::  :: Présentations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Siri Draimas

avatar
Messages : 1
Date d'inscription : 29/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 29 Avr - 20:57

Présentation générale




Nom : Draimas
Prénom(s) :  Siri, Celes
Surnom(s) :  Surnom(s) du personnage
Age : 65 ans
Race :  Echanie
Monde d'origine : Byblos

Côté de la Force : Neutre
Faction : République Galactique
Rang désiré : Rang IV
Directrice des renseignements militaires de la République


Caractéristiques & Pouvoirs



35

30

60

60

60


Non-sensitif.


Points forts et faibles


Esprit cartésien à l'intelligence acérée : C'est là le véritable points forts de Siri. Seules des facilités intellectuelles évidentes ont permit à Siri une ascension aussi fulgurante et sa compréhension presque innée des nombres, des statistiques et des probabilités n’est pas un complet hasard. Sa capacité à raisonner par la logique, à pousser sa réflexion au-delà des évidences et des inconnues lui permettent de mettre en évidence des éléments que beaucoup aurait ignoré ou négligé.  Elle est une fine analyste, capable de peser en un rien de temps le pour et le contre d’une décision, à mettre en évidence une erreur ou une anomalie dans un raisonnement ou à voir des indices menant à un plan d'action plus grand là où beaucoup ne verraient qu'un simple fait dénué de toute connexion. C'est aussi pour cette raison que ses raisonnements échappent généralement aux personnes peu curieuses, ou à l'esprit simpliste et incapable de voir ou de résonner à sa manière.

Volonté de fer : Siri est prête à tout pour parvenir à ses fin. Les émotions sont un poids dont elle est capable de se détacher, et les regrets sont un fardeau qu'elle ne peut se permettre de regarder en face. Elle n'hésite pas à mentir ou a détourner la vérité, tout comme elle ne répugne pas à l'idée de se salir les mains en se débarrassant d'un élément gênant pour ses plans.

La République avant tout !~ : Siri est une militaire, fille de militaire, et c’est donc en militaire qu’elle continue à agir peu importe les circonstances, quitte à aller à l'encontre les décisions des voix de la République pour la sauver d'un danger ignoré. Sa volonté de fer est le résultat de son dévouement à la République, et elle n'agira que dans l'intérêt de celle-ci. Oubliez donc toute idée de trahison, de corruption ou de chantage, vous perdrez forcément au change.

C'est ce que nous disons tous.~ : Siri a rapidement appris à donner à ses mots le poids de sa conviction et l'impact de sa décision. Et si elle n'a pas toujours raison, l'erreur étant l'une des spécificités partagées par toutes les espèces de cette galaxie, cela donne toutefois à réfléchir lorsqu'elle prend la parole. On l'écoute et l'on prend en considération ce qu'elle dit, de part sa fonction ou sa réputation. Elle laisse aux gens le soin de peser ses paroles lorsque c'est à son avantage, ce qui a tendance à ébranler les convictions les plus faibles et à faire s'interroger les plus déterminés, car elle a d'ordinaire l'habitude de faire imposer sa vision et son jugement avec insistance.

Redoutée et crainte : De part son caractère, son aura et ses actes, sa réputation la précède au sein des armées, et même du Sénat, rares étant ceux ignorant son nom au sein de son institution. Redoutée par ses subordonnées directs qui craignent ses colères et par ses ennemis qui tiennent à leur discrétion elle est crainte par l'ensemble des hommes et des femmes sous ses ordres -et au-delà, son autorité glissant inéluctablement sur l'ensemble des armées, qui savent à quoi s'en tenir lorsqu'un de ses agents débarque à l'improviste. Toute trahison est sévèrement punie et l'échec sous ses ordres n'est pas toléré s'il est répété.


Autocrate : L’autoritarisme de l'échanie est le résultat d'une carrière purement militaire et se manifeste dans un alliage de paranoïa et d’orgueil la poussant à refuser le principe même de la défaite, de l’échec ou la simple contradiction. Siri exige une fidélité résolument militaire de ses "proches", de ses alliés et de son équipe, et se débarrasse sans vergogne de ceux esquissant la moindre menace, ou la moindre incompétence. Il s'agit là d'une tendance dangereuse mais nécessaire lorsque vous êtes à la tête d'une pareille administration, dont les personnalités les plus influentes n'hésiteront pas tôt ou tard à chercher un moyen de vous renverser.

Immorale : Ne respectant qu'un code d'honneur fort limité, ne mettant aucune entrave aux moyens qu'elle utilise pour parvenir à ses fins et garantir la perennité de la République, Siri n'est pas une personne que l'on pourrait qualifier d'éthique. D'ailleurs, comment l'être avec de telles responsabilités ? Assassinats politiques, emprisonnement, torture, pots-de-vin, chantage... Siri utilise ces armes sans aucun remords. C’est son devoir de s'assurer qu’aucun objectif, quels qui soient, ne lui soit inconnu. Toute personne qui mettra ses objectifs dans l’ombre doit être prêt à en supporter les conséquences. Toutes les conséquences.

Figure à abattre : Si nul n'ose prendre directement les armes contre elle, -ceux qui l'ont fait ont lamentablement échoué, et certains ont même disparu-, Siri n'est pas dénuée d'ennemis. Ils sont en réalité nombreux et de tout bords : organisations gouvernementales, groupuscules, corporations, nobles, aristocrates et ploutocrates, la liste des laissés pour compte est grande mais la prudence et l'esprit calculateur de l'echanie l'est, pour l'instant, bien plus. Mais avec l'âge, le danger se rapproche inexorablement. Elle a déjà déjouée une tentative d'assassinat à son encontre, et ce ne sera sans doute pas la dernière...

Affaiblie physiquement : L'âge est sans aucun doute le pire ennemi de l'echanie. Siri craint la mort tout en sachant que celle-ci est inéluctable. Le manque de temps libre inhérent à sa fonction l'a forcé à grandement diminuer son activité sportive et l'entretien de son corps au quotidien. Avec l'âge, ses articulations, ses muscles et ses réflexes se font inexorablement plus lents. Si elle fut un temps une excellente combattante au corps-à-corps, ce n'est désormais plus le cas depuis son arrivée à la tête des renseignements militaires.


Votre équipement


- Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed pretium quam vel nisl vehicula commodo.,
- Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed pretium quam vel nisl vehicula commodo.,
- Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed pretium quam vel nisl vehicula commodo..

Caractère (200 mots minimum)


Siri est une personne en apparence facile à cerner, mais c'est là une fausse vérité puisque certains la pense amicale et juste, d'autres froide et imperturbable, plusieurs la décrive autoritaire et sans pitié mais aussi généreuse et tendre. Qu'en est-il réellement, ceux qui ne se sont pas laissé tromper se le demande. Les seules personnes qui pourraient se risquer à donner une proche vérité n'étaient pas nombreux et se résumaient essentiellement à ses aides de camp successifs -il n'y en a eu que trois- et ceux qui clament haut et fort la connaître depuis l'École de Guerre. Ces derniers la disent opportuniste mais talentueuse, autoritaire mais juste, glaciale mais respectueuse. Comment démêler le vrai du faux dans ces conditions ? Siri vous répondrait de partir du principe que tout ceci n'est que la pure vérité, et qu'elle est capable de jouer absolument tous les rôles. Difficile de ne pas la croire lorsque l'on constate son ascension vertigineuse, que ce soit en tant qu'officier de pont ou comme membre du cercle de l'amirauté, deux ambiances qui ont forgé l'esprit de l'échanie sans pour autant la faire dévier de ses objectifs développés depuis son passage sur Anaxes. Il est d'ailleurs intéressant de voir comment ces années d'apprentissage ont modelé la méfiance et le refus d'accorder trop d'importance et de confiance à des individus, même de son entourage. Elle n'a que très peu d'alliés et encore moins d'amis. Ces ennemis, eux, sont chaque jour de plus en plus nombreux. Elle garde ces derniers près d'elle pour s'assurer de leurs actes, et considère ses alliés majoritairement comme des outils, avec leurs points forts et faibles. Quant à ses "amis", elle considère ces derniers comme potentiellement éphémères. Elle ne voit rien a ce qu'ils l'entourent et tentent de la conseiller. Mais malheur à eux s'ils osent dévier du chemin que l'echanie a entreprit de suivre, car Siri n'aura aucun scrupule à les faire disparaître à la moindre suspicion, comme elle l'a déjà fait avec bon nombre des hommes et femmes travaillant à son service.

Gare à vous si vous êtes corrompu, ou si vous cherchez à profiter des avantages de votre rang, ou de celui d'un de vos amis, pour vous hisser à un poste que vous ne méritez pas au sein de son administration, ou pour faire pression sur l'echanie dans le but d'avoir gain de cause car Siri n'a peur de rien. Elle a fait disparaître de la galaxie bon nombre de personnes et elle a mené des actions douteuses en territoires étrangers sans même que le Chancelier, le Sénat, les Armées et même sa propre direction n'en soit informée. De façon analogue, elle ne saurait se laisser influencer par un quelconque parti, que ce soit même Alsakan, Corellia ou Coruscant, pour mener des actions dans l'intérêt de l'un et non de tous. Cela fait longtemps que la Direction Républicaine du Renseignement Militaire n'est plus à la botte de la capitale galactique. Le fait que les membres de la République puisse posséder leurs propres services de renseignement posent d'ailleurs de nombreux problèmes à ses yeux. Elle a déjà du mal à faire taire les aboiements de la sureté intérieure, et l'ajout de ces multiples agences locales œuvrant pour leur intérêt propre ne facilite pas le travail de sa Direction. Si le choix lui avait été donné, cela ferait longtemps qu'elle les aurait fait dissoudre. Seule une entité forte et doté de moyens exceptionnels est a ses yeux capable d'assurer l'avant-garde de la sureté Républicaine. Que diraient les sénateurs si la République était gouvernée par un collège de chanceliers passant leur temps à se tirer dans les pattes au lieu de gouverner ? Il en était de même pour la communauté du renseignement aux yeux de l'echanie.

Malgré tous ces actes souvent exécutés en dehors du cadre légal, Siri ne regrette rien. Depuis le jour où elle a condamné à mort sa mère et des centaines d'officiers à une mort certaine en orbite d'Aquaris, Siri a compris que laisser les regrets hanter votre esprit signe inévitablement votre perte, que ce soit rapidement ou a petit feu. Se remettre en question est certes important, mais savoir quand il est nécessaire ou non de le faire en est une autre. Au lieu de subir, Siri a préféré laisser ses regrets au placard, les ajoutant à un tissu cicatriciel superficiel comme des débris venant écorcher et griffer le blindage d'un vaisseau sans jamais parvenir à percer.

La mort est la seule chose qu'elle craigne vraiment, maintenant que l'âge commence à emporter ses réflexes. C'est pourquoi elle lutte et refuse d'admettre le fait qu'elle vieillit. Siri redoute également de rencontrer des Jedi expérimentés, car ce sont les seuls qui puissent avoir la capacité de lire dans son esprit comme dans un livre ouvert -ou presque. On ne sait jamais réellement à quoi s'attendre de leur part, c'est pourquoi l'echanie s'est doté d'une ligne de conduite à chaque rencontre : toujours s'assurer d'avoir au moins trois coups d'avance, de sorte a ne pas être prise au dépourvu lorsque vous vous rendez compte que vous n'en avait en réalité qu'un seul. Sa méfiance à leur égard n'empêche pas le respect. Passionnée d'art et d'histoire depuis sa plus tendre enfance, Siri est consciente de leurs capacités, lesquelles ont déjà sauvé la République du chaos à plusieurs reprises. Cependant, elle considère problématique leur fâcheuse tendance à mettre leur nez partout et à s'occuper de choses qui ne les regarde pas.

Si l'art et l'histoire sont une passion, les statistiques et les probabilités sont pour elle une fascination qui a aiguisé son esprit d'analyse et sa perception. Elle sait dénicher des indices là où d'autres n'en voient pas et son ouverture lui permet de faire des liens et de trouver des schémas parfois insidieux en mettant en relation des éléments qui, pris séparément sont diamétralement opposés mais qui une fois réunis en relation et pris sous un angle différent révèlent leur étroite singularité. C'est là sa grande force à la base de son ascension fulgurante au poste qu'elle occupe désormais depuis des années, sans jamais le lâcher. D'ailleurs, elle compte bien s'y maintenir jusqu'à la nuit des temps et espère bien pouvoir nommer un successeur digne d'assurer une telle position et qui partagerait sa vision globale de l'institution qu'elle a réformé de fond en comble.


Description physique/Apparence (200 mots minimum)


Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec blandit arcu rutrum ante condimentum volutpat. Sed molestie metus fringilla condimentum viverra. Praesent a suscipit mauris. Sed mauris nisl, mattis sed consectetur sit amet, hendrerit sed erat. Sed eu massa sit amet risus ultricies mattis id ac sem. Integer a eros eu libero sodales sagittis. Morbi imperdiet ligula dolor, a tempor nunc cursus vitae. Maecenas ornare mauris nisl, sit amet dictum lectus vulputate ac. Maecenas sed orci quis velit ullamcorper dignissim ut et lectus. Proin in mauris interdum, tempus ex nec, pharetra mauris.

Proin a sem ante. Aliquam felis lacus, commodo et venenatis eget, porttitor quis est. Ut lorem leo, malesuada in tincidunt non, pellentesque quis risus. Suspendisse vitae pretium velit, eu pretium lacus. Praesent semper tortor at lorem finibus, nec imperdiet justo mattis. Phasellus ut convallis justo, vel imperdiet purus. Nunc massa lorem, dictum et tempor tincidunt, tempor quis nunc. Praesent maximus viverra felis, blandit consequat risus iaculis quis. Ut accumsan turpis et tortor accumsan, a ullamcorper justo maximus. Duis luctus odio a blandit iaculis. Donec placerat mauris a nulla porta posuere nec vitae odio. Nunc quis porta nisl, nec faucibus metus.

Vestibulum porta id dolor hendrerit volutpat. Suspendisse lacinia ac diam et tristique. Mauris aliquam at ante eget egestas. Integer interdum, erat quis aliquet cursus, felis mauris ullamcorper purus, ut lacinia turpis justo id arcu. Integer malesuada malesuada odio vitae interdum. Nulla ullamcorper luctus arcu, ac lacinia dui suscipit nec. Nunc at risus ante. Ut id sapien leo. In sagittis pellentesque mattis. Sed dictum velit a erat feugiat, id vestibulum risus pharetra. Quisque convallis elit et rutrum efficitur.

Historique (1000 mots minimum)


NAISSANCE, ENFANCE ET ADOLESCENCE

Siri vit le jour sur Byblos il y a soixante-cinq ans, à une époque où la prospérité de la République n’était pas remise en question. Ses parents étaient des officiers des forces navales qui s’étaient rencontrés pendant leurs classes, à l’Ecole de Guerre de la Marine Républicaine, quelques années avant la naissance de leur fille. Ils étaient rapidement tombés amoureux l’un de l’autre mais avaient été contraint de vivre éloignés à cause de leurs fonctions au sein de l’armée : son père s’était rapidement retrouvé affecté à la gestion de la logistique à terre tandis que sa mère sillonnait l’espace de la République.

L’echanie doit sa naissance à cette distance qui séparait ses parents, lesquels profitaient alors intensément des quelques instants où ils pouvaient se retrouver et s’aimer, au point de provoquer un incident qui allait donner naissance à cette fille impétueuse et audacieuse. Sa mère fut néanmoins contrainte de laisser rapidement la garde de la bambine à son mari, la présence d’un enfant à bord d’un bâtiment de guerre n’étant pas recommandé -pour ne pas dire interdit. Elle avait bien envisagé de demander une mutation pour un poste à terre auprès de son mari, mais ce dernier avait insisté pour qu’elle poursuive une carrière qui était bien plus prometteuse que la sienne. C’est ainsi que la toute jeune echanie quitta rapidement Byblos pour Denon, où son père était alors affecté. Elle connue une éducation correcte mais pas exceptionnelle et se découvrit un intérêt rapide pour l’espace, les chiffres et les nombres. Son géniteur insista également pour lui enseigner la culture echanie, conformément aux traditions d’Eshan, mais se garda bien d’aborder l’aspect autoritaire et matriarcal de celle-ci, qu'il désapprouvait grandement. Siri apprit donc rapidement à se battre grâce à l'attention de son père, lequel tint à insister sur l’aspect culturel et artistique du style de combat echani plutôt que sur sa violence qui en découlait. Il lui expliqua que c’était là une manière de communiquer avec l’autre, de faire ressortir les émotions des deux combattants pour que ces derniers parviennent à mieux se connaitre mutuellement.

Son éducation aux côtés de son père fut entrecoupée de moments passés en présence de sa mère, laquelle utilisait presque l’intégralité de ses permissions pour rendre visite à sa fille. Siri connut donc l’ascension de sa génitrice à des postes à plus grandes responsabilités au sein de la marine, et l’absence récurrente de cette dernière fit naître en elle l’envie de suivre ses traces pour pouvoir la rejoindre. L’environnement militaire de son foyer, et l’entrainement echani dispensé par son père n’aida pas à l’en dissuader. Elle eut à vivre plusieurs déménagements lorsque son père se retrouva muté vers la Bordure, puis vers le Noyau. Plus elle grandissait et plus l’echanie fit preuve d’indépendance. Son intérêt pour les nombres, sans doute en partie dû au métier qu’exerçait son père dans l’armée, ne cessa de croître avec l’âge au grand dam de sa mère, qui semblait regretter année après année son éloignement.
Siri n’eut pas de mal à réussir ses études et le jour où elle dû choisir où poursuivre son cursus ne tarda pas à venir. Ses notations étaient suffisamment bonnes pour lui permettre d’étudier dans des universités les plus prestigieuses du Noyau mais l’echanie ne sembla pas intéressée par les établissements civils. Elle préférait de loin poursuivre son rêve et rester dans la continuité de ses parents. De par le statut de ces derniers et malgré ses résultats bons mais pas exceptionnels, elle n’eut aucun mal à se faire accepter pour les sélections aux écoles militaires de la république. Si sa mère parue surprise par ce choix à cause de son éloignement, son père, lui, l’avait bien compris depuis des années et l'avait encouragé.

La jeune Siri prit le premier vaisseau au départ du Noyau pour l’Académie Militaire de Prefsbelt, où se déroulait l’année de formation initiale qui déterminait également le futur que ses étudiants seraient autorisés à embrasser au terme de celle-ci. L’echanie passa avec succès les tests validant son entrée à l’académie grâce à l’entrainement quotidien que son père lui avait dispensé et à son habitude de vivre au sein d'une installation militaire, et impressionna même les instructeurs lors des premiers cours d’autodéfense grâce aux techniques echanie.


FORMATION A L'ECOLE DE GUERRE DE LA MARINE D'ANAXES

Cette première année d’apprentissage se révéla néanmoins bien plus éprouvante physiquement que Siri ne l’avait imaginé et la jeune femme fut contrainte de compenser ses carences physiques en contournant les règles par la ruse, la tromperie mais aussi une prestance et un beau-parler inné. Les permissions étaient quasiment inexistantes et les entraînements constants : en effet, cette première année ne visait pas à spécialiser les cadets, mais à leur inculquer la discipline militaire, à faire ressortir les forces et les faiblesses de chacun pour ensuite les sélectionner en vue de la spécialisation. Elle forçait la cohésion et développait l’esprit de corps, car la République cherchait des personnes endurantes et fortes psychologiquement. Siri comprit bien vite qu’elle allait devoir sélectionner ses enseignements pour pouvoir atteindre son rêve, et elle offrit moins d’efforts sur les exercices physiques et le tir pour se concentrer sur les domaines plus scientifiques et sociaux.
Certains des instructeurs ne furent pas dupe et tentèrent de la sanctionner pour ne pas donner le meilleur d’elle-même dans l’ensemble des exercices mais ne parvinrent qu’à obtenir un blâme à son encontre, car ses résultats dans les autres domaines compensaient largement ce relâchement. L’echanie perdit tout de même plusieurs places au classement général de l’académie mais se positionna tout de même à une position plutôt honorable et ses parents accueillir avec un grand enthousiasme son admission comme enseigne à l’Ecole de Guerre de la Marine de la République d’Anaxes. Son père était particulièrement fier que sa fille soit parvenue à éviter les postes de logisticiens normalement réservés aux personnels possédant de bonnes compétences en mathématiques mais qui offraient de faibles perspectives d’évolution, et sa mère fut comblée d’apprendre que sa progéniture avait choisi de suivre ses traces en intégrant le corps des officiers tacticiens.

L’echanie se retrouva dans un environnement propice au développement de sa forte personnalité. L’Ecole de Guerre était réputée difficile, compliquée. Elle développait l’esprit de corps bien au-delà de ce que pouvait faire l’académie de Prefsbelt, en contraignant les cadets à travailler en groupe lors des exercices théoriques comme pratiques. Elle créait de fait également des dissensions entre les élèves, qui partageaient des points de vue différents sur les sujets débattus, mais également une fierté que chacun cherchait à protéger, Siri étant évidemment de ceux-là. Là-bas, encore, la jeune femme privilégia son intellect à ses capacités physiques, se contenant du minimum requis pour valider les enseignements athlétiques, à l’exception de l’entrainement au self-défense où elle excellait avec aise.
Siri préférait de loin les cours sur la navigation ou l’ingénierie, qui forçait la réflexion et la logique pour résoudre des problèmes parfois complexes. Elle se créa d’ailleurs rapidement une réputation auprès de certains cadets qui travaillaient avec elle lors des simulations de combat naval, au risque d’en froisser certains, comme ce fut le cas le jour où elle rompit la chaîne de commandement établie et passa outre les ordres du capitaine désigné pour l’exercice pour l’atteindre l’objectif qui leur était assigné. Ce dernier était resté pantois lorsque l’echanie s’était interposé et imposée pour guider le groupe, ce qui avait provoqué une réunion dans le bureau de l’instructeur principal  à la demande du cadet lésé pour protester contre la rébellion de cette cadette de première année.
L’instructeur se montra ferme, et rappela à l’ordre la jeune femme sur la rigueur et la rigidité apparente de la chaîne de commandement et les risques inhérents à la désobéissance, mais il ne pouvait ignorer que Siri avait déjoué les pièges du scénario pour mener le groupe à la réussite alors que l’accusateur de deux ans son aîné n’en avait pas été capable malgré sa formation avancée. Il finit par temporiser en renvoyant l’homme après un léger sermon sur la nécessité de prendre en considération les suggestions de ses subalternes avant de passer un moment seul à seule avec l’echanie. L’instructeur se montra alors plus clément, mais d’une froideur extrême. Il souligna que la jeune femme n’en était pas à son premier coup d’éclat et devait faire attention aux personnes qu’elle froissait par son attitude, car bien des cadets de l’académie étaient issus de familles très influentes et capables de tuer dans l’œuf son ambition de carrière.

Siri avait acquiescé avant de réintégrer ses quartiers, mais son état d’esprit n’était pas à la résignation, aussi persista-t-elle. Elle se forgea rapidement un clan de cadets avec qui elle acceptait de partager ses points de vue et ses opinions, et passa même du bon temps avec certains d’entre-eux. L’echanie avait pris soin de sélectionner des personnes compétentes et capable de comprendre ses raisonnements tout en développement des analyses propres qui étaient souvent pertinentes. Ensemble, ils multiplièrent les succès aux simulations et exercices au point de générer une véritable vague de protestations auprès des plus fiers prétendants qui estimaient les meilleures places comme leur étant acquises du fait du statut social de leurs familles.
Leur courroux s’abattit soudainement un soir où l’echanie et deux autres cadets sortirent tard d’un exercice. Le trio fut pris à partie par un groupe de six personnes dans une impasse étroite alors qu’ils se dirigeaient vers leur quartier d’habitation. Les assaillants ne leur laissèrent pas le temps de réfléchir et fondirent comme une meute et les battirent sans vergogne. L’entrainement de l’echanie et l’ardeur de ses camarades leur permirent de s’en sortirent avec des blessures et des contusions légères pour deux d’entre eux. Le troisième, la jambe cassée, s’était rapidement retrouvé hors-jeu et fut sévèrement battu. Les six assaillants avaient rapidement battu en retraite en constatant la résistance du duo restant et en entendant l’arrivée d’autres cadets alarmés par le brouhaha de l’affrontement. Convoquée chez l’instructeur principal après son passage au centre médical, Siri n’hésita pas à donner des noms précis à ses assaillants, à la grande surprise de l’officier. Hélas, l’instructeur ne porta guère de crédit au récit de la jeune femme et insista sur le fait que ses accusations étaient portées sur des élèves aux familles bien trop influentes pour pouvoir leur porter un quelconque préjudice.

Siri laissa sa frustration et son sentiment d’injustice de côté, ayant conscience que le poids politique de certains était tel qu’il bavait inéluctablement sur d’autres strates de la société qui, inéluctablement, dépendait grandement de ce pouvoir là pour exister. L’echanie décida donc de s’y intéresser sans pour autant s’y impliquer pour mieux connaître son ennemi. Elle se contenta de récolter le maximum d’informations sur ces familles qui profitaient de leur statut social pour s’accaparer des places qu’elles ne méritaient pas forcément, avec l’idée de se servir d’une position qu’elle obtiendrait peut-être plus tard dans sa vie pour dénoncer ce genre d’agissements. La jeune cadette décida de poursuivre sur sa lancée et de faire fi des risques qu’elle encourait en ridiculisant ces futurs officiers de salon, lesquels tentèrent de s’opposer à son admission en seconde année. Hélas pour eux, ses résultats étaient trop bons pour que le corps enseignant puisse s’y opposer. En revanche, si la sanction ne put s’abattre sur elle, il en fut différent pour un bon nombre de ses camarades loyaux, qui se virent recaler ou réaffecter dans d’autres académies. L’echanie comprit bien vite que si elle était intouchable, son entourage, lui, ne l’était pas.

En conséquence, Siri prit une décision drastique : elle ne s’entoura que d’un cercle restreint d’amis qu’elle savait pouvoir protéger et dont elle assurerait le succès perpétuel, en échange d’une loyauté sans faille. Elle choisit ses alliés à l’académie au-delà de ses convictions morales, en approchant ses rivaux les moins farouches pour les retourner à son avantage et se servir de leurs forces contre ses autres adversaires. Elle continua ainsi sur la lancée, en se démarquant des autres élèves-officier en se montrant à l’écoute de ses subordonnés, et en proposant des idées innovantes lors des simulations. Son esprit cartésien lui permettait de voir au travers des pièges et des feintes des instructeurs, parfois trop négligeant dans l’élaboration de leurs exercices. Elle parvenait à déceler des indices là où d’autres ne voyaient que des détails insignifiants. Elle réfléchissait différemment, en analysant non pas seulement les actes des autres mais en étudiant leur esprit, leur comportement, lesquels conditionnaient leurs actes. Elle avait ainsi régulièrement un à plusieurs coups d’avance. Cette façon d’agir attira l’attention de ses instructeurs, dont certains en référèrent à leur entourage. Petit à petit, l’echanie se montra redoutable : si elle offrait énormément aux quelques amis de son cercle restreint, Siri n’hésita pas à se séparer de ceux qui jouaient double-jeu. Pour ces gens-là, l'exclusion ne suffisait pas et l'echanie se fit un point d'honneur à les humilier publiquement au point de souiller leur carrière.

Sa nouvelle politique se fit rapidement remarquer et la jeune femme se retrouva rapidement désapprouvée par la hiérarchie de l’académie, qui ne tolérait pas sa désobéissance, ou encore son esprit d’initiative. Le renvoi fut même envisagé pour se débarrasser de ce fauteur de troubles, mais la jeune cadette se découvrit un nouvel allié de poids au cours de sa dernière année sur Anaxes lorsqu’elle fut approchée par des agents des services de renseignements militaires qui semblaient très intéressé par ses capacités d’analyse et sa façon orthodoxe de régler les problèmes auxquels elle se retrouvait confrontée. Flattée de l’intérêt porté et voyant là une opportunité de sortir de l’impasse, la jeune femme saisi l’occasion sans la moindre hésitation pour pouvoir terminer sa formation. Elle commença ainsi à rédiger des rapports sur ses professeurs, puis sur ses camarades, alliés comme ennemis, pour le compte du renseignement militaire, qui évaluait ainsi directement les capacités de l’echanie avant son déploiement de fin d’étude à bord d’un navire de la flotte. C'était là un moyen de s'assurer que leur choix avait été le bon, et qu'ils ne s'étaient pas trompés sur son compte.
Siri fut affectée deux ans à bord de la corvette Thranta en qualité d’officier aspirant au lieu de l’année réglementaire pour pouvoir se spécialiser dans le domaine du renseignement en général et suivre des cours supplémentaires. Son stage de confirmation des acquis se déroula sans problèmes majeurs, l’esprit ouvert du capitaine y étant pour beaucoup. L’homme était du genre à apprécier les interventions de ses subordonnés, et Siri apprécia beaucoup de servir sous son commandement, ce qui aida à catalyser son énergie débordante.


TITULARISATION ET PREMIERES AFFECTATIONS

Siri réalisa sa première véritable affectation à bord de la corvette Flagrance comme officier de renseignement. Son vaisseau était rattaché à l’un des détachements commandés par sa mère dans les dépendances du Nord mais jouissait d’une certaine autonomie pour y effectuer des patrouilles de routine le long de la Voie Hydienne jusqu’à Taris et quelques parsecs au-delà. Son vaisseau s’illustra à plusieurs reprises dans le cadre de la lutte contre la piraterie dans cette région de l’espace grâce à l’ouverture d’esprit du capitaine, des compétences sous-estimées de son équipage et de l’habile faculté d’analyse de l’echanie, permettant l’arraisonnement de plusieurs navires pirate au cours de sa première année. Le plus grand coup de filet fut obtenu lorsque, sous les conseils de la jeune officier, le vaisseau fut camouflé comme vaisseau de transport et fut intercepté par deux navires pirates à sa sortie de l’hyperespace. Les corsaires en eurent pour leur argent lorsqu’ils se rendirent compte de leur erreur et furent frappés sans attendre par les canons du Flagrance, qui les arraisonna sans peine.
La petite routine qui avait finit par s’installer à bord de la corvette fut bouleversée moins d’un an plus tard, lorsque se produisirent les attaques mandaloriennes -de 5341 BBY- contre les mondes républicains des dépendances du Nord. Envoyé dans les docks d’Aquaris avec une partie de l’escadre commandée par sa mère, le Flagrance s’était vu confiée la mission de patrouiller le système avec plusieurs vaisseaux pendant que le gros de l’escadre effectuait une révision dans le petit chantier déployé en orbite. Les mandaloriens attaquèrent le lendemain, alors que la corvette revenait vers Aquaris pour être relevée par un autre navire, et plusieurs vaisseaux prirent immédiatement d’assaut les chantiers alors que le gros de l’escadre républicaine était encore ancré aux docks avec ses équipages dégarnies le temps de la révision. Plusieurs navires républicains furent immobilisés dès les premières minutes de l’attaque, frappés à mort, et seuls trois vaisseaux parvinrent à échapper à la destruction initiale, s’écartant des chantiers dévastés pour partir affronter  vainement l’assaillant.

Siri et tout l’équipage du Flagrance assistèrent impuissants au début des hostilités et le capitaine ordonna de se préparer au combat pour assister le vaisseau-amiral et les deux croiseurs qui étaient parvenus à s’arracher des docks mais l’echanie s’interposa immédiatement. Elle proposa au contraire de maintenir la position et de couper l’alimentation générale et l’intégralité des systèmes principaux pour réduire la signature du vaisseau au minimum et ainsi éviter la détection par les mandaloriens. Elle fut immédiatement confrontée par le capitaine, qui l’accusa de lâcheté, mais Siri répliqua en expliquant point par point que cette bataille était déjà perdue, et que l’ajout du Flagrance ne changerait rien à son issue, si ce n’est d’avoir encore plus de morts de leurs côtés, et qu’il était préférable de rester invisible et informer l’amirauté. Le capitaine finit par se ranger à son idée et ordonna d’exécuter rapidement les instructions de la jeune lieutenant avant que les mandaloriens ne se lassent du reste de l’escadre et daignent s’en prendre à la petite corvette. L’echanie en profita alors pour prévenir ses supérieurs pendant que le capitaine prévenait l’amirauté mais le résultat la laissa pantoise : les premiers affirmèrent que ce n’était là qu’un raid comme un autre, que les mandaloriens partiraient et que ça permettrait d'affaiblir la position d'Alsakan dans la région alors que les autres s'avouèrent dépasser par les événements et incapables de réagir promptement.

L'echanie assista la boule au ventre au dénouement de la bataille en orbite d’Aquaris à l’aide de leurs capteurs alors que la république refusait d’agir. Elle vit le vaisseau amiral de l’escadre, celui de sa mère répondre coup pour coup alors qu’un des croiseurs d’escorte venait s’écraser contre les docks pris d’assauts par les guerriers mandaloriens. Ce fut à cet instant, alors que l’équipage était pris d’effroi, que l’echanie eut une idée qui changea peut-être le cours des événements et s'isola. Elle contacta secrètement les responsables d’Alsakan dans ce secteur, les sachant prompt à réagir à ce genre d’incidents sans réellement penser aux conséquences de cet acte. Peut-être Alsakan était-elle déjà au courant de ce qui se tramait sur Aquaris et d’autres mondes des dépendances du Nord, mais les informations fournies par Siri confirmèrent leurs craintes. Pendant ce temps, le deuxième croiseur d’escorte, sévèrement endommagé, battit en retraite en vitesse-lumière, ne laissant que le vaisseau amiral commandé par sa mère à la merci des mandaloriens. Ces derniers s’acharnèrent dessus jusqu’à ce que ses déflecteurs ne cèdent, et les têtes de seau s’engouffrèrent dans la brèche à l’aide d’un missile qui fit taire les défenses du navire républicain, qui ne tarda pas à exploser en une multitude de débris. Siri fut dévastée, sachant que sa mère n’avait pu survivre à une pareille explosion. Elle se sentit coupable, car c’était elle qui avait convaincu son capitaine de ne pas intervenir. C’était elle qui l’avait peut-être condamnée en restant à l’écart.

Ces pensées hantèrent son esprit pendant très longtemps, bien qu’elle sût au fond d’elle qu’elle avait fait le meilleur choix. Elle avait sauvé tout un équipage d’une mort certaine, et avait permit à Alsakan d’intervenir pour reprendre Aquaris et repousser les mandaloriens hors des frontières de la République. Cette épreuve lui avait permit d’obtenir le respect des Alsakanis mais la défiance du SRR, qui la releva de ses fonctions dans l'attente de la conclusion d'une enquête à son sujet, mais l’éviction du directeur des renseignements militaires par son conseil pour incompétence et compromission fit annuler toutes les charges portées contre elle et l'echanie fut promue trois ans plus tard au grade de lieutenant-commandant pour sa défense des intérêts républicains.

La mort de sa mère l'hanta pendant toutes ces années, mais c’était une Siri bien plus forte qui ressorti de cette épreuve, capable de mettre de côté ses regrets pour aller de l’avant, et ce malgré des décisions qui pouvaient paraître discutables. Ce fut à chaque fois la meilleure chose à faire à ses yeux, et se refusa de regarder en arrière. Sa prise de poste à bord du croiseur Endurance reflétait bien ce nouvel état d’esprit de l’echanie, qui voyait certains de ses travers rebelles resurgir du fond de sa personnalité. La nouvelle politique mise en place par la direction du renseignement militaire qui incitait ses hommes à faire valoir leur autorité sur les autres membres des forces armées en temps de crise ne fit que libérer sa parole mais Siri ne tomba pas dans le piège de l’excès qui menait inéluctablement à l’insubordination et à la sanction. La militaire préféra adopter une vision plus diplomatique avec son capitaine, surtout lorsque les ordres de ce dernier allaient en contradiction avec la volonté de la Direction. Plus qu’un officier de renseignement informant l’équipage sur les évolutions tactiques, stratégiques et géopolitique, Siri était incitée à imposer ses directives et celles du renseignement, ce qu’elle fit sans la moindre hésitation dans le dos de son capitaine, tout en faisant en sorte de ne pas aller totalement à l’encontre de ses souhaits, et donc de ses instructions. Tout était une question de mesure, de patience et d’analyse, ce qui était justement un atout de l’echanie. Agir dans l’illégalité au cours d’une mission légale demandait de pouvoir faire confiance à certains des membres de l’équipage, ce qui fut difficile pour celle qui faisait de moins en moins confiance aux autres. Elle passa sept années à servir sur l'Endurance, menant des missions de surveillance et diverses patrouilles et participa également à plusieurs pourparlers et autres négociations diverses sur des mondes républicains de la Bordure pour satisfaire au mieux à leurs revendications.

Cette expérience acquise dans les mondes allait lui être bien utiles lorsque la Direction commença à mettre en service sa propre flotte -relativement faible- de navires pour sillonner l’espace républicain et mener des missions parfois en dehors du cadre légal et en territoire contesté sans avoir à rendre de compte à la Marine. L’echanie fut d'abord surprise lorsqu’on lui proposa son propre commandement puis l’accepta sans hésiter. Siri était désireuse de faire ses preuves depuis si longtemps qu'elle ne put décliner la proposition, et pouvoir diriger son propre vaisseau lui offrait une forme d’indépendance qu’elle avait depuis longtemps désiré pour atteindre certains de ses objectifs qu’elle s’était fixée à l’Ecole de Guerre. C’est de cette manière qu’elle prit de commandement du Ulfberth, une frégate de la marine modifiée pour les missions discrètes et bourrée de capteurs au détriment d’une réduction de ses capacités offensives.

La promotion de Siri au grade de capitaine coïncidait avec la recrudescence des raids mandaloriens dans les provinces septentrionales et l’echanie fut envoyée pour la première fois au-delà de la frontière républicaine représentée par Taris et ses environs. Leur mission dura près de deux ans. Deux années passées dans la discrétion, la majorité des systèmes éteint pour réduire l’empreinte électromagnétique du vaisseau, écoutant le silence de l’espace pour tenter d’y déceler le transit supposé des vaisseaux mandaloriens. L’echanie mit ses hommes à rudes épreuves en prenant son nouveau travail très à cœur. Elle n’offrit que peu de temps de repos en espace républicain entre deux expéditions, et profita de leurs excursions pour cartographier en détail les quelques parsecs qu’elle surveillait : Siri était partit de l’hypothèse que les clans qui avaient attaqué les mondes frontaliers devaient disposer d’un territoire quelque part au Nord et à l’Est de Taris et qu’ils devaient forcément transiter entre plusieurs de leur monde de façon régulière. Plutôt que de chercher l’un de ces mondes, ce qui nécessitait de balayer un espace immense, elle concentra ses recherches sur un espace réduit où les mandaloriens devaient très certainement passer pour joindre les deux bandes de territoires supposés par son analyse. Le Ulfberth parvînt par cette méthode à repérer un certain nombre d’appareils grâce à ses capteurs passifs, et Siri fut tenté d’en suivre plusieurs, par curiosité et nécessité, mais s’y refusa en considérant qu'une telle manœuvre aurait dévoilé la position du vaisseau et potentiellement informé les mandaloriens que la République menait des opérations dans ce qui était peut-être leur territoire. Il y avait là beaucoup de suppositions, mais Siri n’était pas prête à prendre un tel risque, avec autant d’incertitudes.

Les informations récoltées firent néanmoins la satisfaction de la Direction, qui félicitèrent l’équipage et assignèrent l’Ulfberth plus au sud, dans le secteur Farstey. Ce fut au cours d’une patrouille dans ce secteur que l’équipage capta un signal de détresse et Siri s’apprêta à l’ignorer pour maintenir sa discrétion conformément à la procédure, lorsque l’un de ses hommes l’informa que le signal provenait d’un vaisseau diplomatique en provenance de Thisspias et que l’appareil était très mal en point. L’echanie hésita, sachant qu’intervenir était risqué car l’Ulfberth était moins armée qu’une frégate standard mais finit par ordonner de se rendre sur place pour prêter assistance au navire en détresse.
L’arrivée d’un vaisseau militaire prit au dépourvu les pirates, qui battirent en retraite sans demander leur reste, et Siri escorta la barge diplomatique jusqu’à Thisspias et en profita pour passer du temps en compagnie de l’ambassadeur. Ce dernier lui expliqua en détail que la situation de son monde se détériorait et que la recrudescence des actes de piraterie dans le secteur fragilisait encore plus la stabilité de la région, ainsi que son propre gouvernement. L’echanie prit note des informations mais resta perturbée que les prétendus pirates n’aient pas cherché à aborder l’appareil du diplomate pour s’emparer de son butin, mais aient préféré le détruire et dire adieu à leurs bénéfices. Curieuse, elle décida d’observer la situation dans les environs de Thisspias discrètement, et fit mine de quitter le secteur avant de se fondre dans l’immensité de l’espace, attendant le bon moment pour intervenir. L’opportunité arriva rapidement et Siri lança l’Ulfberth dans une surveillance minutieuse lorsqu’elle repéra un des deux vaisseaux ayant attaqué le vaisseau diplomatique. Son équipage et elle le suivirent à la trace pendant plusieurs mois sans intervenir et purent constater que les présumés pirates agissaient plus comme des mercenaires possédant des compétences militaires que de simples individus attirés par l’appât du gain. De plus, leurs cibles semblaient être choisies avec soin, et jamais avec opportunisme. Siri émit alors un rapport à ses supérieurs, mettant en avant le soupçon qu’un gouvernement puisse tirer les ficelles et chercher à porter un coup majeur au gouvernement de Thisspias mais fut ignorée. Cependant, la capture d’une frégate républicaine, l’Esperance, par le groupuscule qu’elle surveillait finit par attirer l’attention et l’ordre lui fut rapidement donné d’intervenir. Entre-temps, les rapports s’étaient accumulés et mettaient en évidence que tout ces faux actes de piraterie visaient uniquement à déstabiliser le gouvernement en place sur Thisspias avec pour but final de le renverser.
Leur plan dévoilé au grand jour, les responsables tentèrent une manœuvre désespérée et Siri les dirigea droit dans un piège. La manœuvre fut audacieuse mais l’Ulfberth, moins armée, parvînt à surprendre l’Esperance en orbite d’une planète d’un système voisin et à détruire sa propulsion après l’avoir entraîné au plus près de celle-ci. La proximité de la planète et l’immobilisme forcé de l’Esperance laissa la gravitation faire son travail sans résistance, et le vaisseau fut inexorablement aspiré par la gravité de la planète et se disloqua dans l’atmosphère. Avec ses têtes pensantes décapitées, le mouvement s’écroula et Siri fut officiellement félicitée par le gouvernement de Thisspias, mais le gain de popularité de l’echanie attira le courroux de l’amiral responsable du secteur -celui-là qui avait ignoré les mises en gardes-, qui fit transférer l’Ulfberth sans perdre de temps.


ASCENSION ET APOGEE


La carrière de Siri au sein de la direction du renseignement militaire de la république ne tarda pas à décoller lorsqu’elle fut reçue par le responsable des secteurs Kastolar, Trax et Kurost, qui lui offrit le commandement de plusieurs vaisseaux pour assurer la surveillance et l’écoute de la frontière de la République avec l’Espace Hutt. Bien qu’elle gardât le grade de capitaine, le fait de commander plusieurs navires était un important signe de reconnaissance, le premier véritable pas vers l’amirauté. L’echanie commençait à entrevoir la possibilité de pouvoir mettre à exécution ses idées nées à l’académie, et redoubla d’efforts pour plaire et satisfaire les éminents amiraux qui géraient le renseignement. Elle œuvra de la même manière qu’au temps de l’Ecole de Guerre et profita de son aura grandissante pour attirer dans son giron certains responsables assez ouverts pour la considérer comme une femme capable de faire sa place au sein de l’amirauté le moment venu, lorsque le temps serait propice à une promotion.
Avec plusieurs vaisseaux à sa disposition, Siri multiplia les coups d’éclats grâce à son esprit d’analyse plus fin que ceux de ses semblables dans la région. Là où beaucoup se contentaient d’observer les tendances évidentes et classiques, l’echanie s’intéressait à l’intégralité des données, les prenant séparément dans un premier temps avant de les mettre en relation dans un second temps. Elle forma une partie de ses équipages à la compréhension des schémas les plus classiques tout à les incitant à développer leur culture générale et à s’intéresser aux us et coutumes des endroits où ils seraient amenés à naviguer. Il était essentiel, et même nécessaire que chacun de ses officiers soient en mesure de discerner la moindre anomalie et de faire remonter directement l’information à l’Ulfberth, et donc à elle. Siri exigeait en effet que l’intégralité des informations transmises par ses hommes à la Direction, sur Coruscant, passent d’abord par elle, et c’est de cette manière qu’elle commença à devenir incontournable et parvînt, notamment, à démanteler un trafic d’êtres humains et aliens depuis l’Espace Hutt et vers le monde républicain d’Arkania, où, visiblement, certains scientifiques arkaniens n’avaient pas abandonné leurs expérimentations.
L’affaire provoqua un tollé et certains amiraux qui s’étaient vu donné l’administration des renseignements militaires à l’échelle régionale finirent par remarquer les compétences de l’echanie et l'un d'entre eux lui permit d'accéder à l'amirauté. L'echanie appliqua le même schéma déjà mis en place lors de son ancien commandement et étendit son influence grâce à l'aide des hommes et des femmes qui lui était fidèle. Siri imposa lentement mais surement ses idées, son influence et par définition son autorité. Elle poursuivit ses coups d'éclats, et n'hésita pas à reporter ses échecs sur la tête et les épaules de ses subordonnés les moins dociles, et ses rivaux les plus virulents. Ses agissements attirèrent l'attention du directeur, qui l'invita à de nombreuses reprises pour discuter de ses méthodes et lui demander de rentrer dans le rang. Elle fit mine d'accepter et prit le risque de jouer double-jeu. Elle accepta de revoir sa façon d'agir, relâchant un peu sa poigne de fer et appliquant les recommandations de son éminent supérieur pour s'attirer ses sympathies. Siri accepta même de se faire violence et d'aider Coruscant dans un de leurs litiges avec Alsakan.

La récompense tomba l'année d'après, lorsque le directeur évinça le responsable de ses services pour les bordures Extérieur et Médiane pour y propulser l'échanie.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alyvan Chaldren
Rang IV - Sénateur
Messages : 543
Date d'inscription : 17/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 29 Avr - 21:05
J'aimerai être aussi canon à 65 ans, mwa!

Finalement, Alyvan a peut-être un goût pour les cougars What a Face

Bref, trêve de bêtises, re-bienvenue chez toi Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : L'Aube des Ténèbres ::  :: Présentations-
Sauter vers: