::  :: Bordure Extérieure :: Korriban :: Académie des Sith Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

On a toujours besoin d'un plus petit que soi [PV Marchesa]

Anggra Krahl
Anggra Krahl
Rang IV - Seigneur Sith
Messages : 90
Date d'inscription : 04/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Nov - 18:05
Une haute silhouette traversait les couloirs de l’Académie Sith de Korriban, s’attirant quelques regards et murmures sur son chemin et éparpillant les esclaves qui se faisaient encore plus discrets que d’habitude sur son passage, de peur d’attirer son ire. Anggra, elle, se contentait de pester silencieusement face à ce soudain intérêt qui mettait à mal ses petites manies de silence et de discrétion. Après tout, une vie d’assassin et d’agent double ne changeait pas du jour au lendemain et si, depuis qu’elle avait rejoint l’Inquisition, elle était astreinte à une certaine sociabilité, elle admettait concevoir toujours un certain malaise à cela, essentiellement parce que vivre dans les ombres avait ses avantages, surtout sur le sol rouge et poussiéreux de Korriban. Evidemment, sur Nfolgai, c’était autre chose, mais il s’agissait de son domaine, et elle entendait y régner en maîtresse, car telle était sa place, durement acquise de surcroît. Mais ici, dans ce nid de vipères dont elle n’était pas la souveraine, mieux valait de son point de vue observer les autres, plutôt que d’être observée … même si son égo appréciait secrètement ce nouveau pouvoir, cette reconnaissance qu’elle sentait confusément dans l’air et qui était accessoirement amplement mérité.

Bien entendu, le Grand Inquisiteur s’était attribué tous les mérites de ses bons offices contre Sluis Van. Enfin, après tout, c’était normal, chez les sith, de considérer les victoires de ses subordonnées comme les siennes et leurs défaites comme la marque de leur seule incompétence. Anggra connaissait bien ce phénomène, même si elle y répugnait quelque peu. Un serviteur fidèle pouvait être intéressant, à condition qu’il ne soit pas trop récompensé … Juste ce qu’il fallait. Cependant, elle aurait cru que son supérieur aurait même davantage accentué le succès qui avait été remporté, y compris contre les Jedi. Après tout, son opération mûrie de longue date, sur ordre direct du Sith’Ari, avait causé un grand nombre de victimes parmi leurs ennemis héréditaires et facilité le raid des mandaloriens sur la planète des sluissis, ainsi privés de leurs alliés les plus immédiats et volontaires. Du bon travail, vraiment, et rondement mené … Remarqué par le Seigneur Noir en plus. Le seul inconvénient de ce triomphe ? Désormais, la sang-pure avait conscience d’être devenue une cible pour le Grand Inquisiteur. Les sourires de façade ne la tromperaient pas. Elle aussi avait éliminé des subordonnés trop chanceux, avant qu’ils ne prennent suffisamment d’ascendance pour tenter un coup d’éclat à son encontre. C’était la règle : tuer ou être tué. L’affrontement ne serait peut-être pas immédiat, mais il viendrait, même si pour le moment, son objectif premier était de maintenir les minions du chef de l’Inquisition sous surveillance, de prendre la température … et oui, en somme, de consolider sa position avant d’être abattue. Or, si elle n’excellait pas dans les amabilités ordinaires, ses dons en matière d’intrigues lentes et empoisonnées avaient eux fait leurs preuves. Le jeu était dangereux … Mais il l’avait toujours été. Parricide, fratricide … Anggra avait déjà planifié largement pire, de toute façon.

Une fois dans son bureau, elle vérifia très soigneusement la pièce, comptant sur sa propre expertise en matière de pièges pour détecter ceux d’éventuels rivaux qui auraient le culot de s’en prendre à elle. Après avoir découvert, comme elle s’y attendait, un dispositif d’écoute, elle entreprit de le réduire en miettes et de demander à voir le dernier esclave à avoir pénétré les lieux. Un interrogatoire court mais revigorant plus tard, Anggra avait donc trouvé son suspect – pas le malheureux qui gisait à ses pieds, mais enfin, ce n’était qu’un dommage collatéral. Il suffisait de demander à faire le ménage, voilà tout. Même si le tapis de sol était tâché. Elle aurait peut-être dû prendre son temps rien que pour ça, tiens. Dommage. Au moins avait-elle eu un peu d’exercice, histoire de se détendre avant ses entretiens du jour. Le premier arrivait justement, aussi elle se redonna un semblant de constance plus … noble, propre à son rang et à son sang – bâtard, certes, mais pur tout de même. Une fois face à l’humaine qui venait d’entrer, elle la toisa de la tête au pied, longuement, comme pour la jauger, avant de finalement déclarer :

« Acolyte Mastala, c’est bien cela … ? »

C’était évidemment cela, et même si ce n’était pas le cas … Aucune importance.

« Je suis Darth Nequitia. Mais cela vous le savez peut-être. »

Sûrement.

« Je représente l’Inquisition. Vous le savez peut-être aussi, et selon votre dossier, je crois deviner que vous n’avez pas besoin d’une piqûre de rappel sur ce que nous sommes … »

Elle fit une pause, jouant un peu avec les nerfs de l’acolyte par habitude, puisque généralement, les tous jeunes sith n’étaient guère à l’aise en sa présence, surtout ceux qui n’avaient pas un semblant d’assurance dû à leur glorieuse ascendance.

« Le Sith’Ari a demandé des rapports sur les actions récentes dues des séditieux qui refusent encore de voir la bienveillance de son règne. J’ai cru comprendre que vous aviez été … mêlée à une opération les concernant.

C’est bien cela ? »
Revenir en haut Aller en bas
Marchesa Mastala
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 40
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Nov - 13:33
Cela faisait quelques semaines que Marchesa était rentrée sur Korriban après sa mission sur Tund. A vrai dire, l'acolyte ressentait cette dernière comme un échec cuisant. Elle avait été mise hors de combat si facilement qu'elle avait du créer aussi bien un malaise que des railleries. Elle essayait tant bien que mal d'y faire abstraction mais elle ne parvenait clairement pas à se sortir cette situation qui avait été un désastre de sa tête. Elle n'avait pas tellement changé, si ce n'était ses yeux qui prenaient à présent une teinte jaune permanente, signe qu'elle était de plus en plus engagée dans le côté obscur de la Force, par ailleurs, elle se sentait un peu plus en mesure d'utiliser les pouvoirs qui étaient associés à ce côté de la Force même si elle n'y parvenait pas encore. Du moins, elle n'arrivait pas à s'en servir à cause de son manque d'expérience.

Cependant, elle démontrait une grande violence lors des entraînements et commençait petit à petit à affiner son style de combat qui prenait forme sous celui d'un déchaînement de rage et de fureur. Dévastateur aussi bien pour ses adversaires que pour elle. Par ailleurs, elle avait mis à terre un bon nombre d'acolytes sans intenter directement à leur vie. Elle se démarquait petit à petit mais n'était pas encore capable de se battre de manière efficace face à quelqu'un ayant reçu une formation un peu plus poussée. Mais peu lui importait, elle avait adopté une manière de se battre et se démarquait des autres puisqu'elle utilisait désormais sa vibrolame mais aussi le sabre laser qu'elle avait récupéré après avoir tué un Sith rénégat sur Tund.

Alors qu'elle marchait dans les couloirs de l'académie pour se rendre dans un des lieux de méditation, elle avait reçu un message lui indiquant que quelqu'un souhaitait la voir. Ne comprenant pas pourquoi on pouvait s'intéresser à elle, sachant que les rapports sur sa mission avait du être sévères vis à vis d'elle. Néanmoins, elle se dirigea au lieu de rendez vous, et entra dans ce qui semblait être un bureau.

Elle tomba nez à nez avec une Sith au sang pur qui lui rappelait celle qu'elle avait aidé sur Tund. Elle ressentait d'ailleurs encore de la pitié pour cette dernière. Pas celle qui a pour but d'inférioriser, mais celle empathique, celle qui se rapprochait plus de la manière d'être d'un Jedi qu'autre chose. La Sith se présenta donc, ce à quoi Marchesa répondit directement :

« Non, je ne vous connais pas. »

Sa voix n'était pas emprunte d'une colère quelconque voir même d'un sentiment de supériorité, c'était une voix monotone et calme.

« Je ne suis pas au courant de la hiérarchie, je suis ici depuis peu de temps et… les présentations des supérieurs sont assez rapides. »

Elle se racla ensuite légèrement la gorge et eut un pincement au coeur en entendant la Sith parler de sa mission.

« Oui des séditieux, j'étais sur le terrain pour observer à la base… Et je me suis retrouvée embarquée dans le conflit… Je ne souhaite pas en parler plus, les rapports le feront mieux que moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Anggra Krahl
Anggra Krahl
Rang IV - Seigneur Sith
Messages : 90
Date d'inscription : 04/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Déc - 22:20
« Je vois. Je ne saurais que trop vous conseiller de toujours répondre par l’affirmative à une telle question. La plupart des Seigneurs ou Dames Sith se contenteront généralement de penser qu’ils sont suffisamment importants pour être connus de tous les élèves de Korriban. La franchise n’est pas forcément la meilleure qualité, ici … même si je puis l’apprécier. »


Etait-ce de l’ironie dans ces paroles ? Difficile de le savoir, tant l’inflexion de voix de la Sith au sang-pur ne variait pas d’un iota, conservant cet aspect monocorde à l’oreille, si désagréable pour beaucoup, et en même temps si pratique pour ne jamais laisser deviner à son adversaire ses émotions comme ses pensées, tout en instaurant par moment un malaise diffus, venant du fait qu’il était généralement difficile de savoir si Anggra se moquait de la cible de ses propos ou bien de son interlocuteur. Elle avait conscience qu’eu égard à ses nouvelles responsabilités, il aurait pu être intéressant de modifier sa diction afin d’en imposer davantage. Cependant, elle n’en voyait pas immédiatement l’utilité et préférait conserver ses habitudes d’assassin de l’ombre. Au contraire, si certains la déconsidéraient à cause de cela, ce serait un point positif : on gagnait davantage à être sous-estimé que craint, de son point de vue, sauf éventuellement auprès des acolytes même si ces derniers n’étaient pas un problème : son rang et son sang suffisaient généralement à rabattre le caquet des plus véhéments … ou inconscients, c’était selon. Et quand ce n’était pas le cas … on trouvait beaucoup de jeunes cadavres dans les sables de Korriban. Certes, l’Inquisitrice était relativement souple, mais comme tous les Sith, elle tenait à se faire respecter. La faiblesse n’était que trop vite exploitée, en ce bas monde d’intrigues. On pouvait néanmoins inculquer certaines leçons avec un peu plus de doigté que la moyenne.

« Je suis Darth Nequitia, Seigneur de la maison Krahl et de la planète Nfolgai … Ainsi qu’Inquisitrice au service de notre Seigneur Noir. »

Anggra n’avait nul besoin d’expliciter, par conséquent, pourquoi elle s’intéressait aux précédentes aventures de la jeune fille en face d’elle. Soit l’acolyte Mastala comprenait qu’elle faisait partie de ses anciens commanditaires et qu’il s’agissait donc de rendre compte de ses péripéties, du moins officiellement, soit … elle échouait à ce test et n’avait probablement pas ce qu’il fallait pour intéresser la Dame Pourpre, à moins de parvenir ensuite à piquer brillamment sa curiosité. C’était l’un des passe-temps favoris de la Sith vis-à-vis des élèves de l’Académie, que de vérifier la plasticité de leurs neurones avant d’évaluer leur potentiel martial ou leur puissance dans la Force. Cela pouvait toujours se régler, après tout, à force d’efforts et de sacrifices. Mais la stupidité, on s’en départissait rarement. Et parmi les idiots, il convenait de faire le tri entre les utiles qui, à défaut de réfléchir, savaient obéir, et les idiots qui n’en faisaient qu’à leur tête, race dangereuse mais aisément disposable, qui généralement d’ailleurs ne faisait pas long feu sur Korriban. Autant dire qu’elle espérait sincèrement que son interlocutrice ne se classe pas dans cette dernière catégorie … ce serait vraiment du gâchis, n’est-ce pas ? Un mince sourire se peignit sur son visage osseux alors qu’elle entendait la dernière réponse de la jeune fille lui faisant face, avant de répliquer, presque compatissante :

« Je crains qu’il ne faille vous faire violence, chère acolyte. Cependant, ce n’est pas tant les détails sordides de ces opérations qui m’intéresent présentement que … votre ressenti. »

Sa tête se tourna vers l’un des murs de son bureau et elle se tut un instant, perdue dans la contemplation de la fresque ancienne qui l’ornait. Il s’agissait d’un antique fragment d’un non moins antique bas-relief extrait d’une des tombes qui parsemaient la planète rouge et qu’elle avait obtenue lors de ses années passées entre ces mêmes murs, de nombreuses années auparavant. Les mots de sagesse gravés là l’avaient toujours marqués, et elle appréciait distiller cette sagesse auprès des plus jeunes, non sans être intéressé par leur réaction face à une soudaine disgression. Il s’agissait d’un excellent moyen, là encore, de jauger une personnalité.

« J’ai extrait cette tablette de l’une des tombes qui parsèment Korriban, quand je me trouvais à votre place, il y a de nombreuses années désormais. Je pense qu’elle a appartenue à Sorzus Syn, l’une des plus glorieuses fondatrices de notre Ordre, celle qui a inspiré notre Code.

Il est dit que la croyance renforce le côté obscur autant qu’il l’affaiblit. »


Ses yeux jaunâtres se tournèrent vers l’acolyte, alors que son attention se focalisait à nouveau sur la jeune fille. Elle l’observa un bref moment, la détaillant, se remémorant sa propre personne à la même place, des années auparavant, face à d’autres Seigneurs Sith. Cela lui paraissait si loin, et en même temps si près. Avait-elle déjà été confrontée à ces étranges Seigneurs qui parlaient par énigme, comme elle-même à l’instant ? Oh oui, tant de fois, pestant contre leur manque d’appétence pour les phrases directes. Mais désormais, elle comprenait la finalité de tes effets. On obtenait tant par ce biais …

« Savez-vous ce que cela peut signifier ? »

Elle lui laissa un moment pour répondre, avant d’ajouter :

« Pensez-vous être capable d’émettre une hypothèse sur ce qui peut pousser des Sith fidèles à nos croyances, des sang-purs mêmes, scions de familles éminentes à rejeter le règne du Sith’Ari ? »

Spoiler:
Et voilà mon cadeau de Noel, très légèrement en retard Razz
Revenir en haut Aller en bas
Marchesa Mastala
Marchesa Mastala
Rang I - Acolyte
Messages : 40
Date d'inscription : 28/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 13 Jan - 14:33
« La singularité . »

Le début de la réponse de Marchesa. La jeune femme ne comptait pas qu'on lui fasse la leçon on qu'on lui explique par une hypothèse biologique ou toute autre comment des individus appartenant à une caste puissent rejeter cette dernière. L'acolyte avait des idées bien fixées dessus et elle comptait bien démontrer à la Sith, bien que plus haut placée qu'elle, que cela ne servait pas forcément à grand-chose de vouloir la formater selon son propre désir. Marchesa n'était pas non plus un électron libre, mais elle ne se considérait pas comme quelqu'un voulant suivre à tout prix le mouvement le plus dominant. Surtout que sur Korriban, les Sith suivaient parfois des voies différentes, parfois en raison des multiples interprétations que l'on pouvait se faire de la Force. Mais cela devait sans doute être pareil du côté des Jedi, la Force était beaucoup trop abstraite pour que l'on puisse démontrer ce qu'elle était par une équation, qu'elle soit complexe ou non.

« Chaque individu dans cette galaxie, chaque chose se détache du reste par sa singularité. Si des Sith au sang-pur décident de ne pas suivre le mouvement dans lequel ils sont nés, ça vient de leur singularité. La force d'une croyance ne se détermine pas à son niveau d'apprentissage, mais au niveau de réflexion que l'on peut y apporter… et aussi connaître les limites de cette croyance. »

Elle ne voulait pas se faire voir comme défandant le diable, mais elle n'allait certainement pas se mettre à genoux face à une Sith au sang-pur, surtout au niveau de ses idées.

« Mais vous savez ce qui réunit chaque singularité entre elle ? Ce sont les gouvernements, les Etats, les forces dominantes. Ces entités unissent les singularités. La preuve existe sur Korriban, puisque nous sommes tous sous l'égide d'un seul et même dogme. Ceux qui décident de faire sédition, qui refusent d'obéir au Sith'Ari, sont des personnes qui sont restées suffisamment libres pour avoir un seul et même avis : il y a sans doute mieux alors, que cela existe ou non. »

Elle replaça ensuite une mèche de ses cheveux, tout en continuant de regarder la Sith au sang-pur, elle n'avait pas finit son explication. Cet exposé, montrait aussi bien les objectifs de Marchesa, que ce qu'elle ferait de la galaxie si elle était potentiellement entre ses mains.

« Ce qui provoque de la rébellion, ce qui va créer des révoltes, ce sont les Etats eux mêmes. En ayant laissé trop de possibilités, il ne va faire qu'une chose, semer le doute et amener au chaos. C'est le cas pour la République, mais c'est aussi le cas pour nous, comme cela peut être le cas pour les Jedi. »

Elle eut un léger sourire.

« Ce qu'il faut, pour gouverner et unir la galaxie n'est pas une campagne de guerre féroce. C'est un Etat autoritaire, un Etat régnant sur tous les autres et faisant taire les voix de la sédition. Cependant, ce doit aussi être un Etat sécuritaire. C'est en garantissant la sécurité de tous, que les séditions ne peuvent pas naître. J'en reviens donc à dire que le règne du Sith'Ari est imparfait, que si il est atteint par la discorde, c'est qu'il ne peut pas garantir sécurité, et par ailleurs, qu'il ne peut pas se sécuriser lui même. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : L'Aube des Ténèbres ::  :: Bordure Extérieure :: Korriban :: Académie des Sith-
Sauter vers: