil pour que Nathan réalise qu'il n'y avait pas le moindre cadavre à fouiller. Le duo se dirigea ensuite vers la passerelle de pilotage en espérant pouvoir y trouver quelque chose,l'anzati comprit que ce ne serait pas aussi simple en  constant le manque de courant ici aussi. Comment pouvait-il espérer accéder au tableau de bord et à son journal sans qu'il n'y ait la moindre trace de courant dans les coursives ? Il ne pouvait pas. Ni une ni deux, pointant sa lampe-torche en direction de la salle des machines ou ce qui pourrait y ressembler, le jeune homme mit un pied devant l'autre tout en expliquant :

« Il va falloir rallumer le courant pour voir ce que le tableau de bord peut nous apprendre. Direction les générateurs.»

Il n'était peut-être pas le plus doué des mécaniciens de sa génération mais remettre le courant dans un vaisseau était dans ses cordes, mais avant tout il fallait analyser la raison de cette coupure et seule une inspection des générateur pourrait lui donner une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Neela Acksedge
Rang III - Chevalier Jedi
Messages : 289
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 8 Mai - 13:13
Neela accueillit la réponse sans rien dire et se contenta d’un soupir avant de ranger son sabre à la ceinture et d’apposer ses mains sur l’ouverture de secours du sas du vaisseau qu’ils s’apprêtaient à aborder puis tira soudainement, avec force, pour compenser l’état désuet du métal de la manette qui lui faisait résistance. La porte se déverrouilla sans bruit, l’air ayant été vidé de la passerelle où les deux Jedi se trouvaient et la lucazec tira sur la porte épaisse pour la faire pivoter sur ses gonds et leur libérer le passage. Elle laissa l’anzati passer le premier et ne tarda pas à suivre, refermant la lourde porte derrière et la verrouillant. Là, elle laissa le système de pressurisation automatique du sas faire son œuvre et remplir le compartiment d’air, ce qui signifiait qu’il y avait toujours une atmosphère à l’intérieur du vaisseau. A l’étroit avec son collègue Jedi, elle laissa ce dernier ouvrir la porte intérieure du sas et se lancer en premier dans le couloir qu’elle découvrit désert après l’avoir suivi, sabre en main, prête à contrer une menace qui se révéla inexistante, à sa grande surprise. A vrai dire, le couloir était intégralement vide et plongé dans une pénombre que seule la lumière de son arme venait chasser.

La Jedi soupira à nouveau, d’incompréhension cette fois-ci, et leva son bras gauche, non armé, pour observer l’écran du pad intégré à la manche de sa combinaison. Elle constata que l’analyse de l’air était en cours pour détecter s’il était respirable et sans danger, puis envisagea de suivre l’anzati qui avait déjà fait plusieurs pas en direction de la passerelle. Plus ils s’avancèrent et plus ils constatèrent que le vaisseau semblait dénué de toute vie, organique comme mécanique, à l’exception des leurs. Il n’y avait visiblement aucune trace de lutte, que ce soit au sol et sur les murs. En revanche, l’œil de la lucazec ne manqua pas de remarquer que les capsules de sauvetages n’étaient plus là, sans exception, et fit une brève halte avant de reprendre son chemin jusqu’à la passerelle, où Nathanael était déjà en train d’observer la pièce. Elle profita de cette pause dans leur progression pour prendre la parole, par l’intermédiaire du vocalisateur de sa combinaison :

« Oui, il va falloir. J’ai remarqué que les capsules de sauvetage ont été larguées, ce qui signifie qu’ils avaient soit une avarie à bord, soit que le vaisseau a été attaqué. La deuxième solution semble la plus probable, car l’appareil a été détourné. Pourquoi aurait-il détourné le vaisseau puis prit la fuite après s’ils n’avaient pas été attaqué ? De façon analogue, pourquoi aurait-il fait tout ce chemin loin de leur plan de vol pour ensuite prendre la fuite à bord des capsules ? On ne peut pas quitter le bord en vitesse-lumière. »

Ce qui signifiait que s’ils avaient fui le vaisseau avant d’arriver ici, alors le vaisseau avait dû sortir de vitesse-lumière quelque part sur le trajet. Et si tel était le cas, l’ordinateur de bord leur fournirait les coordonnées de cet arrêt une fois le courant rétabli, ce qui rendait cette tâche des plus prioritaires. Elle essaya de se remémorer depuis quand le vaisseau avait atteint cette position lorsqu’elle remarqua le fruit pourri et le liquide qui s’était répandu en moisissure sur le sol, puis elle se pencha pour attraper les datapads qui se trouvaient non loin, avec une curiosité non feinte.

« Allez-y, Nathan. Je vais observer les pads de données d’un peu plus près. On reste en communication permanente. »

Le pad intégré à sa combinaison légère et peu encombrante se mit à biper au même moment et la lucazec reporta son intérêt dessus, pour constater avec satisfaction que l’air était parfaitement respirable et ne contenait aucun poison ou virus répertorié dans les bases de données médicales. Elle valida l’information et se tourna vers la porte avant d’activer son communicateur :

« L’air est respirable et sans danger. Je retire mon casque. »

Elle s’exécuta peu après, posant l’objet sur le coin du tableau de bord avant d’observer les pads de données récupérées et de chercher à les activer pour y fouiller à l’intérieur. Dans le même temps, elle marchait instinctivement vers le premier local des capsules de survie, adjacent à la passerelle pour tenter de voir si les batteries des alcoves désormais vides fonctionnaient encore. Si c’était le cas, elle pourrait obtenir la date de la mise à feu des capsules, ce qui leur fournirait un indice des plus intéressant. Du moins, en théorie.

Elle ne comprenait pas ce qui avait bien pu envoyer ce vaisseau ici, et sans équipage. Et puis pourquoi cet appareil s'était arrêté à proximité de cet astéroïde, alors qu'il n'y avait strictement rien autour, à des centaines de milliers de kilomètres à la ronde. Leur vaisseau avait scanné l'astéroïde mais n'avait rien trouvé, pourtant, il y avait peut-être un lien que les deux Jedi n'avait pas encore élucidé, ou même compris. Ces pads de données lui offriraient sans doute des informations intéressante, ou alors était-ce seulement l'espace de stockage du journal intime du capitaine...

« Nathan, vous avez bien scanné l'astéroïde à notre arrivée ? Pourquoi le vaisseau se serait-il arrêté ici ? Ca n'a pas de sens. Si quelqu'un avait cherché à faire accusé une personne ou un groupe, ne l'aurait-il pas envoyé vers une zone d'activité de ce dernier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : L'Aube des Ténèbres ::  :: Bordure Extérieure-
Sauter vers: